Référence multimedia du sénégal
.
Google

Affrontements entre Decroix et Landing : la partialité de l’État risque d’être fatale

Article Lu 1953 fois

XIBAR.NET (Dakar, 17 Décembre 2009) - En invitant seulement le camp de Mamadou Diop Decroix aux concertations autour du Code électoral, au détriment de Landing Savané avec lequel il dispute le leadership de And Jëf, l’État a posé un autre acte, gros de tous les risques.



Affrontements entre Decroix et Landing : la partialité de l’État risque d’être fatale
Depuis que le ministre de l’Intérieur de l’époque, Cheikh Tidiane Sy, lui a remis le récépissé de Abd Jëf, dont son adversaire Landing prétend détenir l’original, Decroix n’a cessé de poser des actes, fort du soutien de son « allié » le président Wade, qui a du mal à agir comme « le président de tous les Sénégalais » : après avoir inauguré sa permanence, il a sommé les autorités de la Rts à ne plus passer les images et paroles de Landing Savané, en tant que leader de la formation politique, qu’il estime être la seule personne morale légale. Le contentieux pendant devant la Justice, Decroix n’en entend pas moins, avec ses affidés, « saboter » le congrès que Landing et ses partisans entendent organiser ce mois. Il est évident que ceux-ci, ne se laisseront pas faire. D’où une risque de bataille rangée le 19 décembre prochain. Hélas, si elle advenait à Dakar, elle va se généraliser dans le reste du pays, où l’un et l’autre ont leurs « militants et responsable ». Tout semble indiquer que Decroix agit à dessein, pour que du fait des risques encourues, que les assises prévues par Landing et son camp soient interdites, parce que de nature à troubler l’ordre public. Le cas échéant, la mesure pourrait être décriée, ne serait-ce que parce que Decroix avait organisé son congrès en toute quiétude, sans être dérangé. C’est dire que Wade, qui tenait à diviser les deux anciens « camarades » expose, par cet acte, son pays. Il l’engage dans le boulevard de l’insécurité. Les agressions sont déjà un gros problème, pour Dakar et sa banlieue, en particulier.

La Redaction

Article Lu 1953 fois

Jeudi 17 Décembre 2009





1.Posté par ALIOUNE BADARA le 17/12/2009 09:07
Bonjour chers Internautes,

’’Wade a réussi à faire partir Moustapha Touré, c’est un désastre pour la crédibilité de notre système électoral et pour l’image du chef de l’Etat qui, de toutes les manières, a longtemps défiguré, par de nombreuses attaques, l’esprit démocratique et le fair-play depuis son avènement au pouvoir’’.

C’est la Rédaction de la Gazette du pays et du monde qui le dit.

Je me surprends à rigoler encore une fois, quand je constate qu’il y a des sénégalais comme les membres de la Rédaction de la Gazette du pays et du monde, à qui il reste une capacité si infime soit - elle d’indignation après ce long voyage aux cîmes du jamais vus que le PDS nous a forcé à faire avec... lui.

Mais bon ! puisque de la capacité d’indignation il leur en reste, alors c’est tant mieux pour ceux qui sont encore sensibles aux complaintes.

Ce qui est sûr par contre, c’est que rien, absolument rien venant de ce pouvoir ne peut plus provoquer d’émotions quelles qu’elles soient chez les sénégalais ; rien.

Ils ont tous compris aujourd’hui, pourquoi il faudra changer en 2012. D’ici là, c’est comme si les sénégalais s’étaient donnés un mot d’ordre tacite, et accordé le 22 mars 2009 un sursis au PDS jusqu’en février 2012, le temps de la dernière danse.

La signification profonde de ces pas mûrs que franchit le peuple héroïque du Sénégal, doit être méditée par les hommes politiques qui auront après 2012 l’obligation de marcher dans la vertu parce qu’ils seront les derniers remparts contre tous les démons qui rôdent depuis 50 ans autour de notre pays.

La patience a ses limites, les sénégalais ont trop enduré. Et sans catastrophisme aucun, le péril qui guette le Sénégal est à vue d’oeil.

WADE, peut sortir par la grande porte, il en a et la générosité et la hauteur, c’est indéniable. Abdou DIOUF l’a reconnu sans du reste occulter son amour pour la position de pouvoir duquel il lui est très difficile de se départir. C’est sa nature !

Mais la force physique a une fin. Même celle du Président. Il doit donc comme son prédecesseur, lui emboiter le pas dans la perception historique qu’il a eue le 19 mars 2000, du sens des intérêts supérieurs de la nation.

