Référence multimedia du sénégal
.
Google

CAN 2010: Ces Africains qui font pleurer les clubs français

Article Lu 11219 fois

Le bonheur des pays africains qualifiés à la CAN 2010 en Angola fera le malheur de certains clubs européens. La Coupe d’Afrique étant le rendez-vous des stars, ces clubs employeurs seront privés de leurs meilleurs éléments africains. En France, au moins cinq clubs vont souffrir en ce mois de janvier.



CAN 2010: Ces Africains qui font pleurer les clubs français
Plusieurs coaches de clubs européens font la grise mine en cette veille de Coupe d’Afrique des nations. Certains dirigeants ont même souhaité le déplacement de la date de l’événement. En effet, ils seront au moins une cinquantaine de joueurs africains qui vont manquer à leurs clubs. Certains sont indispensables dans le dispositif tactique de leurs entraîneurs. C’est particulièrement le cas de l’Ivoirien Gervais Yao Kouassi à Lille. Plus connu sous le surnom de Gervinho, l’Ivoirien pèse beaucoup sur les belles performances des Lillois cette saison. Meilleur buteur de la Ligue 1 à mi-parcours de l’édition 2009-2010 avec 11 buts, dont trois doublés en fin d’année 2009, il a largement contribué à la remontée spectaculaire des Dogues de la 15e à la 2e place au classement, derrière Bordeaux. Naturellement titulaire indiscutable dans son club, il sera sûrement le premier complice de Didier Drogba dans l’attaque des « Eléphants », grandissimes favoris de cette édition de la CAN. Son absence sera certainement fatale à son club. Les quelques matchs du mois de janvier nous édifieront, mais il y a fort à parier que les nordistes auront du mal à conserver leur rythme de cette fin de phase aller avec six victoires d’affilée, et une moyenne de près de 4 buts par match (3,8). Mamadou Samassa est devenu aussi indispensable dans le dispositif tactique de Philippe Montanier. Certes, le Malien ne débute pas tous les matches sur la pelouse avec Valenciennes, mais quand il est présent, il est souvent décisif. Meilleur buteur du club avec six buts, l’ancien Marseillais retrouve des couleurs dans le Nord. Il vit la meilleure saison de sa carrière après un passage passable à l’Olympique de Marseille. Peu sollicité pour le moment en équipe nationale, Samassa pourrait bien être aligné à côté de Frédéric Kanouté pour sa première coupe d’Afrique des nations. Pendant ce temps, son club devra trouver un moyen de relancer la machine, après quatre matches sans victoire. Les Valenciennois devront également se passer d’une autre pièce maîtresse de leur effectif, en l’occurrence leur gardien camerounais Guy Rolland Ndy Assembe. Un coup dur à gérer pendant deux, voire trois semaines puisque les « Lions indomptables » du Cameroun, autres grands favoris de l’épreuve, seront, au pire des cas, demi-finalistes. Mais, Valenciennes actuellement classé en milieu de tableau (10e/20) aura moins de soucis que Grenoble qui devra aussi se passer de son Togolais, Jacques Alaixys Romao, pour les mêmes causes. Derniers du championnat et quasiment relégués avec 7 points seulement à mi-parcours, les Isérois vont perdre l’un de leurs meilleurs éléments durant quelques semaines. Même si Jacques-Alaixys Romao et le Togo ne sont pas favoris dans le « groupe de la mort » avec le Ghana, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, il manquera à son club pendant au moins deux journées de championnat et pour son entrée dans la coupe de France ce week-end.

Depuis son arrivée dans la capitale des Alpes en 2007, le milieu défensif s’est imposé comme un titulaire indiscutable dans le dispositif de Mehmet Bazdarevic.

A Rennes, Asamoah Gyan contribue aussi à la réussite du club. Personnellement il a réussi un bel exploit, en mettant hors jeu l’international français Jimmy Briand. Devenu incontournable dans l’attaque rennaise aux côtés d’Ismaël Bangoura, le Ghanéen va aussi manquer à Frédéric Antonetti, l’entraîneur des Bretons. Meilleur buteur du club avec 8 buts depuis le début de la saison, le séjour de Gyan en Angola pour la CAN devrait toutefois permettre à Briand de faire son retour. Reste à savoir s’il pourra faire oublier le Black Star et retrouver durablement sa place.

Malgré ses prestations en dents de scie, Stéphane Sessegnon reste un joueur-clé du « onze » parisien dessiné par Antoine Kombouaré depuis le début de la saison. Toutefois, contrairement aux Rennais qui n’ont pas la chance de retrouver plus tôt leur attaquant Ghanéen, le Ghana étant parmi les favoris potentiels du tournoi, les Parisiens peuvent espérer récupérer leur puissant attaquant béninois. En effet, pour sa quatrième participation à la CAN, le Bénin est logé dans une poule difficile. Le meneur de jeu des Ecureuils béninois aura fort à faire en Angola, dans le groupe du Nigéria, de l’Egypte et du Mozambique. Pendant ce temps, Antoine Kambouaré sera contraint de trouver la solution de rechange pour pallier son absence. Contre Boulogne, le 2 décembre dernier, le technicien parisien avait géré la suspension du Béninois en alignant une ligne de milieux offensifs Giuly-Chantôme-Sankharé avant de passer à un 4-4-2 en faisant entrer Luyindula, pour enfin trouver la faille. Cette dernière tactique pourrait donc être reproduite en coupe de France, en coupe de la Ligue et en championnat à partir du 16 janvier, date de la reprise de la Ligue 1.

Ansoumana SAMBOU
Source Le Soleil

Article Lu 11219 fois

Mardi 5 Janvier 2010




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State