Référence multimedia du sénégal
.
Google

BOMBARDIER – GRIS BORDEAUX : La finesse face à la puissance

Article Lu 1625 fois

En conviant hier le CNG, les représentants des lutteurs, les forces de l’ordre, les sapeurs pompiers et la presse à une reconnaissance des lieux, suivie d’une réunion technique, au stade Demba Diop, le promoteur Alioune Petit Mbaye a pris la juste mesure de cet événement qui se passe de tout commentaire. Et nul doute que les amateurs, férus et inconditionnels de la lutte ne voudront pour rien au monde, se le faire raconter. Et comme pour davantage coller à l’événement, l’organisateur du combat et le directeur du stade Demba Diop, Cheikh Tidiane Guindo, ont innové avec l’utilisation du granulat en lieu et place du sable pour protéger les lutteurs et ... le gazon synthétique. L’honneur reviendra donc demain à Bombardier et Gris Bordeaux de “tester ” cette “ nouveauté ” qui sonne comme une révolution dans l’arène.



BOMBARDIER – GRIS BORDEAUX : La finesse face à la puissance
L’histoire de la lutte sénégalaise s’enrichira d’une nouvelle page demain avec le combat Bombardier-Gris Bordeaux qui est la première d’une série de trois “ grandes journées ” qu’abritera le stade Demba Diop au crépuscule de la présente saison de lutte. Ce choc qui a fait sa propre publicité oppose deux lutteurs qui revendiquent leur statut de “ super cadres ” qui ambitionnent de monter en grade encore et encore.

Cependant, force est de reconnaître que Gris Bordeaux a semblé avoir brûlé les étapes en faisant face au B52 de Mbour. Pour d’aucun, ce combat est venu un peu tôt pour le protégé de Moustapha Guèye, même si un revers ne lui porterait pas tellement préjudice, à part qu’il n’aurait pas réussi à laver l’affront subi par son “ grand-frère ” face à son adversaire du jour. Cependant, l’on peut faire confiance à l’encadrement technique de Fass qui, sans doute, a pris la juste mesure de cette confrontation avant d’engager leur poulain. Gris Bordeaux par son gabarit peut tenir tête à n’importe quel poids lourd. L’assurance, la sérénité et la maîtrise technique dont il a fait preuve face à Tyson Jr et à Lac de Guiers 1 sont des qualités propres à un grand champion et nul doute que l’apport de son encadrement technique pourrait se révéler décisif dans son face à face de demain.

Au plan technique, Ibrahima Dione dit “ Gris Bordeaux ” est bien entouré avec Mbaye Guèye, Moustapha Guèye, Mbaye Ciss et toutes les “ matières grises ” qui “ officient ” dans l’écurie de Fass. Cet environnement qui fait référence dans le milieu de la lutte est sûr de leur sujet et de tels événements leur réussissent souvent. Cependant, il est de notoriété que les “ Fassois ” ne sont pas connus comme de grands puncheurs, sauf peut-être Moustapha Guèye qui a fait exception à la règle face à Mohamed Ali et Robert 2 envoyés au tapis. Que vaut son poulain sous ce chapitre ? Gris Bordeaux passe pour un technicien rompu à la tâche. Pour les besoins de ce combat, il a dû certainement s’initier à la boxe pour parer à toute éventualité et mettre assez de chances de son côté si jamais la bagarre s’invitait au combat. Face à Lac de Guiers 1, il a eu tout juste besoin de sa puissance athlétique pour triompher. Il en a administré la preuve en soulevant tout bonnement son adversaire avant de le projeter à terre, suite à une entrée en jambe. Il est vrai qu’il a dû s’y prendre à deux reprises avant d’y arriver. Face à Bombardier au gabarit impressionnant, une telle action semble vouée à l’échec et serait même lourde de conséquence. Il lui faudra également être fort mentalement pour éviter tout dérapage comme cela lui est arrivé contre Kadd Gui qu’il avait frappé après le coup de sifflet de l’arbitre. Cela lui avait valu à l’époque une suspension. Cet écart de comportement avait été mis sur le compte de son jeune âge, voire de son manque d’expérience ; depuis lors, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Il a eu le temps de mûrir et demain, il lui faudra prouver qu’il a sa place dans ce “ cénacle ” restreint où trônent le “ roi ” Yékini et ses deux suivants Balla Bèye 2 et ... Bombardier. L’idée de rencontrer en cas de victoire Yékini, comme annoncé par le promoteur, pourrait être une motivation supplémentaire pour Gris Bordeaux. Encore faudrait-il d’abord passer l’écueil du B52 de Mbour.

Serigne Dia Bombardier, depuis sa mésaventure face à Balla Bèye 2 qui avait mis à nu une de ses failles le 16 avril 2006 à Thiès, s’est juré de ne plus tomber dans un tel piège. Pour ce combat qu’il qualifie de “ tournant de sa carrière ”, il n’a pas lésiné sur les moyens. Tout a été mis en œuvre pour qu’au soir du dimanche 22 juillet, la victoire revienne à la Petite Côte. Il est vrai que sa tâche ne sera pas de tout repos. Et à y voir de plus près, il aura plus la pression, car, une défaite face à son adversaire l’exclurait du “cénacle ” et sonnerait comme un recul. Depuis près de cinq ans qu’il “ siège ” dans le cercle restreint de ténors, il a inscrit à son tableau de chasse des champions notamment Mohamed Ndao Tyson, Moustapha Guèye, mais également Zale Lô tous deux de Fass. Demain, il voudra sans doute rééditer cet exploit face au poulain du “ Tigre ” de Fass qui ambitionne, lui aussi, de mettre un terme à cette série de défaites.

Babacar S. FAYE
Source: Le Soleil

Article Lu 1625 fois

Samedi 21 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State