Référence multimedia du sénégal
.
Google

Arguments pour la suppression du second tour : Le document confidentiel des «experts» du Palais

Article Lu 11229 fois

La suppression du second tour à la présidentielle de 2012 qui alimente les débats dans les chapelles politiques est plus qu’un projet qui tient à cœur Me Wade. Et les ‘experts’ en matière électorale du camp libéral ont fini de plancher sur la question. Selon ces ‘experts’ qui ont produit un document qui circule actuellement sous le manteau, la suppression du second tour présente beaucoup d’avantages.



Arguments pour la suppression du second tour : Le document confidentiel des «experts» du Palais
Avec plus de 150 partis politiques pour une population d’environ 12 millions, il va de soi que la préparation technique des élections, l’organisation matérielle et le coût exorbitant des élections générales auront toujours des conséquences directes et lourdes sur la vie de la Nation’, peut-on lire dans un document confidentiel élaboré par les ‘experts’ de Me Wade et dont nous avons pu obtenir copie. En effet, pour les libéraux, trop de partis de petite envergure ‘cannibalisent’ la vie politique nationale et prennent en otage les questions centrales du pays. ‘Une ingénierie électorale de nature à favoriser la création et le financement intégral de deux ou trois grands blocs pouvant animer la vie politique est fortement envisageable et vivement souhaitable’.
En vérité, expliquent les ‘experts’ du Pds, ‘le bon sens électoral nous commande d’opter pour le système majoritaire à un tour pour la présidentielle, les législatives et les locales, dans le but de simplifier à l’effet de pacifier l’univers politique sénégalais’. A y voir de près, ajoutent les libéraux, ‘en un demi-siècle d’histoire politique, le Sénégal n’a enregistré qu’une seule fois, une élection présidentielle à deux tours (février-mars 2000). En 1978, en 1983, en 1988, en 1993, le scrutin a été remporté dès le premier tour, -même s’il était régulièrement contesté par l’opposition d’alors amenée par Me Abdoulaye Wade. En 2007, Me Abdoulaye Wade a été réélu dès le premier tour’.

La première vertu de ce système électoral, selon toujours les libéraux, est la clarification de l’espace politique. ‘Le jeu politique deviendra fortement bipolaire et lourdement bipartisan. Les formations politiques sans base électorale seront appelées à disparaître ou à se fondre. Dans l’un comme dans l’autre cas, le résultat est le même’, disent-ils. La seconde vertu, ‘ est la simplicité de l’exercice aussi bien dans l’organisation matérielle que le choix désormais ‘utile’ que devra opérer l’électeur’. Quant à la troisième vertu de ce système électoral, le camp de Me Wade parle de ‘reconstitution de grands ensembles qui sont des machines électorales’.

Au chapitre des raisons ‘stratégiques’ de l’adoption d’un scrutin majoritaire à un tour, le Pds en cite quatre : des raisons techniques, économiques, politiques et démocratiques.

‘Le scrutin majoritaire uninominal à un tour simplifie l’organisation du scrutin’, argumentent les théoriciens de la suppression du second tour. ‘Les organisateurs du scrutin (le ministère de l’Intérieur et la Cena) ne travailleront plus dans des conditions d’un éventuel second tour qui entraîne des dépenses de prévision considérables sur le plan matériel, financier et temporel. Sur ce plan, tout sera divisé par deux pour faire des économies d’échelle’.

Avec ce mode de scrutin, les ‘experts’ du parti de Me Wade estiment que les partis s’organisent dans de grands ensembles et empêchent une prolifération des candidats en allégeant le travail des organisateurs dans la confection des listes, des fiches, des bulletins, des affichages, dans le transport de l’appareillage des urnes, etc…

‘Sur le plan économique, même les pays développés de démocratie majeure optent de plus en plus pour le scrutin à un tour. Alors pour un pays comme le Sénégal, cela se justifie aisément. C’est le Trésor public qui va retrouver le sourire’, explique-t-on dans le document.

S’agissant des raisons politiques, le parti au pouvoir estime que ce mode de scrutin favorise la rationalisation dans le choix des partis politiques. ‘Ce mode de scrutin pourra favoriser, dans un futur proche, une visibilité du champ politique avec des partis forts qui constituent des machines électorales ayant une assise solide au plan humain, financier et idéologique’.

Pour les raisons démocratiques, le Pds et ses ‘experts’ estiment que ce mode de scrutin donne une place centrale à l’électeur dans le jeu démocratique. ‘Au-délà du vote affectif, tout vote devient effectif. Cela motive le citoyen et l’oblige à voter, convaincu qu’il a pour mission, dès le premier tour, d’élire son candidat, contribuant ainsi à renforcer le taux de participation’. ‘L’inconvénient principal’ que relèvent les théoriciens de la suppression du second tour ‘est qu’il organise l’insolvabilité politique et la disparition des partis politiques insignifiants, ‘purifie’ le champ politique en supprimant les marchandages, les ballottages, les chantages et les négociations en tout genre’.

