Référence multimedia du sénégal
.
Google

Affaire des infirmières Bulgares : Les prisonniers contre la normalisation avec l’Union européenne

Article Lu 1555 fois

C'est un tournant sans doute historique qui se joue autour de l'extradition vers Sofia des infirmières et du médecin bulgare. Benita Ferrero-Waldner, commissaire européenne aux Relations extérieures et Cécilia Sarkozy sont depuis dimanche à Tripoli pour négocier la sortie de ces six personnes. Les pourparlers sont ‘très durs’, estime Nicolas Sarkozy qui, en cas de succès, pourrait se rendre lui aussi à Tripoli pour rencontrer le colonel Kadhafi. Ce dernier joue sa réhabilitation au niveau européen.



Affaire des infirmières Bulgares : Les prisonniers contre la normalisation avec l’Union européenne
Les tractations pour trouver une issue à l'affaire des infirmières et du médecin bulgares accusés depuis huit ans d'avoir inoculé le sida à des enfants libyens se prolongeaient lundi soir, Sofia dénonçant de ‘nouvelles conditions inacceptables’ de la part de Tripoli. ‘La Libye ne contribue pas à la normalisation de ses relations avec l'Union européenne en posant de nouvelles conditions’ qui sont ‘trop ambitieuses et certaines même inacceptables’, a déclaré ministre bulgare des Affaires étrangères Ivaïlo Kalfine à Bruxelles, où l'Ue devait aborder le dossier. M. Kalfine a refusé de donner des détails sur les demandes libyennes tandis qu'à Tripoli, le black-out régnait sur les pourparlers en cours entre des responsables du ministère libyen des Affaires étrangères, la Fondation Kadhafi qui a mené les négociations avec les familles et la commissaire européenne aux Relations extérieures Benita Ferrero-Waldner. L'arrivée en Libye dimanche de cette dernière, ainsi que celle de l'épouse du président français Nicolas Sarkozy, Cécilia, avait pourtant fait naître l'espoir d'un règlement rapide de l'affaire des cinq infirmières et du médecin d'origine palestinienne. Leur condamnation à mort a été commuée la semaine dernière en peine de prison à vie, ouvrant la voie à leur extradition vers Sofia.
Selon une source diplomatique à Tripoli, la Libye a réclamé une ‘normalisation complète’ de ses relations avec les pays de l'Ue ‘dans tous les domaines’ ainsi que des garanties pour le traitement des enfants libyens atteints du sida. La Libye exige en prime ‘la réalisation de projets en Libye’, dont une autoroute traversant son territoire de sa frontière avec la Tunisie (est) à celle avec l'Egypte (ouest). Elle réclame également un chemin de fer reliant les ports libyens à des villes africaines, ainsi que la réhabilitation de ses sites archéologiques, a ajouté la même source sous couvert de l'anonymat, précisant que ‘les discussions étaient très difficiles’. ‘Sauf développement de dernière minute, les négociations ont peu de chance d'aboutir’, a ajouté la même source. De son côté, Mme Sarkozy a rencontré à Tripoli la fille du dirigeant libyen Aïcha. Mme Sarkozy, dont la mission est plus humanitaire que diplomatique selon Paris, ‘devrait rentrer dans la soirée’, selon une source diplomatique à Tripoli.

Le président français a multiplié pour sa part les consultations, s'entretenant trois fois avec le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, deux fois avec le numéro un libyen Mouammar Kadhafi, et une fois avec le président bulgare Guéorgui Parvanov, selon son porte-parole.

Selon une source officielle libyenne, M. Sarkozy est attendu ce mercredi à Syrte pour des entretiens avec le colonel Kadhafi, une visite que la présidence française n'a pas confirmée.

Mme Sarkozy s'était déjà rendue en Libye le 12 juillet pour rendre visite aux infirmières accusées depuis 1999 d'avoir inoculé le virus du sida à 438 enfants de Benghazi, deuxième ville de Libye, dont 56 sont décédés. Les infirmières Kristiana Valtcheva, Nassia Nenova, Valia Tcherveniachka, Valentina Siropoulo et Snejana Dimitrova, ainsi que le médecin Achraf Joumaa Hajouj, ont toujours clamé leur innocence, affirmant que leurs aveux avaient été arrachés sous la torture. Ils ont reçu le soutien de deux des chercheurs les plus éminents sur le virus, les spécialistes français Luc Montagnier et italien Vittorio Colizzi, pour qui la contamination résultait de mauvaises conditions d'hygiène.

A Paris, le collectif de familles des victimes françaises de l'attentat libyen de 1989 contre un avion DC-10 de la compagnie Uta, a demandé qu'on se montre ‘vigilant’ afin que ce dossier ne fasse pas les frais des efforts pour la libération des infirmières bulgares. En 1999, six Libyens, dont un beau-frère du colonel Mouammar Kadhafi, ont été condamnés à perpétuité par la justice française pour cet attentat, qui avait fait 170 morts, de dix-sept nationalités différentes, dont 54 Français, dans le désert du Ténéré (Niger).

Les autorités libyennes veulent obtenir la normalisation des relations avec l’Union européenne, avant l’extradition des infirmières bulgares et du médecin palestinien, détenus depuis huit ans. La commissaire européenne aux Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner, s’est entretenue à Tripoli avec des responsables du ministère des Affaires étrangères qui lui ont présenté une série d’exigences. Outre le traitement des enfants libyens atteints par le sida, Tripoli souhaite une ‘normalisation complète des relations de la Libye avec les pays de l’Union européenne dans tous les domaines’.

Il s’agit d’une demande ancienne du colonel Kadhafi, qui, après la récente normalisation des relations avec Washington, ne veut plus que son pays figure sur une quelconque liste d’’Etats-voyous’. Les relations entre l’Ue et Tripoli se sont considérablement améliorées depuis que la Libye a renoncé, en 2003, aux armes de destruction massive et après avoir remboursé les familles des victimes de l’attentat de Lockerbie, qui avait provoqué 270 morts lors de l’explosion de l’avion de la Panam en dessus de l’Ecosse en 1988.

Les responsables libyens souhaitent que l’Union européenne participe également à une série de projets industriels ambitieux, tels que la construction d’une autoroute traversant le pays et reliant ses frontières avec la Tunisie, à l’ouest, à celles avec l’Egypte à l’est. Tripoli réclame aussi la construction d’une ligne de chemin de fer reliant les ports libyens, en Méditerranée, à des villes africaines, ainsi que la réhabilitation de ses sites archéologiques, selon une source diplomatique à Tripoli. Le gouvernement libyen a également demandé la modernisation de l’hôpital de Benghazi, un bâtiment de 1 200 lits où travaillaient les infirmières bulgares et le médecin palestinien qui, selon les Libyens, auraient contaminé les 438 enfants, dont 56 sont décédés. Le président français a promis de satisfaire cette demande, selon des informations publiées dans le site internet de l’hebdomadaire Le Point.

Nicolas Sarkozy s’est entretenu dans la nuit de dimanche à lundi avec le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, ‘afin d’évoquer les calendriers d’un accord pour obtenir la libération des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien et leur rapatriement immédiat’. Les négociations entre l’Ue et Tripoli concernant ce délicat dossier durent depuis 2003. Le président français pourrait se rendre ‘rapidement’ à Tripoli, mais il n’a pas confirmé que cette visite aurait lieu mercredi, comme cela a été annoncé par les autorités libyennes.

Source: Walfadji

Article Lu 1555 fois

Mardi 24 Juillet 2007


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State