Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Affrontements interethniques en Guinée : Un mort et 46 blessés dans la banlieue de Conakry

CONAKRY : Un jeune Guinéen a été tué par un gendarme, hier après-midi, dans la banlieue de Conakry, au cours d'une descente des forces de l'ordre à la suite d'échauffourées dans la ville, a-t-on appris auprès de sa famille et de sources hospitalière.



Affrontements interethniques en Guinée : Un mort et 46 blessés dans la banlieue de Conakry
"Nous avons été surpris de voir cette descente violente des forces de l'ordre dans notre quartier, à cause, dit-on, d'affrontements entre malinkés et peuls qui avaient éclaté très loin de chez nous, au grand marché de Madina", a déclaré un habitant du quartier de Koloma. Hier matin, plusieurs dizaines de personnes, dont des policiers et gendarmes, avaient été légèrement blessées à Conakry, dans des affrontements entre jeunes partisans du pouvoir et opposants qui avaient débuté près du grand marché de Madina. Selon une source policière, au moins 46 personnes avaient été légèrement blessées, dont 13 policiers et gendarmes.
Des témoins interrogés par l'Afp au grand marché de Madina ont indiqué que des jeunes malinkés (l'ethnie du président Alpha Condé) avaient "frappé un peul" (l'ethnie du principal opposant, Cellou Dalein Diallo) avant de lui voler ses affaires, hier matin. La victime avait "fait appel à ses parents peuls, voulant laver l'affront", selon la même source. "Une fausse rumeur s'est répandue que le jeune peul attaqué avait été tué", a expliqué un officier de police à l'Afp.
Au moins huit véhicules ont été endommagés ou incendiés, deux motos calcinées et six boutiques incendiées par les jeunes partisans du pouvoir, selon un rapport de police rendu public hier en fin d'après midi.
A la mi-journée, les affrontements ont gagné les quartiers de Bambéto et Dar-es-Salam, majoritairement peuls, en banlieue de Conakry. Des jeunes peuls s'attaquaient aux malinkés, les sortant de force des taxis et véhicules, avant de les frapper, selon des habitants.
Selon le commissaire de police Aly Badara Soumah, des individus ont "essayé" de faire de l'agitation, mais "le problème est devenu plus grave qu'eux-mêmes ne le pensaient".
Jeudi, à Conakry, l'opposition guinéenne avait organisé une grande marche pour exiger des élections législatives "libres, crédibles et transparentes".

(AFP)

Samedi 22 Septembre 2012




1.Posté par waa sénégal le 25/09/2012 15:02
Franchement c'est trop triste ces histoires inter ethniques à n'en plus finir. Afrique doyna warr . C'est à n'y rien comprendre.

Yalna niou yalla dollil soutoureu.

Sénégal , on doit remercier le Bon Dieu tous les jours et prier pour que notre entente perdure à jamais et que cela puisse être le cas pour les autres pays.

Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés