Référence multimedia du sénégal
.
Google

Amsatou Fall (Directeur technique national) : 'Amara Traoré et Cie ont la mission principale de nous qualifier à la Can 2012'

Article Lu 11485 fois

Après la nomination, le 15 décembre dernier, des techniciens devant prendre en charge les différentes sélections nationales, la Direction technique nationale (Dtn) s’est réunie hier, au salon d’honneur du Stade Léopold Sédar Senghor, pour décliner sa nouvelle orientation. Patron de cette structure qui a pour mission de développer le football partout au Sénégal, Amsatou Fall évoque point par point, dans cet entretien, le menu de cette rencontre qui a duré toute la journée d’hier.



Amsatou Fall (Directeur technique national) : 'Amara Traoré et Cie ont la mission principale de nous qualifier à la Can 2012'
Mission du staff technique des ‘Lions’
‘Il ne faut pas se voiler la face : le staff technique national a pour mission principale de qualifier l’équipe à la Can 2012. On gère une équipe nationale pour gagner afin d’avoir des résultats positifs. Ceci est plus qu’une nécessité. Depuis 2000, nous étions bien présents sur la scène internationale. Nous avons été finalistes en 2002, demi-finaliste en 2004, quart de finaliste en 2006, avant de disparaître en 2008. Ce serait illusoire de penser qu’il nous faut reconstruire le football en ne se qualifiant pas à la Can 2012.

C’est là un objectif prioritaire pour nous. C’est vrai qu’il nous faut des moyens pour mettre le staff dans des conditions de compétition et de performance. Mais, il nous faut aussi une obligation de résultats pour crédibiliser la direction technique nationale. Sachez toutefois que nous nous inscrivons dans le moyen terme pour réussir ce challenge.

‘Mais, je tiens à saluer l’intégration à part entière du staff technique de l’équipe nationale A dans la direction technique nationale. C’est une première dans l’histoire du football sénégalais. Avec la nouvelle configuration, l’équipe nationale A fait partie intégrante de la direction technique nationale. Et ceci ne fera que valoriser le travail de la Dtn. Cette présence du staff technique de l’équipe nationale A est une valeur ajoutée à notre structure qui a pour mission principale de développer le football sur l’étendue du territoire sénégalais. Aujourd’hui, le premier résultat qu’on doit avoir, c’est de nous qualifier à la Can 2012. Mais, il faudra aussi travailler dans le sens de faire qualifier le Sénégal dans les compétitions des petites catégories parce qu’il a disparu, depuis fort longtemps, des phases finales des compétitions internationales de petites catégories’.

Cumul de fonctions des encadreurs nationaux

‘Seuls les trois sélectionneurs de l’équipe nationale A et les titulaires des différentes catégories inférieures n’auront pas le droit de prendre en charge des clubs. Hormis ces derniers, tous les sélectionneurs adjoints (des sélections locale, junior, cadette et minime) peuvent continuer à travailler avec des clubs. Nous avons pensé qu’avec les progrès visibles, ces dernières années, dans nos championnats, il fallait intégrer des dérogations devant permettre aux adjoints de continuer de travailler avec leurs clubs respectifs. C’est vrai que, dans un premier temps, nous avons pensé faire cesser toute activité de l’ensemble des sélectionneurs au sein des clubs pour se consacrer à la tâche qui leur est dévolue au niveau national. Mais, après une profonde réflexion, nous avons jugé utile de laisser les adjoints à leur club. Ce que nous refusons, c’est que des sélectionneurs puissent être absorbés par le travail quotidien en club.

‘Par ailleurs, un entraîneur comme Badara Sarr qui est sélectionneur national adjoint de l’équipe nationale locale, de par son statut de fonctionnaire des douanes, ne peut pas entraîner un club autre que celui de l’As Douanes. (…). Ce refus de cumul des postes doit permettre aux titulaires et aux sélectionneurs chez les A de se consacrer entièrement aux équipes nationales’.

Prise en charge des petites catégories

‘Nous avons beaucoup discuté de cet aspect. Les repères sont bien là. Le Sénégal a été éliminé des phases finales de Can junior depuis 1995. Aujourd’hui, il nous faut retrouver l’élite nationale jeune. Mais, on ne peut le réussir qu’en élaborant un programme permanent. Un programme qui ne sera pas celui d’une campagne. C’est pourquoi, je disais plus haut qu’il nous faut avoir les moyens de nos politiques. C’est-à-dire avoir les moyens devant nous permettre de faire le tour du Sénégal pour trouver de bons joueurs.

‘Par ailleurs, nous avons beaucoup discuté du fait que les jeunes joueurs internationaux livrés à leurs clubs, ont souvent du mal à s’épanouir. Comme solution de rechange, nous avons pensé à organiser de façon périodique, trois jours de regroupement interne pour maintenir ces jeunes internationaux dans des conditions de performance. Nous avons tous reconnu que c’est au niveau de la direction technique nationale qu’on peut améliorer leur rendement technique et tactique. Il ne faut plus attendre qu’il y ait des compétitions pour regrouper les joueurs. Et ce travail est déjà lancé. Nous avons des équipes nationales jeunes (cadet et junior) qui existent déjà sans pour autant qu’il y ait des compétitions internationales.

‘Evidemment, vous allez me dire qu’il va falloir renouveler ces équipes. Mais, les effectifs sont déjà sur place. Nous allons juste procéder à des renouvellements progressifs à partir des compétitions nationales qui seront au programme. Nous allons faire en sorte qu’il y ait des compétitions de jeunes des petites catégories au niveau départemental, régional et national pour répondre à ces exigences. Au cas contraire, on sera toujours obligé de passer par des raccourcis pour constituer nos équipes nationales de petites catégories. Ce manque de compétition nous avait poussé à aller prendre des joueurs au niveau des centres de formation comme Diambars, Case... Ce sont là des raccourcis qui ne peuvent plus perdurer. Il nous faut forcément organiser des compétitions de la petite catégorie pour détecter les talents à tous les niveaux et dans toutes les régions, départements, communautés rurales et autres arrondissements du Sénégal. Le Sénégalais est suffisamment talentueux. Si nous parvenons à organiser ces compétitions, on se dotera de très grandes équipes nationales de jeunes catégories. Pour preuve, la finale nationale cadette qui a apposé Moya de Kolda à Ndar Gueth de Saint-Louis, a été de loin, sur le plan technique, supérieure à celle des seniors. C’est dire qu’il y a des talents partout au Sénégal. Si on multiplie les compétitions et les tournois de jeunes catégories, on constituera à coup sûr de grandes sélections de jeunes’.

Restructuration de la Dtn

‘Avec la nouvelle restructuration de la Direction technique nationale, nous avons jugé utile d’organiser cette rencontre pour rassembler tous les segments et toutes les composantes de cette structure. Surtout qu’il y a une nouvelle compétence qui vient de faire son entrée dans la Dtn. Il fallait également identifier l’organigramme de la Dtn pour que tous les membres aient une idée partagée de la structure. Au cours de cette rencontre, il nous fallait alors chercher à faire connaître ou à faire reconnaître les uns et les autres. Parce que l’appréciation que les gens font souvent de la direction technique nationale a toujours trait aux entraîneurs nationaux. C’est vrai que ce sont les plus visibles. Mais, derrière ces entraîneurs nationaux, il y a des chefs de division qui font un travail colossal. Ces chefs de division abattent un travail important dans cette partie invisible de l’iceberg, notamment dans la formation des cadres, des joueurs et du développement du football de l’élite. Il fallait donc qu’on ait une vue globale de ces segments.

‘Nous avons aussi cherché à définir les missions qui sont dévolues aux différents membres de la Dtn. Il fallait préciser à chacun sa mission principale, parce que nous avons pris le pari d’avoir une Dtn qui sera animée en permanence. Pour réussir ce pari, il faudra beaucoup de réflexion et d’échange pour bien harmoniser les positions des uns et des autres. Avec le nouveau changement apporté au niveau des encadrements des staffs techniques nationaux où, désormais, tous les sélectionneurs vont signer des contrats avec la Fédération sénégalaise de football et la Dtn, il faudrait qu’il y ait une obligation de présence des membres de la Dtn pour animer la structure dans le sens de développer le football’.

