Référence multimedia du sénégal
.
Google

CADEAU MONETAIRE DES AUTORITES A L'EX-REPRESENTANT RESIDENT DU FMI A DAKAR: La Cnlcc offre ses services pour faire la lumière sur l'affaire Segura

Article Lu 1631 fois

La Commission nationale de lutte contre la non-transparence, la corruption et la concussion (Cnlcc) suit de très près l'affaire de corruption autour de l'ex-­Représentant résident du Fonds monétaire international (Fmi), Alex Segura. Même si elle n'a pas le pouvoir de s'auto-saisir, ladite commission qui se sent obligée d'en parler, souhaite que la lumière soit faite et attend d'être saisie à cet effet.



CADEAU MONETAIRE DES AUTORITES A L'EX-REPRESENTANT RESIDENT DU FMI A DAKAR: La Cnlcc offre ses services pour faire la lumière sur l'affaire Segura
La Commission nationale de lutte contre la non-transparence, la corruption et la concussion (Cnlcc) veut que la lumière soit faite sur l'affaire de corruption de l'ex-Représentant rési­dent du Fonds monétaire international (Fmi), Alex Segura, qui défraie la chronique depuis quelques jours. Les membres de ladite commis­sion ont exprimé ce voeu, même s'ils savent qu'ils ne peuvent pas initier de leur propre chef une enquête.

Le président de la Cnlcc, Abdoul Aziz Bâ, a fait savoir que la structure qu’il dirige n'est pas saisie, mais cela n'empêche pas qu'elle s'in­téresse à ce dossier, car sa mission est de lutter contre la corruption. «Nous avons appris cette affaire de corruption par la presse et à travers

un communiqué du Fmi. Ce sont les seuls élé­ments dont nous disposons et nous pensons que c'est important», a dit M. Bâ.



«Si on est saisi, on va examiner la récla­mation», dit le président Bâ



Chérif Mbodj, membre de la commission, renchérit : «Les responsables du Fmi nous avaient rendu visite et avaient réaffirmé leurs encouragements à toutes les structures qui lut­tent pour la bonne gouvernance et contre la corruption». C'est pourquoi d'ailleurs Abdoul Aziz Bâ et ses compagnons pensent que «le Fmi trouvera utile de saisir la commission pour l'aider dans ce sens surtout sur le plan de l'in­vestigation». De toute façon, le président de la Cnlcc se veut très clair : «Si on est saisi, on va examiner la réclamation». Donc, c'est un appel du pied que le Fmi peut exploiter pour saisir cette structure, renseignent les membres, non sans manquer de rappeler que tout autre citoyen peut faire la même chose. Cette affaire Segura a aussi donné l'occasion aux membres de la Cnlcc de poser encore le problème de l'ef­ficacité des textes. M. Bâ a déclaré que depuis la promulgation de la loi instituant la structure

qu'il préside, ils ont toujours demandé l'amélio­ration des textes pour lutter plus efficacement contre la corruption et pour mieux renforcer la bonne gouvernance. «Nous restons aussi con­vaincus que le pouvoir public est aussi animé par le même but, à l'instar du président Wade qui a manifesté sa volonté de lutter contre la corruption au plus haut niveau lors d'un des Conseils des ministres», soutient M. Bâ.

Jacque Ngor Sarr
Source Le Populaire

Article Lu 1631 fois

Jeudi 15 Octobre 2009





1.Posté par AblayeWade le 15/10/2009 10:12
Taisez-vous la Cnlcc, vous n'avez aucune légitimité que celle que j'accepte de vous accorder quand je veux. Bande de courtisans

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State