Référence multimedia du sénégal
.
Google

Affaire Segura: Wade accusé de "banaliser la corruption"

Article Lu 1680 fois

La valise contenant 133.000 euros remise à un agent du FMI à Dakar en guise de "cadeau d'adieu", soulève une polémique d'une ampleur sans précédent au Sénégal, où médias et représentants de la société civile fustigent une "banalisation de la corruption" par le président Abdoulaye Wade.



Affaire Segura: Wade accusé de "banaliser la corruption"
"Wade, distributeur automatique du palais", a titré, sans ambages, le journal privé Le Quotidien vendredi, en grosses lettres à sa une. En début de semaine, le Fonds monétaire international (FMI) avait expliqué qu'un de ses agents avait reçu de la présidence sénégalaise pas moins de "100.000 euros et 50.000 dollars (33.000 euros)", ajoutant que l'argent avait été restitué.

Le président Wade avait confirmé à l'institution internationale "avoir organisé la remise" de cet argent, le 25 septembre, au représentant-résident du FMI à Dakar qui achevait sa mission dans le pays. Ce fonctionnaire, qui avait bien souvent critiqué la gestion des fonds publics au Sénégal, s'était vu offrir une valise pleine de billets après un dîner avec M. Wade.

Coutume et tradition...

Le président, âgé de 84 ans, au pouvoir depuis 2000 et bien décidé à se représenter en 2012, n'a pas commenté de vive voix l'affaire. Mais, dans un communiqué, il a mis en avant "la coutume". "Selon nos traditions, lorsque quelqu'un, qui est resté longtemps chez nous, nous quitte, on lui offre un cadeau, soit en nature soit en une modeste somme d'argent pour lui permettre d'acheter lui-même ses souvenirs pour sa famille", a plaidé M Wade.

Le président a expliqué qu'il avait omis de "préciser la somme" à remettre au visiteur, "car il y avait une pratique", et que son aide de camp s'était, en fait, "trompé" sur le montant.

Le colonel ainsi mis en cause "a-t-il confondu les coupures de 500 euros et celles de 50?", a demandé ironiquement le journal Sud, tandis que Le Quotidien reprochait au président de "banaliser la pratique de la corruption".

Des sociologues, interrogés par d'autres médias sur cette "tradition", ont conclu que celle-ci "a bon dos". "Dans le registre des sociétés africaines traditionnelles, lorsqu'on donne un cadeau, c'est pour raffermir les relations sociales", a souligné le sociologue Djiby Diakhate. Il a estimé que l'argent offert à l'agent du FMI visait plutôt à "l'amener à avoir une position favorable au Sénégal" et constituait une "pratique corruptive".

Wade disqualifié

A Dakar, les langues se délient pour évoquer les présents remis, au Palais, à diverses personnalités, syndicales, politiques, religieuses, etc. "La présidence appelle des syndicalistes, nuitamment, pour leur donner des enveloppes" a ainsi déclaré le secrétaire général de la fédération générale des travailleurs du Sénégal (FGTS), Sidya Ndiaye. "Des subsides et des véhicules 4x4 ont aussi été donnés pour diviser le mouvement social enseignant", a-t-il assuré.

Pour le coordonnateur du Forum civil (branche sénégalaise de Transparency International), Mouhamadou Mbodj, le président s'est "disqualifié" pour "gérer les ressources publiques dans un pays où la majorité des ménages vivent en-dessous du seuil de la pauvreté".

"Dès que M. Wade évoquera la bonne gouvernance, les gens souriront", dit-il. Il y a un mois, M. Wade avait déjà dû défendre la gestion d'une agence nationale dirigée par son fils, Karim, très critiquée dans le livre d'un journaliste sénégalais ( Abdou Latif Coulibaly, "Comptes et mécomptes de l'Anoci").

Le Parti socialiste (opposition) a accusé le président d'avoir installé "un système fait de népotisme et de clientélisme" et demandé au FMI et aux partenaires du Sénégal de "sévir" à son encontre.

Source Jeune Afrique


Article Lu 1680 fois

Dimanche 1 Novembre 2009





1.Posté par Dr FAlilou SENGHOR le 01/11/2009 19:30
Qui sera le prochain récipiendaire du "prix Ségura" pour le népostisme ?

Nous sommes en droit de nous poser cette question sur ce système YONDIAR et ses maladresses :

- Diané, le chauffeur est un neveu qui a toujours constaté que son oncle était un retors, versatile et ombrageux.

- Colonel Bara Cissoko , ( demi-frère utérin du précedent) . Ce gorille silencieux qui a toujours vu pratiquer la méthode Ségura.

- Viviane Vert , la vieille perfide dont la prégance sur l'Etat exhale des relents néo coloniaux

- Karim Robert le poisseux de l'immeuble TAmaro. Celui-là dont l'Anoci nous a livré les galeries ludiques de Soubédioune. La fissuration de ce tunnel est déjà annoncée que Karim proposera de refectioner avec quelques milliards.

- Sindjéli la benjamine discrête, qui sait déglutir des milliards en silence

- Doudou WAde fils de Adama Wade le plus pervers du clan, dont la morale autorise à boire dès demain la diarrhée du successeur de Wade.

- Lamine Faye, l'inénarrable petit-neveu kleptomane qui a toujours vécu d'expédients. Il se vante désormais d'avoir pratiqué l'urolagnie avec des dames de la jet set.

- Ndeye Sakho, qui est la fille de Khady wade est impliquée dans des actions mini ségura. C'est une nièce plus fumière que fumiste.
- Diouga Sakho, cadet de la précédenteet Dg de la Sapco
- On ne doit oublier la maquilleuse dont le nom ne me revient pas mais qui s'occupe bien de l'éclat du visage de tonton Yondiar président.

Auzou biLLahi mina sultani wa mina nassara !

2.Posté par Faye le 01/11/2009 20:16
dimanche 1 novembre 2009
Le président qui refuse de grandir
Le président qui refuse de grandir

De retour d’un énième périple qui l’a conduit au Bahrein, en Iran et en France, le président Abdoulaye Wade a, comme à l’accoutumée, fait une déclaration à la RTS1 au cours de laquelle il a décrié la gestion de l’Unesco sous le règne d’Amadou Makhtar Mbow. Se référant aux propos de l’ambassadeur des Etats Unis au Bahrein, il dit je cite: L’ambassadeur des Etats-Unis à Bahreïn a accusé Makhtar Mbow à la télévision de Bahreïn de népotisme, de mauvaise gestion et même de détournement. Il a dit que Makhtar Mbow avait tous ses parents autour de lui à l’Unesco. C’est difficile de laisser passer cela, parce que c’est l’image du Sénégal qui est ternie. Je me suis dit alors qu’il y avait quelque part une dégradation. Et malheureusement, on parlait de Amadou Makhtar Mbow. Fin de citation. Le même ambassadeur dit aussi que Mr. Mbow a géré l’Unesco comme on gère un village africain.

Comparer la présidence de Mbow à la gestion d’un village africain est non seulement une marque évidente de condescendance à l’égard des africains et de méconnaissance de leurs réalités mais aussi une preuve manifeste de son inculture. En évoquant de tels propos, Mr. Wade souscrit implicitement à la description caricaturale de l’Afrique et de son mode de vie qui est synonyme dans l’entendement de l’ambassadeur Américain, de désordre, d’autocratie, de corruption et de népotisme. C’est grotesque pour quelqu’un qui se dit panafricaniste! S’il était un panafricaniste convaincu, il devrait être le premier à l’admonester au lieu de se servir de telles accusations.

Que valent les paroles de l’ambassadeur américain quand on sait que les Etats Unis à l’époque du président Reagan et la Grande Bretagne du temps du premier ministre Thatcher étaient les principaux pourfendeurs de l’Unesco sous la présidence de Mbow. Comment alors, un président “responsable” peut-il se fier aux paroles d’un ambassadeur -fût-il celui des Etats Unis- pour jeter le discrédit sur un concitoyen honorable au parcours remarquable? Seraient-elles des paroles évangéliques? Se référer aux propos de ce diplomate américain sans s’assurer auparavant de la véracité des accusations est une preuve de légèreté et de naïveté. C’est un jugement téméraire qui déshonore son auteur. Si la gestion de Mbow l’intéresse à ce point, la voie autorisée doit être logiquement celle de la délégation permanente sénégalaise auprès de l’Unesco. L’intérêt soudain qu’il manifeste à sa gestion -22 ans après la fin de son mandat de 1974 à 1987- n’est rien d’autre que vindicatif. En réalité, Wade n’a pas apprécié la participation de Mbow aux assises nationales qu’il considère comme un affront et essaie par tous les moyens de le discréditer.

Il est le seul chef d’état au monde à avoir assisté à la cérémonie d’installation de la nouvelle directrice de l’Unesco tout comme il a été le seul président à être présent -en compagnie de dizaines de personnes au frais du contribuable sénégalais- lors de la signature des accords du MCA à Washington alors que les présidents des pays comme le Mali, le Bénin et le Ghana, premiers bénéficiaires et signataires de ces mêmes accords, n’ont pas jugé nécessaire de faire le déplacement. Quand les autres chefs d’état restent chez eux, travaillent, passent leurs vacances chez eux et réfléchissent sur les voies et moyens pour améliorer le quotidien de leurs populations, notre bien aimé président préfère faire le tour du monde à la recherche de cérémonies auxquelles s’inviter.

Quand il parle de l’image ternie du Sénégal, on se demande dans quel pays sommes-nous? On a tout juste envie d’évoquer l’exemple du voleur qui crie au voleur! Comment présider au folklore des plus grands scandales que la république ait connus et accuser les autres de salir l’image du pays. Quelle image l’affaire Ségura véhicule-t-elle à l’étranger? Celle d’un pays corrupteur. D’ailleurs le premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye, après plus de deux semaines de silence, reconnaît enfin qu’une somme d’argent -100.000 € (65 millions de F CFA)- a été remise au représentant du FMI comme “cadeau”. En outre, il juge cette somme “dérisoire” car insuffisante pour se payer un appartement en France, tout juste suffisante pour acheter des habits! C’est le summum de l’arrogance, marque caractéristique d’un grand nombre des nouveaux arrivés. Cette somme est peut-être dérisoire en France mais elle ne l’est certainement pas au pays des hôpitaux endettés et souvent en rupture de stock, des établissements scolaires et universitaires aux effectifs pléthoriques et souvent à la lisière d’une année blanche, des déficits chroniques de production d’électricité et des populations qui se trouvent entre l’enclume de la misère des inondations et le marteau de la vie chère. Quel déphasage entre le goorgoorlu qui se bat quotidiennement pour des milliers de F CFA et nos bien aimés gouvernants qui raisonnent en terme de milliers voire de millions d’euros et de dollars! Le communiqué du FMI du lundi 26 octobre 2009 rétablit les faits et retrace la chronologie des évènements de la soirée du 25 septembre 2009 au cours de laquelle la coquette somme de 100.000 € + 50.000$ a été remise à Alex Ségura par Abdoulaye Wade -après un dîner au palais-. Ainsi, dans l’intervalle de trois semaines, le gouvernement est pris pour la deuxième fois en flagrant délit de mensonge.

Un président qui donne des valises scellées et bourrées de devises en euros et dollars à un fonctionnaire international en guise de cadeau! Voilà un exemple patent de la nature corruptrice du régime d’Abdoulaye Wade, un régime corruptogène. Si le Sénégal était un pays démocratique il serait traduit devant la haute cour de justice pour actes de haute trahison et destitué de son poste de président. Chez les Wade, on n’est responsable de rien. La faute, c’est toujours les autres. Il n’est pas étonnant donc de le voir se défausser sur son aide de camp le colonel Bara Cissokho qui, dit-on, s’est trompé de valise. Ainsi, le colonel est devenu l’agneau pascal. Ce seul scandale de corruption ternit cent mille fois plus l’image du Sénégal que les présumées accusations d’un diplomate américain. Aujourd’hui, on saisit mieux pourquoi il s’accroche au pouvoir. Il s’est disqualifié moralement pour diriger ce pays par ses actes qui défient toutes normes éthiques.

A la lumière de tous les scandales vécus sous le règne de Wade, n’est-il pas comique de l’entendre parler de népotisme et de détournemenent en évoquant la gestion de Mbow. A ma connaissance, il n’a, à aucun moment de sa présidence, eu à ses côtés des membres de sa famille contrairement à Wade qui considère le pouvoir comme un patrimoine familial. L’Unesco comme toutes les autres institutions spécialisées de l’Onu est régie par les mêmes règles de recrutement que celles qui existent au sein de l’Onu. Difficile dans ce cas de voir comme Mbow peut s’entourer de ses parents. Le dictionnaire définit le népotisme comme “un abus d’influence d’un notable qui distribue des emplois, des faveurs à ses proches”. Alors quel crédit faut-il accorder aux propos de quelqu’un qui incrimine les autres de népotisme au moment où il nomme son fils Ministre d’état dans un super-ministère et ses parents dans les différents démembrements de l’Etat?

Il se dit fier d’être le parrain du directeur sortant le japonais Koïchiro Matsuura pour avoir présenté sa candidature au poste de directeur général de l’Unesco. La question qu’on est tenté de lui poser est de savoir s’il exhibait la même fierté quand il a refusé de soumettre la candidature de l’ancien ministre socialiste Moussa Touré pour un autre mandat à la présidence de l’Uemoa ou quand il décriait la gestion de la Fao sous la présidence de Jacques Diouf? On a le sentiment qu’il éprouve une très grande jalousie à la réussite de ses compatriotes sénégalais principalement au niveau des institutions internationales et une résistance pratiquement nulle voire une fierté au succès des autres nationalités.

Revoilà maître Abdoulaye Wade dans sa posture préférée de politicien avec un petit “p” qui ne l’honore pas ni n’honore la fonction présidentielle qu’il incarne et par conséquent le Sénégal. On a le sentiment que rien ne le grandit plus que les polémiques vaines, les accusations gratuites, les contrevérités et la ruse. Après neuf ans de pouvoir, il fait preuve encore de son incapacité presque congénitale à se hisser au ras de son statut de chef d’état. S’il y a quelqu’un qui a réellement dévalorisé la fonction présidentielle, désacralisé les institutions de la république, banalisé la corruption, instauré l’impunité et terni l’image du Sénégal à l’étranger, c’est bien Abdoulaye Wade avec son comportement farfelu et atypique. Jamais depuis l’indépendance, le Sénégal n’a autant été la risée du monde que sous le magistère de Wade avec ses tentatives récurrentes de corruption et de monarchisme. On est outré par le fait que la présidence de la république, vitrine éminente de l’autorité politique suprême de ce pays, est devenue la source et la page des faits divers avec ces histoires incroyables de vols d’argent, de tentatives avérées ou avortées de corruption et autres combines qui constituent d’ailleurs un baromètre représentatif de la qualité et de l’état d’esprit des gens qui y travaillent. En l’élisant en l’an 2000 président de la république à l’âge de 74 ans, on avait espoir que le poids de l’âge serait, comme dernier recours, un antidote contre ses impulsions autocratiques et le guiderait dans la voie de la raison, de la modération, de la probité et de la sagesse. Hélas, comme on le constate la vieillesse ne fait pas toujours le lit de la sagesse.

L’urgence au Sénégal n’est pas de réécrire l’histoire comparative des anciens directeurs généraux de l’Unesco ou d’inaugurer le monument de la renaissance africaine, mais de trouver des solutions aux problèmes qui assaillent les populations comme la demande sociale, les inondations, le chômage des jeunes, les délestages de la Sénélec, les problèmes d’accès à une éducation de qualité et aux soins de santé et l’éradication de la corruption, de l’impunité et du mensonge de l’espace public.

L’exercice de la fonction présidentielle n’est pas seulement une sinécure et un cumul de de privilèges. Il doit reposer aussi sur un substrat où se chevauchent les couches constitutives des valeurs de la retenue, de la compassion, de la hauteur de vues, de la grandeur d’esprit et de la sagesse. Avoir des divergences de vues et/ou des désaccords avec des adversaires politiques est tout à fait normal dans une démocratie. Cependant, être disposé à pactiser avec le diable dans le seul et unique but de nuire à ceux-ci relève de la méchanceté. Et cela n’est ni présidentiel ni patriotique.

Serigne Mass. Diba

3.Posté par ndiaganiao le 01/11/2009 22:15
La vérité sur le Patrimoine de Abdoulaye WADE en 2008
° - Une Villa au Point E, agrandie par le rachat de la villa voisine. Valeur estimée après transformation toujours en cours : 1 milliard

2° - Un terrain de 5000 m2 à Yoff Layenne. Valeur estimée : 750 millions
3° - Quatre terrains de 10.000 m2 aux Almadies. Valeur estimée : 8 milliards
4° - 60 terrains de 500 m2 sur la VDN à hauteur de la Cité Gorgui. Valeur estimée : 6 milliards
6° - 5 Immeubles de 6 étages contenant 4 appartements par étage. Valeur estimée : 7 milliards
7° - 10 terrains de 200 m2 dans le domaine du Cices. Valeur estimée : 400 millions
8° - 30 Hectares de terrain dans aux alentours de l ' aéroport. Valeur estimée 60 milliards
9° - Un terrain bientôt rasé de 3
hectares dans Dakar Centre Ville. Valeur estimée : 30 milliards
10° - Un immeuble de 10 étages à la Rue Docteur Theze. Valeur estimée : 2 milliards
11° - Une cité de 20 villas sur la Corniche , à hauteur de la villa de l ' ex président Senghor. Valeur estimée 10 milliards
12° - Un terrain de 10.000 m2 au niveau du Stade LSS. Valeur estimée : 1.750.000.000 f
13° - Un terrain de 100 hectares à Touba
14° - Un terrain de 150 hectares aux environs de Tivaouane
15° - Une propriété de 10 hectares à Popenguine
16° - Une cité de 100 maisons à louer à Kebemer
17° - 60 maisons achetées du Plan Jaxaay
18° - Des vergers et champs cultivés d ' à peu près 5000 hectares répartis dans différentes régions du Sénégal
19° - Une propriété à Versailles , en copropriété avec mon épouse, réfectionnée et étendue. Valeur
estimée : 4 milliards
20° - Un immeuble de 4 étages à Paris XVIème. Valeur estimée : 8 milliards
21° - Une propriété à Montpellier - Une propriété à Bordeaux - Une villa en Côte d ' Azur - Une villa à Orléans - Une maison de maître à Lilles - Une propriété dans le Michigan - Une propriété à New Orléans - Une propriété dans le Wisconsin - Un immeuble de 3 étages à New Jersey

22° - Un hôtel de 90 chambres à Casablanca - Un hôtel 60 chambres à Marrakech - Un hôtel de 48 chambres à Paris XIVème - un hôtel 50 chambres en Suisse

23° - Des actions dans les structures suivantes, soit directement ou indirectement : AIBD (20 % des actions totales) - DAPORT Sénégal (30 % des actions) - BEN LADEN Sénégal (20 % des actions) - Dakar Dem Dikk (80 % des actions totales) - SATTAR ( 30 % des actions) - OIL Libya (30 % des actions) - ZAM ZAM (20 % des actions) - Jafza Sénégal (10 % des
actions) - Veolia Sénégal (10 % des actions) - GECOM Industries (20 % des actions) - IRIS Sénégal ( 20 % des actions) - Expresso Sénégal (15 % des actions) - DELARUE Sénégal (5 % des actions) - MEDIATIQUE Afrique (10 % des actions) - AFRICA SALT (10 % des actions) - DP World Sénégal (10 % des actions) - HENAN Chine Sénégal (10 % des actions) - OFFNOR Shipping Sénégal (20 % des actions) - SERPM (Société d ' Etude et de Réalisations des Phosphates de Matam, 25 % des actions) - Cabinet CICE (30 % des actions) -
24° - Divers comptes en banque, soit à son nom ou au nom de Abdullah Wad, ou au nom de Aboula Tzipi Wade ou au nom de Abadalaye Fabien Wade :
*** 4 comptes bancaires à Dubaï contenant respectivement : Commercial Bank Of Dubaï => 32,5 millions de dollars - CityBank => 26,3 millions de dollars - Emirate Bank => 16,1 millions de dollars - Standard Chartered Bank => 10,9 millions de dollars

2 comptes bancaires à Chypres : Bank of Cyprus => 22 millions de dollars - Hellenic Bank => 14 millions de dollars

*** 4 comptes bancaires en Frances contenant respectivement : Société Générale => 17,6 millions d ' euros - BNP Paribas => 14,3 millions d ' euros - Ex-Credit Lyonnais => 8,2 millions d ' euros - HSBC Paris => 3,2 millions d ' euros

*** 2 comptes bancaires aux USA : Bank of America => 6,2 millions de dollars - HSBC => 2,8 millions de dollars

*** 2 comptes bancaires en Suisse : Banque Migros => 43 millions CHF - Banque Coop => 65,2 millions CHF
25° - Un parti politique dont il est le seul actionnaire à 100 %. Le patrimoine mobilier et immobilier du parti est en copropriété avec son fils Karim Ada : 500 voitures Pickup, 150 voitures 4x4, 35 voitures 8x8, 1 avion 20 places, 1 Péniche, 1 Yacht stationné à Nice, 1 permanence neuve construite sur un terrain de 5000
m2
Thiaye liiiiiiiii
PARTAGER CE MAIL AVEC TOUT LE MONDE, IL FAUT FAIRE EN SORTE QUE CE MAIL SOIT LE PLUS LU DANS LE MONDE ENTIER,


4.Posté par familles de victimes du naufrage du Joola le 02/11/2009 13:12
LES FAMILLES DE VICTIMES ACCUSE WADE DE BANALISER ET MEPRISE LES FAMILLES DE VICTIMES ET LE DRAME DU NAUFRAGE DU JOOLA :
Des familles de victimes du naufrage du ferry sénégalais Le Joola, qui avait fait au moins 1.863 morts en 2002, ont une nouvelle fois réclamé lors de la Commémoration du 7ème anniversaire à Dakar "que justice soit rendue", en reprochant à l'Etat du Sénégal "sa ferme et constante volonté de classer le dossier".
Le NAUFRAGE DU JOOLA survenu le 26 09 2002 - près de 2000 victimes - 13 nationalités - La plus grande catastrophe maritime civile mondiale -

Les familles de victimes du Joola, toutes nationalités, se disent méprisées et bafouées par les autorités sénégalaises. ELLES ATTENDENT VERITE ET JUSTICE APRES QUE LE SENEGAL EST CLASSE L'AFFAIRE.

Avril 2003 : le Sénégal classe l’affaire. Le Parquet d’Évry en France ouvre une instruction en France suite aux plaintes des familles françaises qui veulent obtenir vérité et justice pour toutes les familles de victimes.

Septembre 2008 : le juge d’instruction français JW NOEL instruit à charge et à décharge l’affaire du Joola et lance 9 mandats d’arrêts internationaux contre 9 présumés responsables.
RECIPROCITE DES AUTORITES SENEGALAISES qui lance un mandat d’arrêt contre le Juge français pour forfaiture et déstabilisation de l'état. Le Juge sera muté avec « promotion ».

Mai et juin 2009 : Pression des autorités sénégalaises, mise en place d'un pool d'avocats sénégalais, sur les deniers publics, pour faire annuler la procédure judiciaire en France et les 9 mandats d'arrêts internationaux (2 seront annulés).

Les familles de victimes en France contre attaquent en cassation.

TOUTES LES FAMILLES DE VICTIMES S’INSURGENT…..LE JOOLA NE DOIT PAS ETRE UN ENJEU POLITIQUE.

Des liens pour comprendre la détermination de toutes les familles de victimes :
des images inédites :
http://www.youtube.com/watch?v=TF06z6QJOvk

Une marche franco-sénégalaise des familles au Trocadéro à Paris le 20 juin 2009
http://www.youtube.com/watch?v=Ap9G4CiEwoY

Des témoignages qui accablent le pouvoir sénégalais :
http://sites.radiofrance.fr/franceinter/ev/fiche.php?ev_id=977

MERCI D'HONORER LA MEMOIRE DES VICTIMES MORTES DANS D'ATROCES SOUFFRANCES POUR NON ASSISTANCE A PERSONNES EN DANGER

DIEU EST GRAND ET IL SAURA APPORTER VERITE ET JUSTICE

PARTAGER CE MAIL AVEC TOUT LE MONDE, IL FAUT FAIRE EN SORTE QUE CE MAIL SOIT LE PLUS LU DANS LE MONDE ENTIER

Des témoignages qui accablent le pouvoir sénégalais :

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State