Référence multimedia du sénégal
.
Google

BAC 2009 : Quand l’Office du Bac sabote le baccalauréat

Article Lu 12080 fois


BAC 2009 : Quand l’Office du Bac sabote le baccalauréat
Les rideaux sont tombés sur le baccalauréat 2009. On attend que le deuxième tour finisse de nous révéler les taux définitifs de réussite au niveau national. Les enseignements que l’on peut en tirer sont de plusieurs ordres. Le Bac technique, par lequel tous les malheurs des candidats ont commencé, a montré que l’Office du Bac se soucie peu du déroulement normal des examens qu’il a la charge d’organiser. En effet, chaque année, il se singularise par sa manière peu courtoise et irrespectueuse de traiter les enseignants. Les correcteurs du Bac technique sont restés par exemple cinq à six jours avant de percevoir leurs avances au titre des indemnités de déplacement, alors que les épreuves pratiques devaient commencer dès le 25 juin, soit cinq jours de retard. Comment admettre qu’un professeur de Dakar, envoyé à Kédougou ou Saint-Louis pour évaluer les élèves des séries techniques, puisse ne pas être doté des moyens financiers nécessaires pour effectuer ce déplacement ? Le boycott des épreuves pratiques qui s’en est suivi, a duré plus de cinq jours, mettant ainsi les candidats dans une situation de tension et de stress préjudiciable à la concentration requise pour la suite des épreuves. En retardant ainsi le démarrage des épreuves pratiques, l’Office du Bac porte l’entière responsabilité de l’hécatombe qu’il y a eu au Bac F6.
Il faudra également signaler, pour la gouverne des lecteurs et de tous ceux qui ne connaissent pas l’enseignement technique, que le mode de paiement des épreuves de Travaux pratiques n’est pas du tout motivant. Le correcteur des épreuves écrites du Bac général perçoit 500 F par copie et 500 F par candidat interrogé. L’examinateur du Bac technique, quant à lui, surveille un candidat pendant quatre heures d’horloge pour le même taux. C’est injuste ! Voilà pourquoi ils se sont tous insurgés cette année contre ce traitement avilissant. A titre d’exemple, en France, la copie de Bac est payée à raison de 5 euros et les quatre heures d’interrogation lors des vacations orales sont indemnisées à hauteur de 37,93 euros.

Pour finir avec l’aspect financier du Bac 2009, il faudra aussi noter que, depuis que le taux de l’indemnité de déplacement est passé à 25 000 F par jour, l’Office du Bac ne convoque plus les professeurs qu’au compte-goutte pour simplement réaliser des économies de bouts de chandelle au détriment d’un examen de qualité. Des exemples de professeurs se retrouvant avec près de 200 copies à corriger font foison alors qu’il aurait suffi d’en convoquer une fois et demie de plus pour que le travail de correction se fasse avec beaucoup plus de sérieux. Les critères et arguments avancés pour limiter le nombre de professeurs à convoquer, même si c’est d’un commun accord avec certains syndicats d’enseignants, ne sont pas très pertinents. Que vaut le critère selon lequel il faut tenir une classe de Terminale dans l’année pour être convoqué cette année-là ? Même si, au cours des dix ou quinze dernières années, on a eu des Terminales, on est laissé en rade souvent au profit d’autres qui font l’expérience de cette classe pour la première fois. Des Inspecteurs de vie scolaire (Ivs), des Inspecteurs de spécialité (Is) et des Conseillers pédagogiques itinérants (Cpi) qui n’ont plus aucun contact avec les classes, sinon de manière très distante, ont été désignés comme correcteurs cette année. Loin de nous l’idée de leur dénier cette compétence, nous maintenons quand même qu’un critère reste un critère, donc à appliquer en toute circonstance.

Les sujets d’examen choisis en dehors des programmes officiels (cela est encore arrivé cette année) ne sont pas l’œuvre de professeurs craie en main, mais plutôt de professionnels de l’éducation en net déphasage avec ce qui se fait dans les classes. Où est-ce qu’on est parti les dénicher, et pourquoi ? Mystère et boule de gomme.

Au total, l’Office du Bac gagnerait à faire ses ‘Assises’ pour se conformer aux ‘bonnes pratiques’ dans le monde en matière d’organisation d’examens. Ce n’est pas compliqué. Les nombreux couacs notés chaque année sont le résultat d’une précipitation et d’un cafouillage de dernière heure, au grand dam des élèves et de leurs parents.