Nouvelle orientation de la Direction technique nationale

‘Dans sa nouvelle vision, la Direction technique nationale voudrait harmoniser ses séances de formation. Faire en sorte que les mêmes formations diplômantes soient organisées dans les différentes régions du Sénégal. Mais, au-delà de cet aspect lié à la formation des cadres, il faut qu’on arrive également à discuter et à harmoniser une identité du jeu propre au football sénégalais.

Parce que, jusqu’ici, on a une identité issue des football brésilien, français, allemand, du football ghanéen pour parler au niveau africain. Il est, par conséquent, temps de réfléchir sur le type de football qu’il faut au Sénégal par rapport à notre culture et à notre identité propre. Et on ne peut le faire qu’après avoir fini d’identifier le football qu’il nous faut. Cette réflexion doit aboutir par une harmonisation dans le jeu de la sélection A, de celle des cadets, en passant par la sélection locale, olympique et junior.

Ensemble, on va continuer cette réflexion pour arrêter le type de football spécifique au Sénégal. Si nous parvenons à avoir une identité unitaire spécifique au football sénégalais, nous allons développer notre football national. Nous avons jeté les bases de la réflexion. Mais ce n’est pas en deux heures que nous allons tout mettre en place. C’est un travail de réflexion qui nécessite un peu plus de temps.

‘Il nous faudra, au préalable, définir les contenus de formation pour développer notre style de jeu. Un style de jeu qui permettra, du haut des tribunes, de constater que toutes les équipes nationales du Sénégal jouent de la même manière. Ceci ne peut se faire qu’à partir du moment où on a une structure qui s’anime. Mais cela ne peut se faire qu’avec une animation permanente de la direction technique nationale. La Dtn doit notamment se pencher sur la formation en s’impliquant à fond sur le travail de réflexion’.

Recherche de moyens additionnels

‘Ce point est une préoccupation qui a nécessité beaucoup de débats. Cet aspect financier constitue le goulot d’étranglement de tous nos programmes. C’est vrai qu’il appartient à l’Etat et à la Fédération sénégalaise de football de nous accompagner dans ce domaine. Mais, nous ne comptons pas nous limiter à attendre l’appui financier des autorités de la fédération ou de l’Etat. Nous comptons créer, désormais, des mécanismes nous permettant de trouver nos propres moyens additionnels. Parce que nous avons tellement d’actions à mener que nous ne pouvons pas tout attendre de l’Etat et de la fédération.

‘Comment et où allons-nous trouver ces moyens additionnels ? Je ne sais pas encore. Mais, c’est un aspect à définir. Nous allons, en tout cas, faire en sorte qu’on ait, en permanence, des journées d’études à animer dans toutes les différentes régions pour développer le football sénégalais. L’objectif principal de cette rencontre, c’est de remobiliser la troupe. Il faut notamment une nouvelle orientation de la direction technique nationale eu égard à sa nouvelle configuration.

‘C’est vrai que la Dtn a toujours joué un rôle capital dans le fonctionnement de notre football. Pendant tout le temps qu’a duré la crise, il y avait notamment des moments où il n’y avait pas de fédération, la direction technique nationale a continué à fonctionner. C’est elle qui a notamment travaillé à la mise en place de l’équipe nationale locale qui est revenue du Championnat d’Afrique des nations avec la place de 4e. En collaboration avec le ministère des Sports, elle a été présente dans le combat qui a mené à la professionnalisation du football sénégalais. Malgré tout ce travail abattu, il nous faut aujourd’hui une direction technique nationale très forte à même de prendre à bras le corps le développement du football sénégalais. Ses composantes sont assez outillées en compétence technique et managériale. Il nous faut mettre en place une structure performante qui va ratisser large. Parce que si nous voulons avoir des équipes nationales fortes, il nous faut avoir un mécanisme de détection qui va ratisser très large’.

Propos rassemblés par Mamanding Nicolas SONKO
Source Walfadjri

Article Lu 11485 fois

Mercredi 30 Décembre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State