Référence multimedia du sénégal
.
Google

AZIZ NDIAYE PROMOTEUR DE LUTTE «Certains promoteurs sont devenus des mange-mil»

Article Lu 1930 fois


AZIZ NDIAYE PROMOTEUR DE LUTTE «Certains promoteurs sont devenus des mange-mil»
La saison 2006-2007 tire à sa fin. Si la cueillette fut bonne pour certains promoteurs, pour d’autres tel n’est pas le cas. Et Aziz Ndiaye, le Benjamin des promoteurs, se loge dans cette catégorie. Il s’explique et jette une pière dans le jardin des promoteurs. Qui selon lui sont devenus des mange-mil.
Qu’est ce qu’il faut revoir dans le montage des combats ?

Sincèrement : l’honnêteté. Il faut qu’on soit honnête et courageux de laisser l’opportunité aux promoteurs qui ont déjà pris l’initiative d’organiser des combats de les terminer. Parce que la lutte ne se limite pas seulement à un combat. Le fait d’organiser le combat Gris Bordeaux contre Bombardier, Issa Pouye contre Balla Gaye ne veut pas dire que tu ne vas plus jamais organiser de combat. Il y a plus de mille jeunes lutteurs qui ont leur licence. Ce n’est pas à ces derniers de créer l’événement, mais plutôt aux promoteurs. Il y a plusieurs lutteurs parmi lesquels tu peux puiser pour créer ton propre événement. Le malheur est qu’aujourd’hui, certains promoteurs sont devenus des mange-mil. Gaston Mbengue a beaucoup fait pour l’organisation des galas. C’est malheureux de voir, alors qu’il ne restait plus que la finale, un autre promoteur sortir de on ne sait où avec une surenchère pour le piétiner. Ces genres de choses ne sont pas honnêtes, il faut que les gens se comprennent et laissent l’initiateur terminer son œuvre. Comme le dit l’adage :« Laisser à César ce qui est à César ». Les lutteurs sont nombreux contrairement aux promoteurs qu’on peut compter sur les doigts. Je ne vois pas la raison de s’entretuer comme des poissons. Les problèmes ne doivent même pas exister entre nous parce que nous sommes une famille.

N’êtes-vous pas en train de dénoncer une concurrence malsaine entre les promoteurs ?

Je suis le benjamin des promoteurs. Ils sont tous mes frères et mes oncles, il y a certains mêmes qui peuvent être mon père. Lorsque je suis venu, ils m’ont accueilli dans l’arène à bras ouvert. Donc je ne vois pas en eux des concurrents car ils guident mes pas comme un nouveau-né. Ils me montrent le bon chemin. Certes dans chaque milieu, la concurrence ne peut pas manquer. Lorsque je suis arrivé dans le milieu, je n’ai jamais regardé quelqu’un d’un œil concurrentiel. Mais n’empêche que ce que je veux, je l’obtiens toujours car je n’hésite pas à me décarcasser pour cela. Je suis venu dans ce milieu et j’ai trouvé des personnes qui y ont fait plus de 15 ou 20 ans. Loin de moi l’idée de concurrencer qui que ce soit. Gaston Mbengue et Petit Mbaye ont beaucoup œuvrer pour la lutte, si tu veux rivaliser avec eux tu te fatigues. Le premier est un grand monument et l’autre, c’est quelqu’un qui a le goût des événements. Donc, je n’ai pas intérêt à les concurrencer, l’essentiel est que je rampe doucement et sûrement mais pas en rivalisant avec eux.

On ne vous a pas vu dans l’arène cette saison. Qu’est ce qui explique ce silence ?

A chaque fois que j’organisais des combats, j’obtenais d’abord l’aval de mon père. Si cette année, je ne me suis pas manifesté, c’est parce que je n’ai pas obtenu son aval. En quelque sorte, c’est comme une bénédiction pour moi et je n’ose rien faire sans son consentement. Malheureusement pour moi, la saison tire à sa fin et il ne m’a rien dit. Donc je préfère m’absenter pour cette saison en espérant avoir son autorisation l’année prochaine. Tout le monde sait que je n’ai jamais eu de problème concernant les combats. Je les ai tous réussis à 100%. Les gens ne me laisseront pas mentir, mes combats se sont déroulés à merveille.

Qu’est ce qui fait aujourd’hui que l’organisation des combats est devenu difficile ?

Dieu a fait que je n’ai jamais eu de difficultés dans l’organisation de mes combats. J’ai eu la chance de tomber sur des combats à des prix raisonnables. Actuellement, le problème ne se trouve pas au niveau du Cng mais plutôt dans les enchères. Et chaque promoteur sait combien vaut un lutteur. Chaque combat à son prix, chaque lutteur son cachet. C’est ce qui fait que l’organisation reste difficile.

Quels sont les rapports que vous entretenez avec le Cng ?

Le Cng et moi, on entretient d’excellents rapports, on n’a pas de problèmes, on est comme une famille.

KHADIJATOU DIOP
Source: L'observateur

Article Lu 1930 fois

Vendredi 20 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State