Référence multimedia du sénégal
.
Google

Après neuf ans au pouvoir : Wade transforme le Sénégal en « État voyou »

Article Lu 11726 fois

XIBAR.NET (Dakar, 12 Novembre 2009) Le président Abdoulaye Wade était réputé être un corrupteur. Il en a donné la preuve depuis qu’il a tenté de soudoyer l’agent du Fmi, Alex Segura, qui était en fin de mission. Maintenant l’État sénégalais, dont il est le chef, est qualifié de « voyou ». Une accusation pleine de sous-entendus, qui remet en question les acquis que lui avaient légués ses prédécesseurs, qui avaient fini de parfaire le Sénégal dont l’administration et les institutions, fondées par le colonisateur français, étaient des plus enviées en Afrique.



Après neuf ans au pouvoir : Wade transforme le Sénégal en « État voyou »
« État voyou » : on qualifie ainsi des pays qui sont des plaques tournantes pour les terroristes. Le Sénégal n’en est pas à ce niveau, encore, quand bien même qu’il est frontalier d’avec la Mauritanie, où Ben Laden fait de plus en plus d’émules.

Un État est, encore, « voyou », lorsqu’il est un paradis où trouvent refuge et assistance les délinquants financiers. Or, le Sénégal est indexé comme étant un pays où le blanchiment de l’argent sale est même pratiqué par son président, qui circule avec des centaines de millions en devises étrangères, dont les banques locales ignorent la provenance, parce que n’étant pas émetteurs. Abdoulaye Wade est cité dans des affaires d’argent très sordides, ceci depuis qu’il a inauguré son magistère à la tête du Sénégal. La dernière en date opposait son garde de corps et petit-fils, Lamine Faye, à son neveu et aide de camp, Cheikh Bara Cissokho. Bien avant les milliards de Taiwan, les marchés offerts à ses « amis » français, au détriment des entrepreneurs nationaux qu’il torpille, son partage du « butin » avec son « complice » Idrissa Seck, qui virera en feuilleton judiciaire international, entre autres faits, avaient défrayé la chronique. Un État est, aussi, « voyou » lorsqu’il est contrôlé par des narcotrafiquants ou tire l’essentiel de ses revenus de la vente de drogue.

Si on ne peut pas autant en dire du Sénégal, force est d’avouer que bien de la drogue transite par notre pays et y est écoulée. La plus grande saisie au monde en 2008 de cocaïne a été effectuée à 50 kilomètres de Dakar (Saly). D’importantes saisies de drogues dures et de cannabis barrent régulièrement la Une des quotidiens sénégalais. Si un État est « voyou », parce qu’ayant érigé le népotisme et la corruption comme pratiques courantes, le Sénégal l’est alors : Abdoulaye a nommé son fils, Karim, ministre d’État, sa fille Sindiely est une de ses conseillères et la clef de voûte de son cabinet, son garde du corps est son petit-fils, son aide de camp et son chauffeur sont ses neveux et Fatou Sakho, sa chargée de missions occultes est sa nièce. Il a nommé à la tête de sociétés ses parents : c’est le cas de la très liquide société qui gère toutes les côtes du Sénégal, Sapco, que dirige son neveu Ndiouga Sakho. Un État est « voyou », lorsqu’il n’applique pas la démocratie et la bonne gouvernance.

De ce point de vue, l’État sénégalais est bel et bien un « voyou » : le régime libéral a une assemblée nationale et un Sénat acquis à sa cause. Le Parlement met en branle sa majorité mécanique pour voter toutes les lois que lui propose le gouvernement. La tentative de corruption sur un agent du Fonds monétaire international qu’Abdoulaye Wade a qualifié de « cadeau », est le récent scandale qui atteste de sa pratique de mal gouvernance. Un État est voyou quand ses dirigeants combattent les citoyens qui ont réussi honnêtement dans leurs domaines d’activité et font la promotion des médiocres, qui leur servent de relais et d’hommes de mains. C’est le jeu favori de l’actuel président, Abdoulaye Wade, et de son fils Karim qui traquent tous les Sénégalais qui ont réussi honnêtement à se faire un nom avant l’alternance.

