Référence multimedia du sénégal
.
Google

Au nom de ‘La nourriture pour l'abondance’ : Wade double son ambition pour la production de maïs

Article Lu 1604 fois

Mais qu’est-ce qui a changé pour que Me Wade double son ambition sur le Programme maïs ? C’est la question que se pose le coordonnateur régional de l’Afp à Kolda, Chérif Léhibe Aïdara. Depuis deux ans, le chef de l’Etat ‘rêve’ de faire craquer les greniers d’épis de maïs. Une série de mesures incitatives est même annoncée pour convaincre les paysans à s’engager dans la filière. Mais, jusque-là les campagnes refusent de virer au jaune.



Au nom de ‘La nourriture pour l'abondance’ : Wade double son ambition pour la production de maïs
L’hivernage prochain, les campagnes sénégalaises pourraient virer au jaune. Car le président Wade a doublé son ambition sur le Programme maïs. Jusque-là fixé à 1 million de tonnes, ce programme doit désormais faire craquer les greniers. Mais, au Cadre de concertation nationale des ruraux (Cncr), on devrait avoir tendance à rire sous cap. Car le ‘rêve’ du chef de l’Etat de voir la production de cette céréale porter à 1 million de tonnes ne s’est jamais réalisé. L’an passé, le directeur de l’Agriculture, Samba Kanté, était à Kolda, notamment à Bagadadji (30 km à l’est de la commune de Kolda) où il s’était efforcé d’encourager les paysans à s’engager dans la filière. ‘Les Etats-Unis achètent aujourd’hui, pratiquement, tous les stocks de maïs à travers le monde’, leur avait-il dit. Il s’adressait ainsi aux producteurs de Bagadadji. Tel un agent de marketing, le directeur de l’Agriculture avait vanté toutes les raisons pour les paysans de se lancer dans cette spéculation.
En plus des Usa qui semblent prêts à rafler toute la production, il y a, selon le patron de l’Agriculture, d’autres clients. ‘L’Afrique du Sud nous a écrit récemment pour nous demander une quantité énorme de maïs. Ses éleveurs sont sur le point de vendre leurs vaches, faute de maïs. L’Egypte a formulé la même demande’, soulignait M. Kanté, avant de préciser que les cours mondiaux sur cette céréale sont aujourd’hui très élevés. La conjoncture est donc, à l’évidence, faste pour nous. ‘D’ailleurs, nous avons voulu importer du Mali un supplément de semences, mais les frontières ont été fermées à cette spéculation. Parce que dans ce pays, on redoute un déficit céréalier, en raison de la configuration de l’hivernage’, déclarait-il pour justifier que ‘l’idée du président de la république de relancer son ambition est pertinente’.

Et pour faire crouler les greniers de cette spéculation, des mesures attractives sont annoncées. ‘Au volet des semences, 3 100 t par an subventionnées à hauteur de 70 % sont mises à la disposition des producteurs du pays. Pour les régions de Kolda et de Tambacounda, les paysans paieront l’année prochaine. L’engrais est subventionné à 50 %, enfin, les techniciens vont accompagner sur le terrain les paysans pour les encadrer et les informer’, indique-t-il. Le propos enflamme la salle de la maison communautaire de Dabo où l’on se croirait en réunion libérale. ‘C’est une première !’, s’écriait Oumar Diao, le chef de village. L’offensive devrait être plus séduisante aujourd’hui, d’autant que le président veut, au nom de ‘la nourriture pour l’abondance’, 2 millions de tonnes.

Cependant, le propos du directeur de l’Agriculture n’avait pas fait perdre la raison à certains paysans. Au nombre desquels, figure Thierno Kandé. ‘Sur 100 paysans, 12 seulement ont de l’argent pour se payer de l’engrais et des semences’, se plaignait-il. Une situation consécutive, sans doute, aux campagnes désastreuses de commercialisation de l’arachide. Parce qu’à cette période de la tournée de Samba Kanté, dans cette communauté rurale de Bagadadji, 37 paysans réclamaient à un opérateur 11 millions depuis 2005. A cet obstacle, s’ajoute celui de la commercialisation. ‘On n’a pas une idée claire de l’organisation de la commercialisation’, prévenait au cours de la même réunion Coulibaly, agent à l’Ong 7a Maréwé, établie dans la commune de Kolda. ‘Produisons d’abord, avant d’affiner les stratégies de commercialisation’, lui avait répondu Samba Kanté.

L’opposition se fait plus acerbe contre cette nouvelle ambition de Wade. ‘On va vers l’échec avec tous les programmes de Wade, pas seulement le maïs !’, martèle le coordonnateur régional de l’Afp à Kolda Chérif Léhibe Aïdara. ‘En 2000, on avait 1,2 million tonnes d’arachides, aujourd’hui on est à 150 000 tonnes. On n’a pas su conserver cette production et on nous fait rêver avec 2 millions de tonnes de maïs. C’est du cinéma, parce que rien n’a changé’, ironise-t-il.

Source: Walfadjri

Article Lu 1604 fois

Lundi 21 Avril 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State