Référence multimedia du sénégal
.
Google

Après deux défaites subies en trois sorties : Les ‘Lions’ du basket rentrent à la maison les mains vides

Article Lu 1299 fois

Le miracle ne s’est pas produit chez les ‘Lions’ du basket qui ont été prématurément sortis de la 24e édition du Championnat d’Afrique de basket (Can) qui se déroule présentement en Angola.



Après deux défaites subies en trois sorties : Les ‘Lions’ du basket rentrent à la maison les mains vides
A l’issue des trois matches joués de la poule B de cette 24e édition du Championnat d’Afrique de basket (Can) qui se déroule présentement en Angola, les ‘Lions’ du basket n’ont réussi qu’une victoire devant les ‘Aigles’ du Mali (85-70). Pour les deux autres matches les ayant opposés aux Ivoiriens et aux Egyptiens, Malèye Ndoye, Kabir Pène et compagnie ont été défaits par, respectivement, 63-65 et 63-66. De petits points d’écart qui ramènent toutefois prématurément au bercail les vice-champions d’Afrique de ce championnat d’Afrique de basket organisé par le détenteur du titre (l’Angola).
Pourtant, cette mésaventure sénégalaise était prévisible à cause des différents manquements notés ça et là tout au long de la préparation des ‘Lions’. En effet, les observateurs avertis du basket-ball sénégalais sont souvent montés au créneau pour décrier ces ratages constatés. Notamment l’absence répétée du sélectionneur national, l’Américain Sam Vincent, qui jusqu’au dernier match d’hier des ‘Lions’ contre l’Egypte, n’avait pas foulé le sol angolais. Mais, à chaque fois qu’on dénonçait l’absence du technicien américain, les membres de la Fédération sénégalaise de basket (Fsb), notamment son président Alioune Badara Diagne, s’érigeaient en bouclier pour défendre ardemment Sam Vincent qui a eu, tout au long de la saison, un emploi du temps super chargé. Parfois très remonté contre les ‘fausses’ informations souvent distillées dans une certaine presse, Alioune Badara Diagne rappelait, il y a de cela quelques semaines, que ‘Sam Vincent sera uniquement avec l’équipe nationale du Sénégal pour faire une préparation et une participation au Championnat d’Afrique de basket qui aura lieu, en août prochain, en Angola. Et accessoirement, venir épauler l’équipe féminine de basket qui se prépare, de son côté, pour le Championnat d’Afrique de basket féminin prévu en septembre prochain ici à Dakar’. En langage clair, il faisait noter que ‘Sam Vincent a un contrat de pigiste avec le Sénégal. Par conséquent, ce n’est pas un entraîneur qui va rester ici, pendant longtemps, avec l’équipe nationale de basket’.

Au finish, tout cet argumentaire du président de la Fsb s’est avéré être cousu de fil blanc. Sam Vincent qui a été engagé pour un montant de 25 millions de francs Cfa, a préféré rester aux Etats-Unis que de descendre sur le sol angolais pour coacher l’équipe du Sénégal. Pire, il n’a passé que 5 jours de préparation avec la bande à Kabir Pène (camp de Bormio en Italie). Préférant laisser la place à son compatriote américain (Collman Crawford) à qui il est revenu de prendre la commande des ‘Lions’ du basket après le refus poli de Moustapha Gaye qui, en bon manager, a senti le bruit de la tornade. Une tornade qui est finalement tombée hier sur la tête des Malèye Ndoye, de Kabir Pène, Malick Badiane et compagnie comme un couperet.

Le réveil a été, par conséquent, brutal pour le ministère des Sports et la Fédération sénégalais de basket qui auront compris que l’à peu près et l’amateurisme ne passent pas dans la haute compétition. Les membres de la Fédération sénégalaise de basket (Fsb) l’apprendront à leurs dépens, eux qui n’ont cessé de crier sur tous les toits du monde que ‘le basket-ball sénégalais mérite plus de respect. Parce qu’elle est la seule discipline sportive à rapporter au Sénégal autant de médailles qui ne se comptent pas au bout des doigts’. Ce qui est tout à fait vrai. Que ce soit en filles ou en garçons, le Sénégal dictait, il y a de cela quelques années, sa loi dans le basket continental. Nul n’ose le nier. Le basket-ball sénégalais mérite même beaucoup plus de respect que toutes les autres disciplines qui peinent à réaliser autant de prouesse. Mais tous ces succès, toutes ces prouesses réussies ça et là, par le monde sénégalais du basket, doivent-ils empêcher aux uns et aux autres de tirer la sonnette d’alarme quand les choses s’annoncent mal ou vont mal ?

D’ailleurs, depuis la signature du contrat (en avril dernier) du technicien américain Sam Vincent à qui il revenait d’assurer une bonne préparation et une bonne participation des ‘Lions’ à ce Championnat d’Afrique de basket, on n’a cessé de noter le pilotage à vu de la Fsb et du ministère des Sports. Très engagé dans sa vie de club, Sam Vincent a toujours fait faux-bon au staff technique national. De sorte que la presse nationale et certains observateurs avertis sont montés plusieurs fois au créneau pour déplorer la mauvaise préparation des ‘Lions’ qui reviennent ainsi bredouille de cette 24e édition du Can.

Mamanding Nicolas SONKO
Source: Walfadjri

Article Lu 1299 fois

Lundi 20 Août 2007





1.Posté par leuz le 20/08/2007 11:15
gaindèy basket bi amougnou bènn jom

2.Posté par NANA le 20/08/2007 22:14
leuz arrete de dire n importe quoi. ils se sont battus jusqu a la fin.
le chapionat d afrique a commencé depuis vendredi et ya aucun site qui l a mentionné. c est dommage y avé pas de supportaires derrieres eux.
vive les lions du basket

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State