Landing SAVANE :

Que de chemin parcouru de 1969 à 2009 !

Tenez-vous bien ; En 1969, Landing SAVANE était déja dans l’opposition, pour la poursuite d’une lutte qui occupa tout son temps libre d’étudiant en France façonné par les confrontations d’idées dont bouillaient ces milieux des époques de braise de 1968.

Cette lutte pour une répartition plus équitable des richesses il continuera à la mener contre le Président Léopold Sédar SENGHOR, aussitôt rentré au Sénégal sa patrie.

Nous en étions en ce moment au Parti unique : l’Union Progressiste Sénégalaise (UPS) dirigé par SENGHOR, parti dans lequel militait Abdoulaye WADE aujourd’hui Président de la République du Sénégal.

Landing pour la première fois a été emprisonné en 1975 en temps qu’opposant opérant dans la clandistinité parcequ’aucun parti autre que l’UPS n’avait le droit de s’implanter au Sénégal. C’était la loi du monopartisme ou parti unique.

C’est donc à l’âge de 30 ans que Landing passe son premier séjour en prison en temps que leader politique clandestin parce qu’il avait créé And/Jëf/Xarebi, un mouvement de gauche surveillé par l’Etat.

Le PDS venait d’avoir un an puisqu’il a été créé en 1974 après le départ de Abdoulaye WADE de l’UPS devenu plusieurs années plus tard PS (Parti Socialiste).

Le PDS n’a donc pas connu la clandestinité. C’est après la modification de la loi sur le Parti unique intervenu en 1974 et qui autorisait 04 courants politiques (le socialisme, le libéralisme, le marxisme, le conservatisme) et autant de partis politiques de contribution entendez par là au développement du Sénégal qu’Abdoulaye WADE lui, a pu créé le PDS.

Landing, toujours dans la clandestinité puisqu’il ne voulait pas de Parti de contribution mais d’opposition devra attendre 1981 l’avénement du Président Abdou DIOUF à la Magistrature suprême pour entrer dans la légalité.

En effet, sitôt installé, Abdou DIOUF proclame le multipartisme intégral. Autrement dit, n’importe quel sénégalais qui remplirait les critères d’âges et de casier judiciaire pouvait désormais créer un parti politique et concourir aux suffrages pour conquérir le pouvoir.

AJ MRDN (And Jef - Mouvement révolutionnaire pour la démocratie nouvelle) naît ainsi en 1981 avec un récépissé du Ministère de l’intérieur pour remplacer And.Jëf/Xarebi le mouvement clandestin.

La formation maoïste refuse de participer aux élections générales de 1983 qu’elle qualifie de bourgeoise, avant de concourir « sans illusion » à celles de 1988.

En 1991, Aj/Mrdn devient avec l’arrivée dans ses rangs de l’Organisation socialiste des travailleurs (Ost) de Amadou Guiro, l’Union démocratique populaire de Amadou Racine Guissé et des lecteurs de Suxuba avec à leur tête le Pr. Malick Ndiaye alors syndicaliste redouté, And/Jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme (Aj/Pads).

Landing se présente en 1993 et 2007 à la magistrature suprême. En 2000, il a soutenu dans le cadre de la Ca 2000, puis du Fal, la candidature gagnante du président Wade.

Mais la candidature de 2007 contre le candidat qu’il a soutenu en 2000 et avec qui il a fait la prison par solidarité en 1993 a été celle de la discorde ?

Abdoulaye WADE c’est sûr est dans une logique autre que celle de dévolution du pouvoir démocratiquement.

C’est cela qu’il appelle ’’candidature malvenue’’.

Et pourtant, Landing est bien présidentiable parmi les présidentiables.

Le Président le sait

j’ai fait cette bifurcation apparemment sans lien avec notre sujet, pour m’arrêter un peu sur un opposant remarquable qui, pour des raison de cohérence, d’éthique et de conviction, n’a jamais travaillé avec les socialistes pendant tout le temps qu’ils ont été au pouvoir.

Il est sinon le seul, tout au moins l’un des rares a y avoir résisté.

l’homme, assurément est vertueux. Le bruit fait autour des subventions reçues du Président pour faire vivre son parti AJPADS, sont un faux débat qu’il faut dépasser.

Pendant 31 ans, depuis SENGHOR, il a refusé tous les atours que les socialistes lui ont proposés pour rester dans une ligne de refus aride mais véridique du parti - Etat.

Il n’a accepté de fonctions publiques, qu’après l’alternance à laquelle son parti farouchemnt combattu aujourd’hui parce que craint, a contribué significativement.

Maintenant, Est - ce qu’il peut être Président de la République du Sénégal ? Oui, je le crois ;

est - ce qu’il peut être un bon Président de la République pour le Sénégal ? Oui, je le crois ;

est - ce - qu’il pourrait fédérer les forces vives de la nation par sa droiture ? Oui, je le crois ;

est - ce qu’il peut être un exemple de mesure et de raison dans une position de pouvoir ? Oui, je le crois.

J’invite donc mes compatriotes, à s’arrêter sur cette force tranquille du Sénégal.

2.Posté par moussa le 17/12/2009 10:19
decroix.................ne merite meme d etre un cireur de chaussure pour landing savane................si aujourdhui il ose s oppose a ce dernier..............c est parcequ il est un traite...............de sa generation.....................un renegat............la trahison est un don chez les pullars..............

3.Posté par assane tall le 17/12/2009 11:18
tu peux exprimer ta rancoeur voire ta haine vis à vis de Decroix MOUSSA
mais tu ne dois nullement traiter les pulhars de "traitre" . le forum sur le net
est un outil pour une contribution inttelligente au débat .Alors cher monsieur
le fouta toro, le fouta djalon, le massina, le djolof , de l'ouest à l'est de la zone
sahélienne ont preçu ta betise; à méditer!!!!!!!?

4.Posté par bita le 17/12/2009 12:43
sortez wade de cette histoire. il n'a rien à y voir

ce problème est un problème entre militants d'un même parti. Landing a joué et a perdu c'est Tout et rien d'autres.

il a pensé qu'en tentant d'exclure Diop Decroix des rangs de son parti il sera suivi comme lettre à la poste.hélas pour Kor Marie, la base ne l'a pas suivi et s'est dressée contre lui comme un seul homme .ce qui lui vaut d'ailleurs ces deboirs.
il a compris trop tard que Aj n'est pas comme les autres partis où le Sg fait ce que bon lui semble.
Pourquoi s'agiter ces derniers temps pour quelqu'un qu'on entendait JAMAIS?


5.Posté par bita le 17/12/2009 12:47
ce Moussa est un idiot de la pire espéce.
voilà les gens qui sont avec Landing c'est triste!
D'aiileurs qui t'a dit que Decroix est un Pullar IDIOT

6.Posté par beug sa reew le 17/12/2009 13:27
Landing a eu un passé brillant mais il l'a vendanger pour de l'argent Decroix est plus et plus intégre k lui!! Il ne faut pas faire des anachronisme et insulter l'histoire!

7.Posté par Panaf le 17/12/2009 15:18
Je reconnais que Landing a été brillant dans le temps, lorsqu'il était étudiant...Bon sang tout le monde sait aujourd'hui que Aj c'était plus son équipe que son leader. Des gens qui travaillaient jours et nuits pour poursuivre les idéaux du parti. Combien de fois a t-on travailler sur des documents que ce pauvre type devait utiliser avant d'aller devant la presse ? Que nenni, il est devenu superficiel, sans substance, aucune connaissance des dossiers que la presse aborde avec lui...RIEN. S'il vous plait soyez honnête, reconnaissez que Landing est vide, AJ ne pouvait plus le garder. Encore une fois, il faut être lucide. C'est le parti qui avait mis Landing devant, c'est lui qui l'a viré et a mis Decroix à sa place. Avec les réformes en place (renseignez vous) le syndrome de Landing est éliminé; aucun SG ne nous prendra plus en otage. Decroix est un visionnaire et a plus d'une fois marqué le parti; encore aujourd'hui il a su être le pilier du changement au sein du parti. Toute la base est avec lui et je me félicite que tout les anciens cadres d'AJ qui avait quitté à cause de Landing aient pris langue avec lui et discute d'un cadre pour recommencer à militer. La politique de victimisation de Landing ne marchera pas...

8.Posté par bita le 17/12/2009 17:18
tout à fait d'accord avec toi Panaf, il appartient aux citoyen de savoir que Personne, ni un chef f'Etat, ni un chef de Parti ne peuvent imposer quoique ce soit aux militants. ça c'est FINI MAINTENANT. Abana.
Ce que Decroix a fait fera tache d'huile et constituera une vrai jurisprudence.
si on assiste aujourdhui à ce pléthor de parti politique au sénégal c'est parceque les militant ont toujours fait dans le defaitisme. car dés que ton leader n'est plus content de toi il te renvoi comme si le parti lui apartenanait et ensuite ce dernier va creer un nouveau parti. Et voila ce qui justifie les 150 parti politique pour seulement 10 Millions d'habitant.
c'est aberrant!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State