Référence multimedia du sénégal
.
Google

Après quatre ans de détention : La cour les déclare finalement non coupables

Article Lu 1503 fois

Pour sa dernière audience, la première session de la Cour d’assises de Saint-Louis a prononcé hier trois acquittements. Mais tous les trois acquittés l’ont été après avoir passé quatre ans en détention.



SAINT-LOUIS - La première session de la Cour d'assises 2007 de Saint-Louis, qui statuait hier sur la dixième et dernière affaire inscrite au rôle, a prononcé l'acquittement pour Mohamed Ngom, né en 1979 à Dakar, de Daouda et de Fatou Meissa Seck, marchand ambulant demeurant à Touba Tally Boubess, pour Khadim Ndiaye, né en 1980 à Dakar d'Alassane et d'Anta Seck, domicilié à Touba Tally Boubess, et pour Nioumane Dioum né en 1977 à Kaolack d'Abdou et de Khady Soumaré, marchand ambulant demeurant à Touba, quartier Niaré. Quant à Ameth Ndiaye, né en 1982 à Dakar de Djiby et de Daba Fall, commerçant domicilé à Touba cité Isboutarkiya, reconnu coupable de coups et blessures sur la personne d'Oumar Ndiaye, mari de la plaignante, il a été condamné à un an de prison ferme. Après avoir été placés sous mandat de dépôt depuis le 28 juillet 2003, ils recouvrent ainsi la liberté après un séjour carcéral de quatre ans.
Selon les termes de l'arrêt de renvoi, le 26 juillet 2003, la bande à Ameth Ndiaye a pénétré dans une maison au quartier Baye Lakhat à Touba pour y exercer des violences sur une certaine Ndèye Ndiaye, trouvée sur les lieux et, dans la même foulée, faire main basse sur les 103 000 francs, fruit de la collecte d'une tontine que la dame détenait par-devers elle. Alerté par les nombreux appels au secours, l'époux de Ndèye Ndiaye, le sieur Ousseynou Ndiaye se met à la poursuite des malfaiteurs et parvient à s'agripper aux basques de l'un d'eux. Ce dernier, après une forte résistance, lui fracture la main, une blessure constatée par le certificat médical établi par le docteur Mamadou Dieng du district sanitaire de Touba, faisant état d'une incapacité temporaire de travail de 21 jours.

Au cours de l'enquête menée par les pandores de la brigade spéciale de gendarmerie de Touba, le sieur Ameth Ndiaye a reconnu s'être rendu sur les lieux s'empressant, toutefois, de certifier n'être jamais entré dans la maison. Mohamet Ngom, lui, soutient faire partie du groupe, mais nie son implication dans les faits dénoncés d'autant qu'il n'était pas rentré dans le domicile de la victime. Khadim Ndiaye, pour sa part, explique qu'il s'est rendu sur les lieux avec ses camarades pour, uniquement, acheter du chanvre indien. Le quatrième individu, Nioumane Dioum reconnaît être un membre du groupe, mais explique aux hommes en bleu, qu'il n'était pas au courant de ce qui se tramait.

Estimant que les accusés ont servi ‘des versions remaniées’ tout au long de la procédure et ont, à la barre, tenté de faire croire aux jurés que leurs propos ont été travestis par le juge instructeur et les gendarmes-enquêteurs, l'avocat général Djibril Bâ qui les tient pour coupables de tous les faits à eux reprochés, a requis 10 ans de travaux forcés pour chacun des deux protagonistes. M. Bâ de soutenir, chemin faisant, que le fait d'avoir abordé la question du chanvre indien relève d'une pure opération pour ‘salir’ la dame Ndèye Ndiaye, de la part des accusés qui ne sont, selon le magistrat, rien qu'‘une bande de menteurs’.

Du côté du pool d'avocats de la défense, on a plaidé dans le sens de l'acquittement des accusés. Mes Jacques Baudin, Alioune Badara Cissé, Djibril Diallo et Assane Dioma Ndiaye de longuement insister sur l'absence de preuves matérielles, étant entendu que le coupe-coupe et le couteau retrouvés dans le véhicule qui transportait les accusés, mis sous scellé, n'ont jamais été retrouvés. De même, fait noter la défense, aucune trace d'effraction sur la coiffeuse présentée comme ayant abrité les 103 mille francs en question, n'a été mentionnée.

Incident d'audience : L'avocat général et Me Djibril Diallo se donnent en spectacle

‘Ce qui s'est passé est regrettable’, a laissé entendre le président de la première session de la Cour d'assises 2007 de Saint-Louis, Amadou Bal. ‘L'incident a gâché la fête’, de l'avis de Me Alioune Badara Cissé, un des avocats de la défense. Ces différentes réactions parmi tant d'autres, notées hier dans la salle de conférences du tribunal régional de Saint-Louis qui a abrité du 16 juillet dernier à hier, les onze affaires inscrites au rôle de la présente édition des assises, témoignent de l'atmosphère de crispation et de désolation qui s'est emparée des personnes qui se sont rendues au tribunal de la capitale du Nord.

L'avocat général Djibril Bâ, représentant de la société, et un des quatre avocats de la défense, Me Djibril Diallo, ont eu des échanges aigre-doux qui ont dépassé les traditionnels échanges épiques, musclés, mais dans les règles de l'art entre la défense, de la partie civile et du représentant du ministère public. ‘C'est un scandale’, se désolera un membre du public nombreux à suivre, depuis le début, ces assises 2007.

Me Djibril Diallo qui ouvrait le bal de la prise de parole des avocats de la défense après le réquisitoire de l'avocat général, s'est vu interrompre, de façon véhémente, par Djibril Bâ qui, expliquant à la cour l'origine de son courroux, s'est dit outré par l'attitude de Me Diallo qui lui a prêté des propos totalement à l'opposé des paroles qu'il a prononcées à l'audience. ‘Tu mens, tu es un menteur, il faut arrêter’, a-t-il servi à l'avocat de la défense. Ce dernier avait longuement insisté sur le fait que l'avocat général ‘a tiré sur le juge d'instruction et les gendarmes qui ont travesti les propos des accusés’, alors que Djibril Bâ, prenant à témoin l'assistance, a soutenu n'avoir rien dit de tel, lui qui est leur supérieur hiérarchique. Un silence de cimetière s'est emparé de la salle qui, l'espace de quelques secondes, a retenu son souffle. L'incident, bien que ‘réglé’ par les différentes interventions va revenir, sans cesse, à l'occasion des prises de parole qui ont suivi. Au finish, les deux hommes ont regretté ‘ce qui s'est passé’.

Gabriel BARBIER
Source: Walfadji

Article Lu 1503 fois

Samedi 28 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State