Référence multimedia du sénégal
.
Google

Atteints du bec de lièvre : Vingt enfants et trois adultes retrouvent le sourire à Saint-Louis

Article Lu 11664 fois

Un ‘petit miracle’ s’est produit à l’hôpital régional de Saint-Louis, plus particulièrement à la clinique polyvalente de cette structure hospitalière. Une vingtaine d’enfants, dont la vie était plombée depuis leur naissance par des malformations buccales et faciales ou bec de lièvre, y ont retrouvé le sourire.



Atteints du bec de lièvre : Vingt enfants et trois adultes retrouvent le sourire à Saint-Louis
(Correspondance) - Ils sont une vingtaine d’enfants qui portaient depuis leur naissance comme une tare leur bec de lièvre. Stigmatisés jusqu’au sein de leur famille, ils n’auraient jamais pu croire qu’ils retrouveraient un jour pas lointain un visage humain et le sourire. Jusqu’à ce que leur chemin croise celui d’un spécialiste espagnol, José Huroz Tristan. Ce professeur en chirurgie pédiatrique, ancien chef des services de chirurgie pédiatrique à Las Palmas (dans les îles Canaries) et actuel directeur du Centre chirurgical pour l'enfant en Mauritanie, les a opérés gratuitement grâce à l'Ong internationale basée aux Etats-Unis, ‘Smile Train’ qui s'évertue à redonner le sourire aux couches vulnérables, dont les enfants, et qui les a entièrement pris en charge.
Chez ces enfants, la métamorphose est notoire. De l'état de monstres, ces bouts de bois de Dieu sont devenus des personnes normales avec un visage juvénile radieux sur lequel, l'on peut dorénavant lire la joie de vivre et un réel plaisir de ressembler à tous les autres enfants. Au troisième étage de la façade Sud de l'hôpital, l'ambiance est bon enfant. Leurs parents ne cachent pas leur joie et n'hésitent pas à s'en ouvrir à nous. Elimane Sow, un émigré sénégalais au Gabon, qui se promène fièrement avec sa fille Seynabou Sow, 9 ans, nous a confié qu'il avait déjà mobilisé les fonds nécessaires au transfert de sa fille en Europe pour faire face à sa malformation faciale. A quelques mètres de lui, la jeune Tambacoundoise de Médina Gounass, Oumou Diallo, âgée de 2 ans, assise entre les jambes de sa maman Salimata Diallo, nous lance un sourire évocateur de son nouvel état d'esprit, elle qui avait jusqu’à son opération l'habitude de cacher sa bouche en public. La grand-mère Ndieume Fall de Lac de Guiers nous accueille à bras ouverts dans la chambre de sa petite fille Yambaye Fall qui était encore dans les bras de Morphée à notre passage. Elle ne se gêne pas pour soulever la moustiquaire pour nous permettre d’admirer ‘la nouvelle bouche’ de sa petite Yambaye.

Poursuivant notre visite de la clinique polyvalente du Chr de la capitale du Nord, toujours flanqué d'Oumar Bâ, l'infirmier d'Etat mauritanien qui accompagne le Dr Tristan, nous sommes tombés nez à nez avec le jeune Amadou Lamine Hann (9 ans) (dont nous reproduisons ci-contre les photos avant et après son opération) de la Cité Avion à Ouakam en compagnie de sa mère Safiétou Camara. Cette dernière est une ancienne athlète devenue membre de la Fédération sénégalaise d'athlétisme. Et elle nous explique comment sa vie de couple a périclité à cause du bec de lièvre dont souffrait son fils. Safiétou Camara de nous confier qu'elle a été surtout outrée par les quolibets et autres mauvais commentaires qu'essuyait son fils aîné. Que dire du témoignage pathétique de la dame Khassatou Diallo de Khar Yalla à Dakar qui nous renseigne que le petit Saliou Bâ, 8 mois, dont la maman est morte en couche, a été rejeté avant même son baptême par l'autre partie de sa famille. Cette dame qui s'occupe du ‘petit délaissé’ comme son enfant, de soutenir que ‘c'est pourquoi, lorsque j'ai vu l'article que vous aviez écrit dans votre journal, je n'ai pas perdu de temps. Aujourd'hui, je ne regrette pas d'avoir fait le déplacement et j'ai hâte de rentrer à Dakar où, c'est sûr, on ne va pas reconnaître le petit Zâle’, annonce-t-elle les larmes aux yeux.

Le bec de lièvre a, en fait, toujours été source de conflits dans les couples. Mais il a surtout généré des complexes et une réelle sensation de honte aussi bien chez les parents que chez les enfants atteints de labio-palatines ou bec de lièvre, qui sont des malformations buccales et faciales naturelles ou autres déformations liées aux impondérables de la nature. Tous ces enfants qui ont retrouvé un visage normal et le sourire, l’ont fait grâce au partenariat noué entre le centre hospitalier régional de Saint-Louis et l'Ong internationale basée au Etats-Unis, ‘Smile Train’. Et le colonel Babacar Ngom, responsable de la structure hospitalière de Saint-Louis, d'expliquer que cette idée lui est ‘venue d'un cas qui m'a été reféré par Mme Viviane Wade qui s'intéresse beaucoup à la santé des populations. A travers sa Fondation Education - Santé, elle a eu un cas douloureux de malformation qui lui a été soumis. Quand ce cas de bec de lièvre chez un enfant m'est arrivé, j'ai cherché avec mes spécialistes à régler ce problème. Ce qui n'a pas prospéré parce que, tout simplement, il faut être très fûté, très spécialisé pour pouvoir gérer ces cas’.

Le déclic aura lieu à l'occasion du dernier Festival international de jazz de Saint-Louis où il a rencontré un médecin venu de l'hexagone. Ce dernier confirme tout le bien qu'on disait de l'Ong ‘Smile Train’ et file les tuyaux nécessaires aux responsables du Chr de Saint-Louis. Le contact avec l'Ong établie aux Etats-Unis d'Amérique noué, les tractions aboutissent à l'engagement pris par l'Ong américaine de financer les opérations chirurgicales à hauteur de 400 dollars par enfant. Et le tour est joué. Le travail a déjà produit les résultats escomptés. Aujourd'hui, la petite Amy Kollé Bocoum, née le 16 décembre 2005 dans la communauté rurale de Mbouba et qui est celle dont le cas avait tant préoccupé Mme Viviane Wade, et les autres ont retrouvé le sourire grâce au Pr Tristan et à son équipe.

Mais les enfants n’ont pas été les seuls à avoir bénéficié de leur concours pour retrouver un visage humain. En effet, trois femmes d’âge mûr en ont aussi profité. C’est ainsi que Ndèye Mbacké Lô (28 ans) de Ngaye Mékhé, Dadé Sow (23 ans) de Barkédji à Linguère et Aïssata Niang (32 ans) de Dakar peuvent désormais afficher en public leur sourire.

Gabriel BARBIER
Source: Walfadji

Article Lu 11664 fois

Vendredi 20 Juillet 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State