Référence multimedia du sénégal
.
Google

Après la défection d'Idrissa SECK : NIASSE assomme le Front Siggil Sénégal

Article Lu 1293 fois

Le vernis n'a pas tenu longtemps. Les partis du ‘Front Siggil Sénégal’, qui ont réussi jusqu'ici, tant bien que mal, à mettre sous le boisseau leurs divergences et leurs ambitions personnelles au profit des intérêts de groupe, n'ont pas tenu face à la dure réalité des conséquences du boycott des élections législatives. Premiers à se jeter par-dessus bord, Moustapha Niasse et l'Afp qui ont décidé de participer aux élections locales en enterrant vivant le ‘Front Siggil Sénégal’.



Après la défection d'Idrissa SECK : NIASSE assomme le Front Siggil Sénégal
La sortie de la responsable de la délégation communale de Fann-Point E-Amitié de l'Alliance des forces de progrès (Afp) annonçant sa candidature à la mairie de Dakar n'est pas un acte isolé. Loin s'en faut. Denise Derneville semble avoir plutôt servi de ballon de sonde à Moustapha Niasse pour jauger la réaction de l'opinion - et surtout celle du Front Siggil Sénégal - par rapport à une éventuelle participation des progressistes aux élections locales.
A la vérité, l'Afp a décidé de ne pas boycotter ces joutes électorales. En effet, l'assurance avec laquelle Denise Derneville a annoncé sa candidature, cache mal l'onction qu'elle a eue, en amont, de la part de l'Afp et de son secrétaire général, Moustapha Niasse. Et puis, qui connaît ce parti sait qu'il ne s'est jamais accommodé d'une rébellion. Ce n'est pas Me Abdoulaye Babou qui nous démentira qui a eu l'outrecuidance de défier l'autorité du parti. Sous ce prisme, il est difficile de croire que Denise Derneville ait agi sans l'accord de l'Afp. A moins qu'elle ait voulu se faire hara kiri. Ce qui est peu probable.

Jointe par téléphone, hier, la responsable de la délégation communale de Fann-Point E-Amitié de l'Afp ne reculera pas d'un iota sur sa position.

Visiblement, Denise Derneville ne craint pas d'être désavouée par son parti. D'ailleurs, cette éventualité, elle l'écarte de facto. ‘C'est impossible que le parti n'aille pas dans le même sens que nous’, affirme-t-elle. Si Denise Derneville est aussi sûre d'elle, c'est parce qu'elle est en phase avec son parti. Et ces propos sont plus qu'éloquents. ‘Je ne ferai rien à l'encontre des intérêts de mon parti. Si j'ai annoncé ma candidature, c'est parce que je connais la ligne de mon parti sur cette question. Je suis suffisamment responsable pour ne pas me permettre de dire n'importe quoi’, admet-elle. Et de poursuivre : ‘L'Afp a abordé la question en réunion de Bureau politique’. Cependant, Dernise Derneville se gardera de dévoiler la décision arrêtée par son parti, mais la suite de ses propos est on ne peut plus claire : ‘L'Afp n'a pas donné de consigne de boycott des élections locales, comme ce fut le cas avec les élections législatives et sénatoriales’. Cette précision vaut son pesant… de signification.

Le porte-parole de l'Afp ne dira pas autre chose. Hélène Tine, également, jointe par téléphone, confirme que la question a été abordée au sein du Bureau politique de son parti même si une décision n'a pas encore été prise de communiquer là-dessus. Et la cironscription dans le temps des engagements pris par l'Afp, en chorus avec les autres formations politiques du ‘Front Siggil Sénégal’, clarifie davantage le chemin que s'est tracé le parti de Moustapha Niasse. ‘A la réunion du Front Siggil Sénégal au Terrou bi, les partis membres de cette coalition avaient décidé de boycotter les élections législatives. Par contre, pour ce qui concerne les élections locales, il était jugé prématuré d'en parler, mais que la question serait abordée le moment venu’, rappelle-t-elle. En fait, l'Afp s'est glissée dans la faille laissée dans le sillage des moult atermoiements de l'opposition à propos des élections locales.

Pour Denise Derneville, le Front Siggil Sénégal ne doit pas constituer un frein aux ambitions de son parti. ‘Le front, ce n'est pas un parti politique, c'est une simple unité d'action. Mais chaque formation garde sa souveraineté’.

Tout porte à croire donc que Moustapha Niasse et l'Afp vont fausser compagnie aux autres partis du ‘Front Siggil Sénégal’. Les progressistes et leurs alliés avaient excipé du refus du chef de l'Etat de dialoguer avec eux pour, surtout, tirer le bilan de l'élection présidentielle qui a été, selon leurs propres termes, ‘une mascarade électorale’. Qu'est-ce qui a changé depuis pour expliquer ce revirement de l'Afp ? Justement, rien. Peut-être la dure réalité du boycott des élections législatives qui a privé de sièges de députés les progressistes qui s'imposent dans le même temps une diète de cinq ans.

En tout cas, cette défection programmée de l'Afp, après celle d'Idrissa Seck, risque de subvertir les donnes au sein du ‘Front Sggil Sénégal’ qui, apparemment, va vers son implosion. Les partis membres de cette coalition avaient rué dans les brancards pour accuser le président Abdoulaye Wade de vouloir déstabiliser leur coalition après que celui-ci a débauché Idrissa Seck. Ce qui n'est pas faux. Sauf qu'ils ne se doutaient pas que l'estocade allait venir de ses rangs. C'est l'histoire du serpent qui se mord la queue.

Amadou DIOUF
Source: Walfadji

Article Lu 1293 fois

Mercredi 8 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State