Référence multimedia du sénégal
.
Google

BROUILLE DANS LES RELATIONS ENTRE LE PRÉSIDENT WADE ET ATÉPA: L'appel téléphonique qui a mis le feu aux poudres

Article Lu 12922 fois

Dans le sillage des attaques présiden­tielles contre l’Eglise, Pierre Goudiaby a révélé, en conférence de presse, hier, la chronologie et la teneur des événe­ments qui ont conduit à son clash avec Me Wade.



BROUILLE DANS LES RELATIONS ENTRE LE PRÉSIDENT WADE ET ATÉPA: L'appel téléphonique qui a mis le feu aux poudres
L’architecte conseil Pierre Goudiaby Atépa a mis le coup de froid dans ses relations avec Wade sur le compte d'éléments de l'entourage du président de la République, Farba Senghor en premier. Éléments qui, pour le mettre en mal avec le Chef de l'Etat, ont exploité, notam­ment, un entretien que l'architecte a eu avec le Cardinal Sarr, alors que ce dernier n'était pas encore au courant des propos de Wade. «Me Wade a été monté contre moi. Me Wade est victime et otage de son entourage, mais moi, je ne serai l'otage de personne», a dit M. Goudiaby lors de ce qu'il a appelé la «restitu­tion chronologique fidèle des faits récents» qui ont alimenté l'actualité pour éclairer l'opinion sur ses actes et faits. C'est ainsi qu'il est remon­té jusqu'aux propos tenus par Me Wade à Gouye Mouride. «A Wade que je rapportais ses propos sur la non-reconnaissance des chrétiens, il m'a répondu n'avoir jamais tenu de tels pro­pos. Pour ensuite convoquer une réunion et décider que Farba Senghor devait monter au créneau pour préciser la pensée présidentielle». Pierre Atépa d'indiquer que c'est sur son insis­tance à propos de la «mauvaise image de Farba Senghor» que ce dernier a été écarté de cette opération de Communication au profit du min­istre Moustapha Guirassy». M. Goudiaby met, entre autres, «la haine» de Farba Senghor à son égard en relation au fait qu'il a «dissuadé le président de la République de faire monter Farba Senghor au créneau après sa déclaration sur le Christ. Une dissuasion que Me Wade me reprochera plus tard». Ce qui n'empêche pas

que Pierre Goudiaby Atépa est définitivement convaincu que «Farba Senghor est un danger pour la nation. Il est temps pour Wade de l'ar­rêter».

Puis vint l'épisode «les catholiques prient Jésus ­Christ qui n'est pas Dieu». Des propos que Wade affirmera n'avoir jamais tenus, selon Pierre Atépa. C'est par la suite que l'architecte dira avoir appelé le Cardinal Théodore Adrien Sarr, à qui «Wade avait recommandé de passer par lui (Atépa), chaque fois que le Cardinal avait besoin de lui». Théodore Adrien Sarr, à ce moment-là, n'était pas encore au courant des propos du président de la République. Après cet entretien entre l'architecte et l'Archevêque, le chef de l'Etat est entré dans une colère noire contre Pierre Goudiaby Atépa, accusé de met­tre le feu. «Je n'ai jamais dit ce que vous avez raconté au Cardinal. Je ne veux plus vous voir ici», lui a dit Wade.

Vieux M. Fall
Source Le Populaire

Article Lu 12922 fois

Mardi 5 Janvier 2010





1.Posté par pathe le 05/01/2010 06:29
On n'a pas de chance.RESSEREZ LES RANGS

2.Posté par ALIOUNE BADARA le 05/01/2010 08:39
Bonjour Chers Internautes lecteurs de la Gazette du pays et du monde,

Bonne et heureuse année 2010.

C’est triste, tout ça, pour égaler la grandeur de SENGHOR et... MANDELA dans la postérité !

Quelque musulman modéré et citoyen libre que je suis, je me surprends à m’émouvoir des césures barbares que cette belle oeuvre d’art qu’est la Statue de la Renaissance Africaine est en train d’effectuer dans ce que la nation sénégalaise a de plus commun, mais également de plus concordant : la mutualité du respect de la confession religieuse.

Je suis vraiment désolé qu’on en arrive à des confrontations qui, encore une fois, trahissent si elles ne prouvent l’appauvrissement intellectuel de l’Etat du Sénégal, tant la démarche des hommes qui en animent l’essence est vulgaire.

Un Président de la République, a un projet de société et des intelligences pour le réaliser.

Voilà pourquoi je suis de ceux qui pensent que le Président de la République ne fait en principe rien du tout, parce que normalement, il fait faire tout et dispose de ressources humaines préparées à cet effet.

Il est donc éminemment orienté, conseillé, guidé et parfois même amené a décider contre sa propre volonté mais dans le sens de l’intérêt de ses gouvernés.

Cela se passe ainsi dans les systèmes démocratiques avérés.

SENGHOR, nommait ministre, la compétence technique et les bonnes moeurs, non le lien de parenté ou la propension à l’asservissement ;

Abdou DIOUF, nommait ministre, l’expérience, les bonnes moeurs et le sens de l’état, non, non plus, le lien de parenté et la propension à l’asservissement.

Voilà pourquoi il était impossible à des malfrats de tous accabits, de s’approcher de la Présidence de la République, à plus forte raison de tourner autour du Président de la République, ou de voler ses disponibilités financières de voyage.

Tous deux, SENGHOR comme DIOUF étaient entourés d’hommes de très grande qualité à qui les fonctions vitales de l’état étaient confiées.

Leurs collaborateurs directs, étaient tous formés d’abord à l’école du savoir vivre et de la dignité.

Ils disaient non quand ils pensaient que c’était cela l’intérêt de toute la nation.

Ils n’étaient pas des indigents vivant d’à peu près.

