Référence multimedia du sénégal
.
Google

Affaire du journal « L’Exclusif »: Le Journalisme n’est pas synonyme de ragots de grands-places

Article Lu 1673 fois

Cela faisait longtemps qu’un journaliste n’avait pas été trainé manu militari à la Division des Investigations Criminelles (DIC). Nous touchions du bois pour que cela dure. Nous pensions que notre corporation mûrissait. Hélas ! L’affaire du journal « L’Exclusifs » nous ramène à la dure réalité : nos tares. « Sorties tardives au palais : les escapades nocturnes du Président » titre ce journal. Larousse nous dit : « n.f. (italien scappata). Action de s’échapper d’un lieu, d’échapper à des obligations habituelles par un départ ou une rupture. Synonyme fugue ».



Affaire du journal « L’Exclusif »: Le Journalisme n’est pas synonyme de ragots de grands-places
Outre le fait que cette définition ne correspond à aucune réalité relaté par le journal, il y a aussi le fait que le mot au fil du temps, a pris une connotation péjorative. Il renvoie à des grivoiseries, des emportements amoureux puérils. Notre profession à un grave problème avec l’usage de la langue française.

Ensuite, notre métier n’est pas synonyme de ragots de grands-places. A chaque fois que nous commettons un article, nous devons nous poser la question cardinale : quel intérêt social a l’information que nous donnons ? Or, il semble que la tendance actuelle soit celle d’une overdose de grivoiseries, de boites postales d’hommes et de femmes aux desseins inavouables qui veulent s’attaquer à des adversaires de manière courageusement anonyme. Nous ne pouvons, nous ne devons pas être le bras armé d’intérêts occultes.

Par ailleurs, techniquement parlant, l’article en question ressemble à un questionnaire sans réponse. En quoi cela intéresse t-il les Sénégalais ? N’y a-t-il pas d’autres urgences sociales plus pressantes pour les Sénégalais que ce genre d’articles ? Bien sûr, cela fait toujours mal de voir un journaliste aller en prison. Mais quand un journaliste joue avec sa profession, sa déontologie, il doit s’attendre à la privation de sa liberté. Et il ne peut s’attendre à une compassion de notre part encore moins de solidarité. C’est notre manière à nous de nous démarquer d’une certaine presse : d’une certaine manière de faire du journalisme. Si la profession veut se moraliser, si elle veut isoler les brebis galeuses, elle ne doit absolument pas se solidariser avec ce genre de pratiques « journalistiques ».

PAR Demba Ndiaye
Source: African Global News

Article Lu 1673 fois

Jeudi 11 Octobre 2007





1.Posté par passant le 11/10/2007 19:07
EH OUI C'EST DOMMAGE, CERTAINS JOURNALISTES CONFONDENT PERTINENCE ET INSOLENCE


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:44 Pénurie d’eau à Dakar : la véritable raison…

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State