Référence multimedia du sénégal
.
Google

Après Ndiaga DRAME : Un autre prisonnier a tenté de s'évader de la Mac de Saint-Louis

Article Lu 1408 fois


(Correspondance) - Un détenu qui tentait de s'évader avant-hier, mardi, de la Maison d'arrêt et de correction de Saint-Louis, a été rattrapé et remis dans sa cellule par les gardes pénitentiaires qui ont, toutefois, dû le poursuivre une demi-heure durant avec... l'aide des passants et de voitures dont celle de la prison qui est parvenue à percuter le fugitif pour le stopper dans sa course. Profitant de l'heure de visites de 13 h, le prisonnier avait réussi à se faire passer pour un visiteur. Il a poussé l'audace jusqu'à aller expliquer à un garde pénitentiaire qu'il devait faciliter l'accès de la prison à un parent. Voyant que le garde avait flairé son coup, il prit les jambes à son coup pour sortir et piquer un sprint, poursuivi d'abord par des gardes pénitentiaires auxquels s'ajouteront des passants et des automobilistes. La course-poursuite dura une demi-heure avant que le véhicule de l'administration ne le heurte pour qu'il s'arrête. Blessé et sous bonne escorte, le fugitif a été reconduit en prison.
Mais qu'est-ce qui fait courir et s'évader les détenus de Saint-Louis ? Cette question est sur toutes les lèvres dans la ville de Mame Coumba Bang depuis qu'une cascade de tentatives d'évasion y ont été notées. Et, dans cette partie du pays, les commentaires, supputations et autres analyses vont bon train et chacun y va de sa vision. Mais, la thèse qui revient tel un leitmotiv est celle qui tourne autour des délicates conditions de vie des prisonniers. Pour avoir, récemment, séjourné là-bas, G. S. explique que la nuit, punaises, moustiques et autres insectes obligent les 300 pensionnaires de la Mac de Saint-Louis à veiller. A cela s'ajoutent la chaleur suffocante, la promiscuité, la mauvaise odeur et la vétusté de la bâtisse qui date de l'époque coloniale, entre autres.

L’autre élément mis en cause et qui favorise les évasions est lié à la nourriture quotidiennement servie et qui n’est pas de la meilleure qualité.

Certes, comme nous l'a confié notre interlocuteur, la ration alimentaire est toujours au rendez-vous et en abondance. Mais les préposés à la cuisine qui sont loin d'être des cordons bleus, servent des plats fades qu'on a du mal à ingurgiter. Au surplus, indépendamment du fait légitime de vouloir vaille que vaille, être libre de ses faits et gestes, se déplacer à sa guise et vaquer à ses occupations sans être épié, existent un environnement et un contexte favorables à l’évasion. Bien souvent, à l'occasion des heures de visite, le va-et-vient incessant des visiteurs mêlé à un moment de relâchement des gardes pénitentiaires, facilite l'évasion. Ou, en tout cas, donne des idées aux prévenus comme cela a encore été le cas hier. En effet, au-delà du jeune prisonnier, trois autres ont essayé de tromper la vigilance des gardes pénitentiaires.

En tout cas, après l'infortuné Ndiaga Dramé dont le corps sans vie a été rejeté avant-hier par le bras du fleuve Sénégal où il s'est noyé dimanche après avoir tenté, en vain, de fausser compagnie aux gardes pénitentiaires qui étaient à ses trousses, c'était au tour, hier, d'un autre ‘taulard’, locataire de la Maison d'arrêt et de correction de s'essayer au périlleux et aléatoire exercice d'évasion. Comme le premier évadé, multirécidiviste, le nouveau - il a commencé à fréquenter les lieux seulement lundi dernier - le fugitif n'est pas parti loin et a vu sa tentative de s'extirper des geôles saint-louisiennes, avorter. Il n'est pas allé bien loin. Car, à peine a-t-il atteint le seuil de la Mac qu’il a été intercepté par les gardes pénitentiaires encore échaudés par la tentative d'évasion de dimanche passé.

Du côté des autorités pénitentiaires, l'on renseigne que des stratégies sont d'ores et déjà mises en branle pour juguler ces velléités de fuite. A la Mac de Saint-Louis, il a été procédé à une réorganisation interne des activités ainsi qu'un redéploiement du personnel riche d'une cinquantaine d'éléments. De même, à l'occasion des heures réservées aux visiteurs, la vigilance est de mise chez les hommes du régisseur Moussa Diédhiou. Et, cerise sur le gâteau, la surveillance des détenus s’est intensifiée. Les gardes pénitentiaires qui ne leur laissent aucun pouce de terrain, sont plus regardants sur leurs moindres faits et gestes.

Gabriel BARBIER
Source: Walfadjri

Article Lu 1408 fois

Jeudi 23 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State