Référence multimedia du sénégal
.
Google

Battu chez lui à la présidentielle : Robert SAGNA supplie les Casamançais de voter pour lui

Article Lu 1531 fois

Sa défaite, dans son fief, à l'élection présidentielle lui est restée au travers de la gorge. Robert Sagna, pour éviter que l'histoire ne se répète, tente de juguler ce qui serait une tragédie pour sa carrière politique : une seconde débâcle lors des élections législatives.



Battu chez lui à la présidentielle : Robert SAGNA supplie les Casamançais de voter pour lui
(Correspondance) - Certes, sa défaite à la dernière élection présidentielle lui a laissé un sentiment d’insatisfaction, mais ce qui a le plus fait mal à Robert Sagna, c’est sa défaite à Ziguinchor. Et ça, la tête de liste de la coalition ‘Takku Défarat Sénégal’ l’a fait savoir à ses compatriotes du Sud. Au cours de son meeting d’hier, le dernier dans la présente campagne électorale à Ziguinchor, le maire de la capitale du Sud a dit sa surprise de voir les Ziguinchorois voter contre lui. Et cela, en dépit de la marée humaine qui l’a accueilli au stade Aline Sitoé Diatta pour son meeting de clôture. Et pourtant, Robert Sagna pensait avoir des atouts qui pouvaient guider le choix des Ziguinchorois en sa faveur comme il l’a lui-même laissé entendre devant une foule toute acquise à sa cause à la place Bambaya : ‘J’avais de l’ambition pour cette région. J’avais pensé avoir l’expérience nécessaire, les compétences requises, la rigueur nécessaire pour bénéficier de la confiance des Ziguinchorois’. Mais, grande fut sa surprise de constater au soir du 25 février dernier que le vote des populations du Sud ne s’est pas orienté en sa faveur.
Qu’est-ce qui s’est réellement passé pour que Robert Sagna, qui a bénéficié des accueils les plus populaires dans sa vie d’homme politique à Ziguinchor, Bignona et Oussouye, ait pu perdre dans son fief ? Cette question, le candidat de la coalition ‘Takku Défarat Sénégal’ se la pose lui-même sans trouver de réponse. Sa seule certitude est que quelque chose s’est passé pour qu’il ne réussisse pas à réaliser ce qui lui aurait le plus fait plaisir, c’est-à-dire gagner à Ziguinchor. Mais, Robert Sagna ne désespère pas. C’est, d’ailleurs, le sens de sa participation au scrutin du 3 juin prochain, en espérant que le tir sera rectifié. Ce qui se fera avec les Ziguinchorois à qui le maire de la capitale du Sud a lancé un appel pathétique : ‘Je vous supplie de voter pour moi’. Cette phrase, Robert Sagna l’a prononcée plusieurs fois comme pour attirer l’attention de ses compatriotes du Sud sur l’importance de ces élections qui seront déterminantes pour son avenir politique. ‘J’ai envie de savoir si Ziguinchor est derrière moi, si ce que je vous propose vous convient’, implore-t-il. Cette phrase que la tête de liste de la coalition ‘Takku Defarat Sénégal’ a lancée à ses militants traduit tout le sens de sa participation au scrutin du 3 juin prochain. En tout état de cause, l’avenir politique de Robert Sagna semble être entre les mains des populations du Sud qu’il a priées de lui renouveler leur confiance pour qu’il puisse relever les nombreux défis qui interpellent le Sénégal. Pour Robert Sagna, il serait dangereux de donner la majorité à la coalition ‘Sopi 2007’.

A son avis, le régime de l’alternance s’est beaucoup plus illustré dans la gabégie et dans les mauvais choix. Or, pense-t-il, ‘il y avait plus urgent que les échangeurs et les chantiers de la corniche’. Et Robert Sagna de constater que pendant que le gouvernement de Wade orientait ses efforts dans des chantiers inutiles pour les Sénégalais, les hôpitaux manquent de seringues et de médicaments, les chirurgiens de matériels etc. Le maire de Ziguinchor s’étonne même de voir que de gens qui se bousculaient dans les cars rapides à Dakar soient devenus subitement riches. Cela est, à son avis, la manifestation de la mal-gouvernance qui caractérise le pouvoir de l’alternance. C’est pour combattre ces comportements que Robert Sagna demande aux populations du Sud de voter pour lui. Surtout que la Casamance est au cœur de ses préoccupations.

Selon le maire de Ziguinchor, s’il avait les milliards investis à Touba, à Fatick, et à Thiès, il aurait réalisé beaucoup de choses. Par cette affirmation, Robert Sagna jette une pierre dans le jardin du Pds, qui selon lui, a ignoré Ziguinchor pour le mettre en mal avec les populations.

Un ‘mépris’ auquel il veut mettre un terme. Mais, pour cela, il compte sur le soutien des populations de la Casamance et des Ziguinchorois notamment.

Mamadou Papo MANE
Source: Walfadji

Article Lu 1531 fois

Vendredi 1 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State