Le Sénégal est, également, un « État voyou » parce que ne respectant pas parfois des règles internationales, voire l’éthique : ce fut le cas avec la « bénédiction, par Abdoulaye Wade, de putschs, en Guinée et en Mauritanie. Me Wade est également célèbre du fait de ses tripatouillages de la Constitution du Sénégal. Il a inspiré des chefs d’États, dont Tanjan du Niger. Wade est connu pour ses ingérences dans les affaires internes de pays souverains, comme dernièrement, quand il proposait à la France l’échange d’assassins contre une Française arrêtée en Iran. Mais,attention au retour de bâton : Un voyou est partout et toujours combattu. C’est son destin !


La Redaction

Article Lu 11726 fois

Jeudi 12 Novembre 2009





1.Posté par Amsatwo le 12/11/2009 15:52
Personnellement je pense que certains propos ne doivent pas se laisser entendre surtout quand il s'agit de présérver la dignité d'un peuple
la plupart des senegalais dégagent des propos mal seins a propos de leur propos
de leur propre pays leur propre president et ils ne savent pas que ca va sentendre au niveau international et les sanctions les jugements a propos d'un président des dirigents refletent sur la population. si laide la confiance la considération envers le nos dirigents disparaissent cest nous qui allons payer les pots cassés
je suis contre ce regime mais sil sagit de le deffendre au plan international je suis pret
ce que nous senegalais faisons pour faire partire wade c pas legal et nous allons y perdre a la fin please

2.Posté par mako wax le 12/11/2009 16:17
UN BON PRESIDENT EST CELUI QUI FAIT TOUT POUR LE BIEN DE SON PEUPLE MAIS PAS CELUI QUI FAIT TOUT POUR ETRE REÉLUT

3.Posté par Deck le 12/11/2009 17:32
mako wax, tu as tout dit

4.Posté par sylla le 12/11/2009 18:34
Sous ce régime de l'alternance le sénégal est tombé très bas:corruption en vitesse,népotisme, mégalomanie, tripatouage de la constitution etc...etc
il faut rendre le pays ingouvernable pour se débarrasser des wade et horde.

5.Posté par sare le 12/11/2009 19:41
quand on est nè voyou on ne peut pas ne pas l'etre et reagir comme tel....mais il devait avoir pitiè de nous.

6.Posté par alfred le 12/11/2009 20:18
cet article n'est pas digne d'un article relevant de la deontologie journalistique, manque criard d'objectivite.

7.Posté par Senegalais le 12/11/2009 20:43
Je n'ai même pas pu lire l'article car l'intro m'a refroidi!
Franchement c'est une honte de lire l'introduction de cet article avec cette phrase "le Sénégal dont l’administration et les institutions, fondées par le colonisateur français, étaient des plus enviées en Afrique."
Il ne vous reste plus qu'à pondre un autre article pour dire du bien du colonisateur. On ne voit ce genre de chose qu'en Afrique. Un journaliste! Inculte alors! Ou admirateur du "blanc tout-puissant" qui a exploité, tué mais qui reste le "bon blanc"
On devrait évoquer le passage du colonisateur dans la douleur, la peine, l'amertume, le chagrin, la colère pour ce qu'il a fait subir à nos miens et non pour faire l'éloge de je ne sais quel héritage!

8.Posté par kwais le 12/11/2009 21:19
c'est vraiment comme si l'auteur de cet article se retrouvait dans les salons de certaines chancelleries américaines, européennes et même africaines. c'est exactement en ces termes qu'on parle du senegal et de ses dirigeants aujourd'hui.....

9.Posté par Nobody le 12/11/2009 23:10
Bon article. La verite c'est la verite. Cet homme a trahi tout l'espoir d'un peuple et ne merite plus le respect accorde a des gens de son rang ou de son age. Plus de masla.

10.Posté par mimra le 12/11/2009 23:54
tres pertinent article et il faut bouder ces voyous a la sortie illico presto pour eviter le pire

11.Posté par doudou Ba le 13/11/2009 02:52
Excellent !!!!!!!
Pouvez vous dans une approche pedagogique laisser apparaitre cet article pendant au moins un mois.
Sublime !!!!

12.Posté par francia le 13/11/2009 09:08
merci amsatwo vraimen ta raison; ne cherchons pas à ce que wade soit puni mais voyons plutot l'intérêt du peuple; kel en seront les conséquences pour nous?
Je suis pour la défense de notre pays à l'échelle internationale car après tout, la corruption est partout, la drogue circule partout

13.Posté par mousse le 13/11/2009 13:04
et pourtant le sasge et honorable SENGHOR disait que le voiyou de wade ne peut pas diriger un etat.................voila les consequences........il a transformer le pays en etat voyous.............

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State