Ils étaient des hommes respectables et respectés.

Ils n’étaient pas des bandits de rue, avec une mentalité, une conscience, une psychologie, et des réflexes de bandits de rue.

Un membre de l’Academie Internationale d’Architecte, Architecte et Ingénieur Urbaniste pour ne citer que cela, ne peut se rabaisser à citer le nom d’un vulgaire commanditaire d’agression de rue sur de paisibles citoyens.

Non, ATEPA, non. Il ne faut plus jamais prononcer le nom de ce marginal encore employé par le Roi à faire pour lui les sales besognes qu’il ne peut pas faire lui - même, et dire pour lui tout haut les insanités qu’il ne peut pas dire lui - même.

Vous êtes un noble à l’éthymologie du mot, et au sens propre et au sens figuré. Parce que, votre oeuvre, mondialement connue vous a davantage ennoblit mais vous êtiez déja noble par le sang.

Vous êtes entré au Palais de la République du Sénégal au milieu des années 1970 et aviez déja le privilège à 25 ans, d’être l’invité du Président immortel SENGHOR qui aimait entretenir des conversations très intéressantes avec ’’le jeune Pierre ATEPA GOUDIABY’’.

Vous ne pouvez donc avoir faim du Palais de la République !

Je plainds le Président, il n’a personne pour lui dire non, si ce n’est une meute de chiens de garde qui le couvrent de superlatifs et qui aboient pour réclamer en retour leur maigre pitance : un peu d’argent, une voiture et un chauffeur, un logement de fonction, quelques voyages là où dans leurs rêves les plus fous ils n’auraient jamais espéré mettre le pied et ... des protitués de luxe.

Et pourtant, c’est Abdou DIOUF qui a renoncé à tout ça pour le leur offrir. Mais Abdou DIOUF était déja dans la haute administration du Sénégal à l’âge de 25 ans.

Il n’était pas un indigent âgé de plus de 50 ans, aigri et sans métier si ce n’est ’’collaborateur’’ à la solde de WADE.

Non ATEPA, laisse passer l’orage et reprend ta complicité intellectuelle avec le Président. Il a besoin d’hommes comme vous qui lui dites ’’non Monsieur le Président’’ ! Pour son bien et celui de la nation.

Parce que cette complicité vous l'aviez tous les deux bien avant son arrivée au pouvoir. Il passait souvent à votre Cabinet, des projets sous le bras pour vous les soumettre. L'Université du Futur A fricain en est une preuve palpable et vous faisiez partie des rares sénégalais a oser accueilleir chez vous l'OPPOSANT WADE.

Ne retenez pas ce qu’il a dit dans son discours à la nation. Vous n’avez pas besoin de monnayer quoi que ce soit et pour qui que ce soit.

Depuis longtemps vous travaillez pour les autres, pas pour vous.

Nous le savons tous.

Le Président ne peut plus contrôler les accès de rage de Farba SENGHOR qui refuse d’occuper dans la République le rang dans lequel sa valeur intellectuel le confine. Il veut aller là où jamais il ne pourra véritablement aller dans l'échelle de l’abstraction, parce qu’il n’y est pas préparé.

Farba finira par lui mettre à dos toutes les intelligences aptes à réaliser son projet de société, pourvu seulement que le Président lui - même survive aux effets dévastateurs des conseils malveillants de la horde de voyous à sa solde.

L’un d’entre eux a cru bon de détruire les locaux de deux quotidiens du Sénégal. Le missile des casses de Bouaké et Khorogho en Côte d’Ivoire a été envoyé en retour au Président.

Pour ne donner que cet exemple ! SENGHOR et MANDELA n’ont jamais été cités dans des casses.

Pauvre de nous ! DEWENATI !

3.Posté par Dr FAlilou SENGHOR le 05/01/2010 09:16
Ici à Ouakam, ce sarcophage haut perché symbolise le caractère poisseux et la gravité de la vision funeste de ceux croient pOuvoir en engranger des dividendes.

Ce monument n'est qu'un plagiat grossier de la statue européenne que tous connaissons. Ici elle est expression burlesque d'une personnalité retors !

Ensuite les traits anthropométriques des personnages représentés ne sont pas africains. Leur tenue vestimentaire dénudée sont d'un style douteux, et une incitation au lubrique.

Les masses glutéales de la dame - stéatopyges ou callipyges seraient le dernier problème de Wade

Wade le soi-disant concepteur n'est qu'un vieux narcissique qui se laisse pervertir.


4.Posté par right le 05/01/2010 10:31
ALIOUNE BADARA va te faire foutre ce que tu dis là c'est juste des bla bla

5.Posté par lamine@piregourey.com le 05/01/2010 12:48
Alioune Badara, ton commentaire m'a profondément touché et tu ne fais que dire la vérité et right comme tous les lâches se réfugie derrière l'anonymat du clavier pour insulter sans apporter de réplique à ce que tu dis. Effectivement sans être nostalgique du passé, du temps de Senghor et de Diouf, des energumènes comme Farba n'osaient même pas marcher sur le trottoir de la Présidence de la république à plus forte raison être nommé ministre sous wade, mais avec ce dernier on aura tout vu.

6.Posté par nguido le 05/01/2010 15:29
farba est un danger publique maitre wade est mourant il faut vite l eterer

7.Posté par diop le 05/01/2010 19:38
je suis choquée par le fait de la situation eographique de ce statut.!!!sur les mamelles !!!!!denaturer ce paysage qui fait parti de notre histoire de notre patrimoinee c' est comme couper le sein sain d une femme.je suis choquee que le communauté lebou si fiere aie accepté ce fait bien qu ils aient un caractere fort trempé.pierre goudiabi tt dit farba est un danger pour le senegal...mais y a pas que lui....

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State