Référence multimedia du sénégal
.
Google

BILAN DU SOMMET DE L’OCI: Une sécurité étouffante.

Article Lu 1834 fois

Le onzième sommet de l’Organisation de la conférence islamique (Oci) qui s’est déroulé à Dakar des 8 au 14 mars a vécu. Il a été l’objet cependant d’un dispositif de sécurité que d’aucuns n’ont pas manqué de qualifier d’étouffant. Bien des participants ont en effet souffert des dispositions à ce niveau.



BILAN DU SOMMET DE L’OCI: Une sécurité étouffante.
Le sommet de l’Oci a pris fin, sans anicroches majeures. La mobilisation des services de sécurité y a été certainement pour quelque chose. N’empêche celle-ci a été pour beaucoup, étouffante. Les populations à Dakar ont subi la loi du « tout sécurité ». Elles ont éprouvé quelques difficultés à vaquer librement à leurs occupations dans le périmètre d’exception. Les forces de l’ordre ont veillé au grain quitte à importuner les braves citoyens sénégalais.

Parmi ces citoyens malmenés pendant le sommet : les riverains du Méridien Président. Ils ont souffert pendant une semaine de tracasseries de toutes sortes. A se demander si le Sénégal était sous une menace terroriste au point de dérouler un tel dispositif de sécurité ?

En tout cas les citoyens qui attendent de voir les retombées du sommet ont subi les affres des contraintes de toutes sortes. Des mécaniciens déguerpis de leur garage non loin de l’aéroport s’en sont indignés.

Ousmane D de son nom, ce mécanicien qui s’est mué le temps du sommet en chauffeur de taxi, s’en désole : « Il est vrai que l’espace public appartient à l’État, mais je vous assure que cela ne valait pas la peine de nous déguerpir de là. Nous ne représentons aucun danger. Ensuite, le fait que les hôtes nous aient aperçus des hublots n’a rien de particulier. Cela n’a rien à voir avec le sommet. D’ailleurs cette image du ciel aurait pu convaincre les hôtes sur le contraste dans le pays. Malheureusement, on a voulu faire valoir la belle image du Sénégal et en masquer l’autre ».

Comme lui, durant toute la durée du sommet, les Sénégalais se sont vus imposés de force des manières de circuler et d’agir. Les vendeurs de cacahuètes même n’ont pas été épargnés. Ils ont été déguerpis de leurs places habituelles où ils tentaient d’écouler quotidiennement leur produit. Les chauffeurs de taxis, de véhicules particuliers ou de transport public ont fait les frais du sommet et de sa sécurité totale. Il fallait voir le branle bas sur la corniche vendredi dernier, surtout près de la Mosquée de La Divinité, où certaines personnalités ont prié ce jour. Des commandos bien armés, encagoulés tenaient en respect les piétons et véhicules qui se sont aventurés par là.

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1834 fois

Lundi 17 Mars 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State