Référence multimedia du sénégal
.
Google

Après avoir échoué à l'assemblée nationale : Wade tient sa revanche sur la parité avec le Sénat

Article Lu 1243 fois

Me Wade n'a pas réussi à faire appliquer la parité à l'Assemblée nationale suite à un recours des partis de l'opposition. Avec le Sénat dont il doit nommer les soixante-cinq membres sur les cent, le chef de l'Etat tient une occasion de respecter une promesse faite aux femmes et que l'opposition avait gâchée.



Après avoir échoué à l'assemblée nationale : Wade tient sa revanche sur la parité avec le Sénat
Le Sénat qui polarise l'attention à l’heure actuelle, est une belle occasion pour Me Wade de prendre une nouvelle revanche sur son opposition boycotteuse qui a toujours contesté ses choix et ses décisions. Jusqu’à la loi sur la parité homme/femme votée par l'Assemblée nationale à la veille des législatives, mais finalement rejetée par le Conseil constitutionnel suite à un recours du Parti socialiste, de la Ld/Mpt et de l'Afp. Un échec que Me Wade n'a pas fini de digérer pour avoir promis ce cadeau aux organisations des femmes sur le perron du palais de la République. Ainsi, signalent certains observateurs, le Sénat sera l'occasion pour redresser ce tort sans que l’opposition puisse avoir son mot à dire. Encore moins recourir à un quelconque arbitre.
En effet, certaines sources indiquent que le chef de l’Etat va tenter, autant que faire se peut, de respecter la parité sur le quota des soixante-cinq sénateurs qu'il doit nommer de façon discrétionnaire. Déjà que sur les trente-cinq élus, on ne compte que trois femmes : Rokhy Touré (Kaolack), Khadidiatou Dia (Kolda) et Khadietou Mendy (Oussouye). Les femmes, nous dit-on, feront donc une entrée en force dans la nouvelle institution et pourraient ne pas y jouer les seconds rôles. Car, argumentent nos interlocuteurs, ‘c'est l'occasion pour Me Wade d'appliquer la parité qui lui est si chère’. Surtout quand on sait que certaines organisations de femmes lui attribuent en partie la cause du rejet de la loi sur la parité. ‘Le chef de l'Etat est en partie responsable du rejet de la loi. Parce qu'il n'a pas présenté notre loi… Il avait pris une partie de notre loi’, se désolait une responsable du Cosef après le rejet de la loi sur la parité par le Conseil Constitutionnel. Les observateurs estiment d'ailleurs que le chef de l’Etat a donné le signal en nommant une dizaine de femmes dans le gouvernement de Hadjibou Soumaré.

Par ailleurs, la récente sortie des femmes de Diourbel, réclamant la nomination d'Aminata Tall à la présidence du Sénat, s'appuie en partie sur cette promesse de Me Wade d'appliquer la parité dans les instances de décision. ‘Nous sommes en train de changer la réalité et nous changeons à partir de ce qui dépend de nous’, avait déclaré Me Wade à l’issue de la marche des femmes réclamant l’application de la parité sur les listes de candidatures aux élections législatives. Ainsi, comme pour le prendre au mot, les femmes libérales de Diourbel l’ont récemment invité à ‘tenir compte de la parité au moment où pratiquement toutes les Institutions sont dirigées par des hommes’. Et c'est là où réside la chance du maire de Diourbel Aminata Tall sur les autres candidats à la présidence du Sénat. Apès qu'il a promis de nommer une femme comme Premier ministre sans tenir sa promesse, Me Wade se rachètera-t-il avec la nomination d'une femme à la tête du Sénat ?

Le respect de la parité au Sénat sera aussi une parade pour Me Wade face aux ‘détracteurs’ qui dénoncent son pouvoir de nommer soixante-cinq sénateurs dont certains affirment que ce sera pour recaser les frustrés de son parti. En effet, le souci de respecter la parité pourrait constituer pour lui un justificatif à cette disposition de la loi sur le mode de désignation d'une partie des membres du Sénat. Me Wade s'est donc offert l'occasion de faire de la parité une réalité.

Rappelons que la loi sur la parité aux élections législatives, telle que souhaitée par Me Wade, avait été jugée inconstitutionnelle en mars dernier au motif qu'elle violait le principe de l'égalité des citoyens et de la Déclaration universelle des Droits de l'homme et du citoyen.

Georges Nesta DIOP
Source: Walfadjri

Article Lu 1243 fois

Mercredi 29 Août 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:30 Convocation de Barhelemy Dias: le Ps divisé

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State