Référence multimedia du sénégal
.
Google

CASAMANCE: Les 16 villageois enlevés par les rebelles libérés «Les rebelles nous ont bien traité. Nous n’avons pas été brutalisés...»

Article Lu 1634 fois

Les 16 villageois casamançais, originaires du village de Bissine situé à une quarantaine de kilomètres à l’est de Ziguinchor, enlevés par des rebelles du Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (Mfdc), ont été libérés le mercredi matin, a-t-on appris auprès d’un responsable d’une Ong locale qui fait partie de ceux qui ont négocié leur libération.



Selon ce responsable, leur libération est intervenue en territoire sénégalais et non en Guinée-Bissau comme préalablement annoncé. Il faut rappeler, à ce sujet, que les autorités bissau-guinéennes et particulièrement le ministre de l’Intérieur, ont refusé à la dernière minute que cette libération se fasse sur leur territoire, le mardi. Antoine Diamacoune, le chef des opérations militaires de la faction du Mfdc qui s’est livrée à cette prise d’otage qui faisait attendre la presse et la Croix Rouge depuis 10 heures le mardi au niveau de cette localité, est venu vers 14 heures annoncer que le ministre de l’Intérieur de la Guinée-Bissau qui devait envoyer une autorisation s’est rétracté et a demandé à ce que le Mfdc ramène ses otages au Sénégal pour les y libérer. Finalement, cette libération a eu lieu le mercredi matin à la frontière, à l’intérieur du Sénégal. Les otages parmi lesquels il y avait des enseignants et des femmes sont arrivés à Ziguinchor avant 13 h le mercredi et selon eux, ils ont été bien traités par leurs ravisseurs.

«Les rebelles nous ont bien traité. Nous n’avons pas été brutalisés et ils ont respecté notre dignité», a confié à la presse Sény Diatta, le directeur d’une école qui se trouve dans un quartier de Ziguinchor qui faisait partie des personnes enlevées. Il faut rappeler que les 16 personnes enlevées s’étaient rendues sur place pour débroussailler l’ancien site de leur village rayé de la carte par le conflit casamançais, en vue de préparer leur retour après près de vingt ans passés en exil. Selon un officier sénégalais, ce refus des autorités bissau-guinéennes est une tentative de masquer l’évidence, à savoir que la Guinée-Bissau sert d’arrière base aux combattants du Mfdc. «S’ils avaient accepté que cette libération se fasse dans leur pays, ils allaient être interpellés par l’opinion internationale. C’est pourquoi ils se sont rétractés après avoir pris du recul», a estimé notre interlocuteur.

Source: Le Matin

Article Lu 1634 fois

Vendredi 21 Mars 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State