Référence multimedia du sénégal
.
Google

Affaire Gouddi Town : qui condamne qui ?

Article Lu 14794 fois


Affaire Gouddi Town : qui condamne qui ?
Je n'ai pas regardé la vidéo ’Goudi Town’ et je n'ai aucune intention de la regarder. D'après ce que j'ai lu dans les journaux, ces dames se seraient livrées à des déhanchements obscènes sur une piste de danse dans une boîte de nuit de la place. Et alors ??? Je ne vois pas ce qui suscite tant d'émoi.
C'est une scène de vie quotidienne, après tout. Quelle différence y a-t-il entre ce fameux concours et les vidéo-clips américains qui passent sur toutes les chaînes de télévision ? Quelle différence y a-t-il entre cette danse et les images pornographiques dont nous ont assailli pendant longtemps les journaux pornographiques de la place dont certains magazines et ‘suppléments week-end’ ont repris le relais ? Pourquoi certains s'offusquent-ils de cette vidéo alors que leurs filles, femmes et sœurs se promènent tranquillement dans les tenues les plus dénudées dans les rues de Dakar?

Les Cd de cette vidéo se vendent comme des petits pains, dit-on. Sont-ce donc ces mêmes Sénégalais qui achètent ces Cd à tour de bras pour aller tranquillement se rincer l'œil qui osent s'offusquer? Qui condamne donc qui?

Envoyer la vidéo à la Dic et à la brigade des moeurs aurait largement suffi pour établir une voie de fait et préserver la morale de la population; mais non! Les ‘chastes’ Sénégalais n'ont trouvé rien de mieux que de diffuser la vidéo sur Internet, d'en parler dans les journaux avec force détails et de graver à tour de bras des Cd qui s'écoulent comme des petits pains. Ce sont ces mêmes personnes qui regardent et qui diffusent la vidéo qui osent parler de dépravation des mœurs alors qu'elles en sont les principaux vecteurs... Qui condamne qui ?

Oui ! Qu'on afflige une sanction exemplaire aux danseuses, au caméraman, et aux propriétaires de la boîte de nuit et tout le reste; mais qu'on traite aussi le mal à la racine en interdisant les mêmes images obscènes qui passent impunément à la télé et dans les journaux et qu'on réintègre la discipline dans l'habillement des jeunes filles au collège et au lycée.

Si cela n'est pas fait, quelle que soit la sentence prononcée, l'affaire ‘Goudi Town’ ne sera qu'un feu de paille que les Sénégalais auront vite fait d'oublier. Et les mœurs de continuer à se dépraver à bride abattue.

Kamal Sawal TOURE Ingénieur de conception en Informatique
Source: Walfadjri

Article Lu 14794 fois

Jeudi 27 Septembre 2007





1.Posté par nivuniconu le 27/09/2007 12:29
R.A.S. Merci pour le franc parler et pour votre clairvoyance.

2.Posté par Ibadou le 27/09/2007 13:45
bilaye wah nga dégu tèye nii domou adam daguaye wah lou werr té lerre K dieu te garde Mr Touré. Dieureudieuf Touré Manding Mauri

3.Posté par tima le 27/09/2007 14:56
bien dit mon grand ! il faut éradiquer le mal à la racine

4.Posté par billygo le 02/05/2008 13:55
bon la vie c comme ça tout le monde ne peu pas etre sur la méme voie c le destin chacun d'entre nous doit corriger aprés avoir reconnue sa faute c le mieu
je lui conseille sde jamais retournée ses fautes parceke nous sommse dans un pays musulmane .........................


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State