Les résultats du Bac 2009 sont catastrophiques, particulièrement pour les séries L’1 et L2. Si chacun y va avec sa cause : grève des enseignants, programmes inachevés, sujets hors programmes, ouverture tardive des négociations entre les syndicats d’enseignants et l’Etat, niveau faible des élèves, etc. Il y en a une qui nous semble mériter une attention particulière. Il s’agit du phénomène de la tricherie qui a été exceptionnellement bien maîtrisée cette année. Son ‘containment’ (endiguement en français) est justement la cause des nombreux échecs au Bac 2009. Ce phénomène mondial, qui commence à prendre de l’ampleur au Sénégal, risque de gangrener notre système éducatif si l’on n’y prend garde. Beaucoup de nos élèves avaient misé sur la triche pour décrocher le fameux sésame menant aux études supérieures. Certains d’entre eux à l’imagination débridée avaient inventé toutes sortes d’astuces pour tromper la vigilance des surveillants. Il y a même un site Internet répertoriant les trucs et astuces pour pouvoir tricher sans risque de se faire prendre, que nos candidats n’ont pas arrêté de consulter depuis le mois d’avril.

Chapeau bas à l‘Office du Bac qui a quand même eu le mérite d’avoir su endiguer le phénomène, en interdisant les portables et les cahiers de cours dans les salles d’examen. Il fallait y penser depuis longtemps !

Amath DIALLO Professeur d’Anglais amathd@yahoo.fr

Source: Walfadjri

Article Lu 12080 fois

Jeudi 16 Juillet 2009





1.Posté par xxl le 16/07/2009 18:52
Merci monsieur Diallo, ce que vous dites est la vérité. Je pense que le Président de la République doit procéder à un grand ménage au niveau de l'office du BAC. Cette agence constitue aujourd'hui un sérieux obstacle pour l'évaluation des enseignements apprentissages pour les classes de terminale. Beaucoup d’enseignants qui tiennent des classes de Terminales ne sont convoqués pour la correction. C’est ce qui fait que des collègues se retrouvent avec des centaines de copies et sont obliger de bâcler la correction portant ainsi préjudice aux élèves. Les leadeurs syndicaux gardent le silence parce qu’ils sont assurés d’être convoquer.

J’appelle le président de la république à situer les responsabilités et prendre des décisions avant le début de la prochaine année scolaire. Si les moyens font défaut, il faut payer 10 000 par jour aux correcteurs et convoquer tout le monde. Comme ça, les IS, IVS et entre autre inspecteur ne vont plus se bousculer à l’office du BAC pour se faire convoquer. Limage de nos leadeurs syndicaux sera aussi plus agréable à voir.
Merci

2.Posté par moussa le 16/07/2009 19:20
monsieur le professeur je crois que si tu es un bon enseignant tu n'auras pas à penser ainsi .Vas jusqu'à l'office du bac pour avoir des renseignements utiles.Vous les enseignants d'aujourdhui seul l'argent vous intéresse mais vous n'étes pas conscients de l'avenir des élèves .Vous avez passé toute l'année scolaire à revendiquer que des indemnités non des conditions pédagogiques dans les écoles et vous passez tout votre temps à faire que des " xar matt" des cours à gauche et à droite Et encore tu nous parles d'argent dans ton fameux article . merci monsieur le professeur et revois ta copie .Il ne s'agit pas de critiquer pour critiquer réfléchissez messieurs à ce que vous dites.

3.Posté par Fatou le 16/07/2009 22:42
si tout ça est vrai, j'ai honte pour mon pays

4.Posté par Domou réwmi le 27/07/2009 17:41
En tout on doit revoir tout le système de l'examen en commençant par le plus bas niveau jusqu'à l'Université. Parce que même les étudiants de par leur exposé, leur mémoire, etc. ils trichent. Ce que j'appelle tricherie au niveau des Etudiants ils prennent un ancien doc de la même faculté et utilisent le blanco et font la photocopie donc à ce niveau aussi on doit le revoir. Et j'en ai la certitude parce que là où je travaille je vois tous leurs astuces. Et à propos des élèves maintenir le système pas de portable, pas de sacs encore moins aller dans les toilettes que les élèves prennent leur dispositions d'autant plus que le temps maximum est de 04 h donc ils doivent pouvoir tenir les 04 h avant les pauses et les professeurs aussi doivent être vigilents parce que comme les wolofs disent "lou pousso mouss mouss wegn diar si tatam".

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State