POUR L’ADOPTION DU SCRUTIN MAJORITAIRE A UN TOUR : Les deux approches des ‘experts’

Ceux qui théorisent le scrutin majoritaire à un tour à la présidentielle de 2012 envisagent deux approches pour son adoption : une approche juridique et une autre politique.

Pour l’approche juridique, les ‘experts’ de Me Wade estiment qu’elle passera par la modification de la Constitution et l’harmonisation du Code électoral. Il s’agira d’opérer une modification de l’article 26 de la Constitution du 22 janvier 2001 qui dispose que ‘le président de la République est élu au suffrage universel direct et au scrutin majoritaire à deux tours’ par ‘le président de la République est élu au suffrage universel direct et au scrutin majoritaire à un tour’. Cette modification, expliquent-ils, se fera ‘en vertu de l’article 103 de la Constitution et prévoit une adoption parlementaire plus probable ’.

Quant à l’approche politique pour l’adoption du scrutin à un tour, le document que le Pds a élaboré souligne que ce schéma peut se faire en deux temps : la phase préparatoire, la révision proprement dite. ‘ L’objectif de cette démarche est de faire passer une révision constitutionnelle en ayant le maximum d’opinions favorables dans les différentes instances du Pds, de la mouvance présidentielle et de l’opposition’.

Dans la phase préparatoire, les libéraux pensent que ‘l’allumage du moteur’ sera laissé à la libre appréciation des Sénégalais qui devront ‘obligatoirement s’appuyer sur deux leviers pour avoir un motif valable justifiant la révision : la rationalisation du choix budgétaire en diminuant le train de vie du gouvernement, de l’Etat et de son personnel politique budgétivore’.

Pour la révision proprement dite, ‘cette phase concerne l’initiative et l’adoption de la révision’. Et les libéraux estiment que la révision doit émaner du pouvoir exécutif pour mieux sécuriser la procédure. ‘Cette initiative permettra au Chef de l’Etat d’ouvrir une large concertation avec l’opposition. Occasion de réaffirmer la légalité de la procédure et l’intérêt d’une telle initiative’, souligne le document confidentiel soumis d’abord à l’appréciation des hauts responsables du Pds mais dont nous avons pu obtenir copie.

Georges Nesta DIOP
Siource Walfadjri

Article Lu 11229 fois

Vendredi 18 Septembre 2009





1.Posté par sénégalais le 18/09/2009 16:54
C'EST LE PDS QUI DECIDE OU C'EST LE PEUPLE QUI DECIDE DE CHANGER LA CONSTITUTION ?
ARRETER DE TRIPATROUILLER NOTRE CONSTITUTION. CE PROJET NE NOUS ARRANGE PAS

2.Posté par diopndiaga le 18/09/2009 17:17
Chers Journalistes , soyez courageux, infrormez juste!
Vous savez que Wade ne peut plus médicalement diriger le Sénégal.
Vous le savez..... Dites le.
Vous attendez que son dossier médical établi en suisse soit dans la rue.....
Il bluffe .
Les élections sont prévues en 2010 !!!!!!!!

3.Posté par TOUS CONTRE LES WADES EN 2012 le 18/09/2009 17:28
REJOIGNEZ MON Groupe SUR FACEBOOK TOUS CONTRE LES WADES EN 2012 parce que l'heure est grave les gars


http://www.facebook.com/group.php?gid=126930341346

4.Posté par LE DEVELOPPEMENT? UN ESPRIT, UNE VOLONTE, DANS L'INTEGRITE le 18/09/2009 23:50
Macky SALL est un outil de wade contre BENNO
Puisse t'il insister pour dire qu'il a rompu tout contact avec le PDS, c'est juste pour ferrer les popultaions et adversaire de WADE.
Au finish il se positionne comme Idrissa SECK l'avait fait en 2007 en confisquant une partie de l'electorat. Juste ce qu'il faut pour affaiblir BENNO et du meme coup faire passer WADE au premier tour. Ensuite Macky ira rejoindre le PDS(L) ce grand parti qui perrennisera le PDS.
Pour chasser WADE et le PDS du pouvoir, la seule consigne qui vaille est de combattre tout ce qui ressemble à du WADE (Idrissa SECK, Macky SALL, Aminata TALL(elle a sa partition dans ce plan))
Devant le choix d'elir Mamadou, Modou, Maamady ou Mouhamed, n'en choisissons ancun et votons CHEIKH BAMBA DIEYE ou au pire votons BENNO

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State