Référence multimedia du sénégal
.
Google

Bagarre à la résidence de l'ambassadeur du Sénégal à Paris : La garde rapprochée de Wade mise en cause

Article Lu 11815 fois

- Deux manifestants blessés et une plainte déposée auprès du Commissariat de police du 16e arrondissement

Une dizaine de militants de Vision alternative dont certains sont membres de l'opposition ont manifesté avant-hier, samedi, devant la résidence de l'ambassadeur du Sénégal à Paris où séjourne le président Wade. Une manifestation qui a tourné court parce qu'elle s'est terminée par des coups de poing entre ces manifestants et des militants du Pds dont certains sont considérés comme faisant partie de la garde rapprochée du chef de l'Etat. Résultats : deux blessés et une plainte.



Bagarre à la résidence de l'ambassadeur du Sénégal à Paris : La garde rapprochée de Wade mise en cause
(Correspondant permanent à Paris) - La manifestation de Vision alternative devant la résidence de l’ambassadeur du Sénégal en France s'est terminée par un pugilat entre les manifestants et des militants du Parti démocratique sénégalais de Paris. Bilan : Deux blessés et une plainte déposée auprès du Commissariat de police du 16e arrondissement de Paris. Les deux blessés, Babacar Mbaye et Ameth Badiane, sont des membres de Vision alternative. Selon Moustapha Diaw, responsable de Vision alternative, Babacar Mbaye a été ‘gravement blessé à l’œil droit’ et Ameth Badiane a vu ses ‘lèvres fendues et son épaule droit déboîtée’. Le premier sera interné à l’hôpital Georges Pompidou et le second à l’hôpital Hôtel-Dieu pour suivre des traitements.
Une plainte a été déposée dès samedi et certains militants libéraux ont été entendus par la police. ‘Nous avons déposé une plainte pour coups et blessures contre le président Wade parce que nous pensons que c’est lui le commanditaire’, soutient Moustapha Diaw qui est resté avec certains de ses camarades et sympathisants au chevet des blessés pendant une bonne partie de la nuit du samedi au dimanche. En tous les cas, Meïssa Touré qu’on présente comme représentant spécial du président de la république en France dans le cadre la restructuration du Pds, a été brièvement interpellé et entendu avant d’être relâché, selon certaines sources. ‘C’est normal que Meïssa Touré soit entendu. Tout le monde a été entendu. Moi-même qui vous parle, j’ai été entendu. Ils ont pris mes références’, témoigne pour sa part Ibrahima Sonko, militant du Pds ayant pris part à la bagarre.

Tout est parti de la manifestation spontanée que Vision alternative voulait organiser devant la résidence de l’ambassadeur du Sénégal. Ayant eu l’écho de cela, quelques militants du Parti démocratique sénégalais ont rallié la demeure de Mme Maïmouna Sourang Ndir où réside, depuis quelques jours, le chef de l’Etat sénégalais. Selon Ibrahima Sonko, c’est après quelques échanges de propos que la tension a monté entre manifestants et militants du Pds. ‘Ils ont commencé à crier en traitant le président Wade de tous les noms d’oiseaux. Ce que nous ne pouvions pas admettre. Sans violence d’aucune manière, nous avons essayé de les calmer, en leur demandant de quitter la résidence parce que non seulement, ce n’était pas un lieu approprié pour manifester, mais l’on dérangeait les gens du voisinage’, explique-t-il. Mais, ajoute-t-il, ‘ils n’ont voulu rien entendre. Et ils ont commencé à jeter des œufs sur les murs de la résidence. Moi qui vous parle, j’ai reçu un coup sur la tête. C’est à partir de cet instant que l’on a commencé à riposter’. Et des coups de poing de voler très bas au point de blesser deux manifestants, dont l’un l’est ‘gravement’ à l’œil droit. ‘Il a fallu qu’on se défende. Il n’y a pas eu de jets de pierre, mais il y a eu des coups de poing. Nous avons reçu des œufs. Cela s’est mal passé’, rapporte le militant libéral.

Du côté de Vision alternative, c’est un autre son de cloche. L’un de ses responsables, Moustapha Diaw, accuse ‘la garde rapprochée’ du président Wade d’avoir bastonné ses camarades. ‘Dès que nous sommes arrivés devant la résidence de l’ambassadeur du Sénégal à Paris, les membres de la garde rapprochée du président sont sortis. Ils étaient six dont deux en tenue et quatre en civil’, explique-t-il, la gorge serrée, sous le coup de l’émotion. Pour lui, il n’y avait pas de militants de militants libéraux, sinon deux ou trois seulement. Le reste serait constitué par la garde rapprochée du président Wade, communément appelée les calots bleus.

En tous les cas, c’est la énième fois que des bagarres éclatent devant la résidence de l’ambassadeur du Sénégal à Paris. Elles opposent toujours des manifestants et des militants du Pds, souvent soutenus par la garde rapprochée du chef de l’Etat.

Moustapha BARRY
Source Walfadjri

Article Lu 11815 fois

Lundi 14 Décembre 2009





1.Posté par AMINATA le 14/12/2009 15:50
BIEN FAIT POUR LUI . ON BADINER PAS AVEC UNE INSTITUTION .
UN PRESIDENT N'AIT PAS VOTRE CAMARADE DE QUARTIER. ARRIVISTE

2.Posté par Serigne FAlilou SENGHOR le 14/12/2009 16:36


Je postule que quand le Président d'un Etat civilisé ( Le Sénégal) se déplace dans une autre République ( FRAnce), sa garde doit pouvoir gérer ce genre de chose sans violence inutile ni excessive.



Que Yondiar raccourcisse la laisse de ses chiots à crocs.

3.Posté par lecteur le 14/12/2009 18:39
Wade et ses proches n'ont qu'à se préparer, ça chauffera bien du coté présidentiel, un charlatan l'a dis l'autre jour, mais c'est une vérité absolue. les sénégalais ne resteront pas les bras croisés, tous les moyens sont bons pour faire quitter ce Vieux et son entourage au pouvoir, Il faut les marabouter tous. déjà Wade commence à avoir tous les problèmes et ça va continuer, le gat m'a dit qu'il se battra avec toute personne qui veut aider Wade à soritr de ce gouffre.

4.Posté par BARY XAM-XAM le 15/12/2009 10:43
UNE SOLUTION RAPIDE POUR FAIRE QUITTER WADE ET SES SBIRES: UN SOULEVEMENT POPULAIRE VERS LE PALAIS DE LA REPUBLIQUE AU MOMENT D'UN CONSEIL DE SINISTRES MINISTRES.

5.Posté par familles de victimes du naufrage du Joola le 15/12/2009 13:31
NAUFRAGE DU JOOLA, survenu le 26 septembre 2002 faisant près de 2000 victimes, 13 nationalités, des victimes mortes dans d'atroces souffrances...trop de zones d'ombres sur ce drame méprisé et bafoué par les autorités sénégalaises.

DES TEMOIGNAGES QUI ACCUSENT LE POUVOIR SENEGALAIS :

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State