Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



CASAMANCE: UN TRACTEUR DE LA FERME DE YAYA JAMMEH SAISI AVEC 16 TRONCS DE VEINE Le conducteur avoue, l'engin confirme

Les agents des Eaux et forêts de Bounkiling dans le Nord de la région de Sédhiou ont saisi avant-hier, jeudi 13 septembre un tracteur transportant du bois de contrebande estimé à 16 troncs de veine vert. L'engin appartiendrait au président gambien Dr Yaya Jammeh pour qui le conducteur avoue travailler dans sa ferme de Kanilaye. Cette saisie intervient quatre jours seulement après l'arrestation de deux camions dont un de la Gambie. Derrière ces troncs, se cachent un réseau international de trafic de bois.



CASAMANCE: UN TRACTEUR DE LA FERME DE YAYA JAMMEH SAISI AVEC 16 TRONCS DE VEINE Le conducteur avoue, l'engin confirme
Quatre jours après la saisie de deux camions dont un de la Gambie transportant frauduleusement du bois dans le Nord de la région de Sédhiou, les forestiers de Bounkiling ont mis la main, hier, sur un tracteur de la Gambie immatriculé BJL 93 70 F. L’engin arrêté dans le village de Boudouck en provenance de Gassikon non loin de là toujours en territoire sénégalais, transportait seize (16) troncs de veine vert, selon plusieurs sources concordantes proches du dossier.
Le conducteur aurait avoué travailler pour le président gambien Dr Yaya A.J.J Jameh dans sa ferme de Kanilaye. Et tout porte à le croire car sur le camion tracteur est estampillé à droite la mention ‘’Kanilaï farms LTD’’, du nom d’une entreprise qui s’active dans l’agriculture dans ce fief du numéro un gambien. Le conducteur du nom de Bassirou Badji a été cueilli aux environs de 23 heures avant-hier par une opération combinée des gendarmes et des forestiers de Bounkiling appuyés par les militaires du 26e bataillon de reconnaissance et d’appui (BRA) de Madina Wandifa.

Certains habitants de cette zone du Kabada qui préfèrent taire le nom ont témoigné avoir plusieurs fois aperçu des engins du même type opérant dans le secteur. Quoique déterminés à combattre ce trafic international de bois via ce pays voisin, les agents des Eaux et forêts de Bounkiling font face à un manque criant de moyens d’intervention notamment la logistique roulante. Pendant ce temps, la ‘’Chiness company’’ et une autre firme indienne captent le bois qui transite par les frontières. Il est destiné à une exploitation industrielle relèvent des sources bien au fait des mouvements de ce réseau de trafic de bois. Ceux qui se mettent à découvert pour dénoncer sont pris pour cibles dans un contexte d’insécurité ambiante.



L’enquête déjà ouverte sur ce trafic retient à l’encontre de Bassirou Badji des indices graves et concordants de culpabilité de nature à motiver son arrestation pour délit de coupe illicite d’espèces forestières protégées renseigne une source anonyme digne de foi. De même, il en ressort qu’il s’agit d’ «un commerce illicite international très prisé par des gambiens et dont le bois, une fois à destination, est vendu aux chinois avec la complicité des autorités gambiennes comme c’est présentement le cas avec ce camion tracteur de Yaya A. J. J. Jammeh», a indiqué une source établie sur la bande frontalière.

Le nommé Kéba Diallo de Diallocounda dont le nom est cité dans l’affaire comme complice s’est rendu hier dans l’après-midi à la brigade de gendarmerie de Bounkiling pour faire savoir qu’il est loin de cette affaire, une innocence attestée en définitive par le commandant Tamsir Sané dont la rigueur dans les interventions est saluée par l’adjudant Mame Adama Sall des Eaux et forêts de Bounkiling.

Hier vendredi 14 septembre, en fin de matinée, le conducteur Bassirou Badji est mis à la disposition des autorités de la justice faisant suite à l’établissement de la lettre de poursuite contre lui. La valeur marchande de la cargaison et de l’engin est estimée à plus de 4.500.000F CFA selon toujours notre source. Dans cette zone du Kabada/Dator, il reste clair que les massifs forestiers se rétrécissent comme peau de chagrin laissant derrière une clairière qui annonce la poussière.

REACTIONS

EL HADJI MAMADOU SEYDOU DIALLO LE PRESIDENT DE L'AVPE

«Il faut accroitre la sécurité le long des frontières et promouvoir les élites locales»
Face à l’ampleur des coupes illégales du couvert végétal aux conséquences dramatiques sur l’écologie, le président de l’Association des volontaires pour la protection de l’environnement (AVPE) est d’avis qu’il faut accroitre la sécurité le long des frontières. El Hadji Mamadou Seydou Diallo soutient aussi que la promotion des cadres locaux du terroir permettra de créer une dynamique autour des questions de développement local.

«Nous souffrons énormément des coupes illicites de bois dans cette zone du Kabada et du Dator. Les conséquences sont dramatiques pour l’environnement surtout dans le moyen terme au regard de l’ampleur» dixit El Hadji Mamadou Seydou Diallo, le président de l’Association des volontaires pour la protection de l’environnement (AVPE) dont le siège est à Diallocounda.

Décrivant les coupes de bois dans la zone, il relève avoir plusieurs fois entrepris des actions de sensibilisation en vain. «Depuis plus de vingt ans je suis derrière cette mobilisation contre le pillage du couvert végétal, mais à chaque fois que je le dis, certains pensaient que j’étais contre leurs intérêts de part et d’autres des frontières en matière de commerce et n’y adhéraient pas du tout. Et voilà que la situation s’empire et dans quelques années ce sera la catastrophe».

La sécurité à la frontière, une urgence

Le président de l’association des volontaires pour la protection de l’environnement exhorte l’Etat du Sénégal à renforcer les positions de sécurité sur la bande frontalière. «Nous sommes une zone de frontière sur une très longue distance. Les positions militaires et paramilitaires sont loin de nous. Conséquence, nous sommes victimes du trafic de bois, du grand banditisme transfrontalière de tous genres que ce soit l’usage des drogues, de l’alcool et du vol», a déclaré M Diallo.

Dans un tout autre registre, il souligne que la zone manque presque de tout. «Dans le Kabada et le Dator, il n y’a pas une route en bon état, pas de structures de santé. A Diallocounda, c’est moi qui ai construit le poste de santé avec le domicile de l’infirmier chef de poste et bien d’autres équipements. Les écoles sont en abris provisoires, l’économie inexistante et c’est pire dans les autres sous secteurs. C’est pour quoi nous sollicitons la promotion des personnalités de la zone de Diallocounda et du Kabada Dator afin qu’ils occupent de postes au niveau des instances de décision. Ce qui leur permettra de mettre tout leur poids sur la balance». De l’avis de nombre de chefs de villages de la zone, un soutien à Mamadou S. Diallo lui donnera des coudées franches, de par un poste de responsabilité, pour agir sur les consciences collectives et asseoir les idéaux de développement qu’il porte pour le terroir.

Sud Quotidien par Moussa DRAME

Samedi 15 Septembre 2012




1.Posté par prof le 15/09/2012 22:07
Ces ouvrages changeront votre vie. Comment faire l’amour toute la nuit ? Comment séduire et faire tomber toutes les femmes ? Prix promotionnel, 2500 F/pièce, envoi rapide et discret par email. Succès garanti : 77 230 48 52 professeurjuan@gmail.com

2.Posté par Macky le 17/09/2012 09:26
Appliquez la loi dans toute sa rigueur SVP. Masla bi doy na

Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés