Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Accusé par la domestique de l'avoir engrossée Il soutient avoir couché avec elle une seule fois et avec un préservatif

Il profitait de l'absence de sa douce moitié pour se livrer à des parties de jambes en l'air avec la domestique. Conséquence : cette dernière ayant attrapé une grossesse, il a refusé d'en être l'auteur, arguant n'avoir entretenu qu'une fois des rapports sexuels et avait pris la précaution d’utiliser un préservatif.



Ils ont uni leur vie, il y a une quinzaine d'années. Lui, s'appelle B. S, elle se nomme A. T. Ils habitent à Guinaw Rails-Sips. Le gars qui a perdu son emploi depuis longtemps, vivait aux dépens de sa femme. Celle-ci gère une gargote et est la propriétaire de la maison. Pour s'occuper de leurs trois enfants, la dame avait engagé une domestique. Elle était loin d'imaginer que son époux se la coulait douce avec cette dernière. Evidemment, leurs parties de jambes en l'air ont été sanctionnées par une grossesse. C'est la mère de la domestique qui a découvert le pot aux roses. Voyant que sa fille s'était physiquement métamorphosée, elle avait soupçonné quelque chose et pour en avoir le coeur net, l'avait acculée de questions. Devant les réponses évasives de celle-ci, elle l'avait conduite chez une sage-femme qui, après consultation, a révélé qu'elle est enceinte. Interpellée sur l'auteur, elle balance le nom du mari de sa patronne. Pour tirer l'affaire au clair, sa mère l'accompagne à son lieu de travail et décline l'objet de sa visite au mis en cause. En plus de dégager en touche, B. S. menace de les traîner en justice et les invite à vider rapidement les lieux. La pauvre maman débarque à la gargote de son épouse et l'avise de la situation. N'en croyant pas ses oreilles, madame lui demande de venir avec elle à la maison. Prié par sa femme de s'expliquer, B. Seck commence par tergiverser avant de reconnaître avoir couché une seule fois avec la domestique, poussé en cela par «Seytané» et soutient qu'il avait mis un préservatif. Donc, il ne l'a pas engrossée. Des propos loin de convaincre sa douce moitié qui s'est sentie trahie et humiliée à la fois. Sa réaction ne s'est pas fait attendre. En effet, après avoir déversé sa bile sur son homme, le qualifiant de tous les noms d'oiseaux, elle a demandé le divorce, synonyme pour monsieur, de quitter la maison ; puisqu'elle en est le propriétaire. Comme un malheur n'arrive jamais seul, la mère de la domestique menace de porter l'affaire devant la justice si B.S n'assume pas ses responsabilités.

Bounama Hann
Source: L'observateur

Vendredi 29 Juin 2007







Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés