Référence multimedia du sénégal
.
Google

CASAMANCE : RETRAIT PROGRESSIF DE L’ARMEE DE CERTAINES POSITIONS: Vent de panique chez les populations

Article Lu 1474 fois

Depuis plus d’une semaine, c’est un vaste mouvement qui s’opère au sein des forces armées sénégalaises en poste dans la région Sud du pays. Il s’agit de la fermeture de certains cantonnements militaires. Les populations craignent pour leur sécurité. Les plus indécis migrent vers d’autres cieux jugés plus cléments. L’armée rassure que des dispositifs sont envisagés pour maintenir la sécurité en tous lieux.



CASAMANCE : RETRAIT PROGRESSIF DE L’ARMEE DE CERTAINES POSITIONS: Vent de panique chez les populations
Le processus de retrait de l’armée de certaines positions en Casamance enclenché depuis un peu plus d’une semaine se poursuit sur le terrain. Dans le département de Sédhiou, ce sont les cantonnements militaires de Saré Alkaly, Kandion Mangana et Bona dans le Nord, non loin de la frontière avec la République de Gambie qui sont levés la semaine dernière. Mardi 18 décembre aussi, ce sont les communautés rurales de Tanaff et Niagha qui vivent la même situation avec la fermeture des positions de Kandiénou, Saré Téné et Bantagnèle dans l’extrême Sud Est du pays, à la lisière de la frontière avec la République de la Guinée-Bissau.

Cette mesure n’est pas sans semer de remous au sein des populations. Ceux qui ont encore la mémoire fraîche sur les atrocités commises sur eux durant les années sombres du conflit armé en Casamance ont tout simplement décidé de partir vers des lieux jugés plus en sécurité : « c’est un très vaste mouvement de populations qu’on constate depuis plus d’une semaine dans cette communauté rurale de Bounkiling. Cela fait suite au retrait des militaires de certaines positions de la zone comme Saré Alkaly, Kandion Mangana et Bona. Les populations qui ne se sentent plus en sécurité se sont massivement déplacées vers le siège de la communauté rurale d’abord pour rencontrer les autorités administratives et locales dans l’optique de trouver une solution à la question, ou à défaut, y rester pour de bon. Et comme vous pouvez aisément l’imaginer, ce n’est vraiment pas dans l’immédiat que l e problème de savoir s’il fallait rester ou partir pouvait être résolu avec l’armée. Très sincèrement, nous élus locaux sommes très préoccupés par cette situation » a dit Lamine FAty, le président du Conseil rural de Bounkiling.

Mêmes scènes de panique dans le secteur Sud Est du département de Sédhiou « nous avons tout de suite senti un très grand vide autour de nous quand les commandants de cantonnement militaire sont venus nous faire leurs adieux. C’est parce que c’est désormais une porte ouverte aux bandits armés y compris les voleurs de bétail qui avaient l’habitude de sévir avec violence dans nos zones. Le plus souvent ce sont des incursions en provenance de la Guinée-Bissau voisine. A plusieurs reprises, nos biens avaient été pillés, nous-mêmes passés à tabac devant nos membres de famille, bref, nous avons vécu toutes sortes de brimades au point que certains avaient définitivement quitté la zone. Mais avec la présence jusqu’alors de l’armée, tout allait très bien. Les gens ont retrouvé leurs champs, les habitations... De là à imaginer toute la psychose que vivent les populations concernées regroupées dans une centaine de villages. Et ce qui est vraiment sûr, c’est que beaucoup de gens ont commencé à quitter leur village pour regagner des localités plus sûres. C’est dire enfin combien de fois notre enthousiasme de préparatif de fête s’est très vite transformé en une immense déception. Quel cadeau de fin d’année nous offre le gouvernement Wade ! » s’interroge Kémo Mandiang, conseiller rural à Tanaff et originaire de Kandiénou.

Les assurances de l’armée

Face à la situation, les autorités militaires sortent de leur mutisme et rassurent les populations. La Direction de l’information et des relations publiques des armées (Dirpa) par la voix du colonel Ousmane Sarr précise : « il ne s’agit pas d’un retrait définitif de l’armée mais d’un retrait stratégique qui prévoit des types de patrouilles des zones susceptibles de faire l’objet d’attaque de la part d’hommes armés ». Une autre source de l’armée relève « l’armée ne peut en aucune manière rester sur un même lieu pendant très longtemps. Il faut toujours innover dans le sens de mieux faire car la routine est aussi source de vices. Cependant, nous sommes bien conscients de la panique des populations. Nous tenons à les informer que rien n’a été fait au hasard. En langage militaire, nous quittons, mais nous restons. Il est prévu de faire des patrouilles de reconnaissance aérienne à bord des hélicoptères notamment vers les zones frontalières, des nomadisations de nos troupes et de bien d’autres approches.

Et il faut aussi saluer des efforts consentis par les uns et les autres pour le retour de la paix en Casamance, une paix bien perceptible sur le terrain. Nous souhaitons seulement que cela se poursuive pour le bien des populations et de tout le pays grâce à la volonté des autorités de tous bords ».

Mais les populations des zones concernées continuent de vider certaines localités comme Kandiénou, Diamaye, Sensenko, Kénéwaly, Talicourto, Winsako, Fadioungar, parce qu’elles sont loin d’être rassurées par les propos de l’armée. Reste à savoir comment, en cette fin d’année, les autorités militaires aideront à installer dans la sérénité les populations des parties extrêmes nord et sud du département de Sédhiou.

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1474 fois

Jeudi 27 Décembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State