Référence multimedia du sénégal
.
Google

Ahmadou Bamba Mbacké et El H Malick Sy face au pouvoir colonial : L’éducation des esprits à la place du jihad de l’épée

Article Lu 1489 fois


David Robinson a animé, vendredi dernier, au Centre de recherche ouest-africain (Warc) une conférence sur le thème « Faire le plus grand Jihad : Ahmadou Bamba Mbacké et sa génération d’intellectuels musulmans à la fin du 19e siècle ». Au sortir des débats, il apparaît que le Jihad chez Ahmadou Bamba Mbacké et El H Malick Sy, contrairement à ces prédécesseurs comme El hadj Omar, est avant tout, formation des esprits.

Une des raisons qui a poussé l’Université de Dakar à décerner le titre de Docteur Honoris Causa à David Robinson est la contribution personnelle du chercheur américain à la connaissance de l’histoire du Sénégal. Vendredi dernier, au Centre de recherche Ouest-africain (Warc), où il animait une conférence sur le thème : « Faire le plus grand Jihad : Ahmadou Bamba Mbacké et sa génération d’intellectuels musulmans à la fin du 19 siècle », le Pr. Robinson a fait montre d’une parfaite connaissance, non seulement du sujet, mais de toute l’histoire moderne et contemporaine du Sénégal.

Démarche pédagogique

Introduisant le thème de la conférence, le Docteur Honoris Causa et non moins Pr. d’histoire à l’Université américaine de Michigan, dira que Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké a toujours rejeté la « Fitna » (violence en français). C’est pourquoi, explique-t-il, Khadimou Rassoul s’est très tôt démarqué des El Hadj Omar, Lat Dior, Maba Diakhou et autres Abdel Kader Kane. « Le Jihad chez Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké et El Hadj Malick Sy a consisté à changer les esprits par l’éducation. C’est par une démarche pédagogique qu’ils ont réussi à étendre le Dar al islam (espace musulman) nonobstant la présence d’un régime colonial hostile », a souligné M. Robinson qui auparavant, a rappelé que les guerres, révoltes et razzia ont été à la base de l’échec des forces omariennes et de Maba. « L’originalité de la démarche de Ahmadou Bamba Mbacké et de El H Malick Sy est d’avoir repensé l’islam en s’adossant sur de nouvelles pédagogies », a conclut le conférencier.

Pour le Pr. Abdoulaye Bathily, modérateur, le thème brillamment exposé par Robinson est d’une brûlante actualité. Le sujet, dit M. Bathily, est « une grande question qui intéresse non seulement la Oumma islamique mais toutes autres civilisations ». « Ahmadou Bamba Mbacké et El H Malick Sy ont prouvé qu’on peut résister efficacement sans s’adonner à la violence. Une démarche que nous devons méditer », estime le modérateur. Une intervention a néanmoins suscité beaucoup de débats. C’est celle du Pr. Amadou Aly Dieng qui, après avoir regretté qu’il n y ait pas des témoignages écrits sur le voyage de Ahmadou Bamba Mbacké au Gabon, s’est interrogé pourquoi les historiens négligent la dimension sociale dans leurs travaux. Pour répondre à cette interpellation, Rokhya Fall évoque l’indigence des sources. « Nous reconnaissons qu’il y a énormément de choses à faire sur ce plan, mais les historiens sont confrontés à un problème de sources », dit-elle. Le Pr. Abdoulaye Bathily abonde dans le même sens mais estime qu’il faut relativiser. Pour justifier ces propos, il brandit les travaux de son collègue Hamady Bocoum qui a récemment soutenu sa thèse d’Etat sur la métallurgie.

A ces débats intéressants et passionnants ont également participé de grands intellectuels comme l’écrivain Cheikh Hamidou Kane, le doyen de la Faculté des Lettres et sciences humaines, le Pr. Saliou Ndiaye, entre autres. Fruit d’un partenariat fécond entre le département d’histoire de l’Université de Dakar et celui de Michigan University State, cette rencontre ouvre la série de conférences que compte organiser le Centre de recherche Ouest-africain (Warc). Selon le directeur du Warc, Ousmane Sène, il est fort probable que le prochain conférencier soit le professeur Sémou Pathé Guèye.

Source: Le Soleil

Article Lu 1489 fois

Mardi 20 Novembre 2007





1.Posté par Concret le 20/11/2007 13:13
C’est vraiment extraordinaire ce qu'a révélé ce conférencier américain qui vient d'un pays où le nègre et la religion musulmane n'ont pas pignon sur roue.
J'ai beaucoup aimé la manière dont le conférencier à perçu la lutte acharnée des 2 Cheikh pour combattre le colonialisme : l’éducation et la formation. C’est malheureux que nos peuples actuels n’aient pas compris cet aspect qui est le soubassement et le fondement de tout développement. Un peuple non instruit, un peule ignare, reste toujours un peuple sous développé exploité et trompé et cela Dieu nous l’apprend à travers la première sourate du coran révélée à Seydouna Mouhamad (PSL) « Ikhra ». Ceci est une preuve tangible que sans connaissance, point de développement.

Aujourd’hui, à l’antipode de ces 2 grands hommes, le temporel et le spirituel sont ce ligués pour rendre les masses plus incultes afin de mieux les exploiter. Quand j’entends l’association des jeunes marabouts qui pour faire plaisir à Wade et se et se remplir les poches, demande aux populations de garder son calme et de se résigner devant la cherté de la vie, je suis dégouté et révulsé ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State