Référence multimedia du sénégal
.
Google

AWA NDIAYE SUR LES HEURTS AVEC AMINATA LO A PIKINE: « C’est un incident malheureux à regretter »

Article Lu 1830 fois

La ministre de la Femme se désole de «l'incident malheureux» sur­venu, lors de la journée régionale de Dakar tenue à Pikine. Elle l'a dit, hier, lors d'un point de presse bilan consacré à la dernière quin­zaine de la Femme. Aussi, saluant la réussite de la manifestation, Awa Ndiaye, qui en est à sa première organisation, n'a pas, pourtant, cru bon de demander conseil à son prédécesseur. Et pour cause, non seulement celles qui faisaient le travail avec Aïda Mbodji sont res­tées au Ministère, mais aussi et surtout, parce qu'elle a voulu appor­ter sa «touche» personnelle, avec à la clé, plusieurs innovations.



AWA NDIAYE SUR LES HEURTS AVEC AMINATA LO A PIKINE: « C’est un incident malheureux à regretter »
«J'en suis désolée» ! C'est par cette expression martelée avec force, que la ministre de la Femme revient sur l'étape de Pikine marquée par des empoi­gnades entre femmes. En effet, si cela ne tenait qu'à elle, Awa Ndiaye jure que cet impair, qu'elle qualifie «d'incident mal­heureux», ne se serait jamais pro­duit. D'autant qu'elle soutient avoir pris les dispositions néces­saires pour faire de la quinzaine de cette année celle de «toutes les femmes». Dans son entende­ment, la manifestation ne devait pas être une occasion pour les politiques de se faire une promo­tion ou de procéder à des règle­ments de comptes. Malgré tout, la ministre de la Femme juge «difficile, voire impossible d'éva­cuer complètement l'aspect poli­tique de la quinzaine». Même si elle est d'avis que les échauffou­rées de Pikine pouvaient être évi­tées, il n'en demeure pas moins qu'elle estime que «ce sont des choses qui arrivent». L'essentiel, pour elle, c'est de faire preuve de dépassement, afin d'apaiser les esprits. «Et c'est, déjà, chose faite», se réjouit-elle, avant d'ajouter que «cet incident n'a aucune conséquence sur l'image de la femme, encore moins sur sa marche vers la promotion et, en particulier, l'accès aux responsa­bilités, au même titre que les hommes». En réalité, pour Awa Ndiaye, «il en faut beaucoup plus, pour retenir les femmes dans leur ascension».



«Je n'avais pas besoin de consulter mon prédécesseur»

«Je n'avais pas besoin de consulter ou d'aller embêter mon prédécesseur», déclare Awa Ndiaye, relativement à une ques­tion d'un confrère, qui deman­dait si la ministre, qui était à sa première quinzaine, a sollicité des conseils auprès de son pré­décesseur à la tête du Ministère de la Femme. Et, si elle ne l'a pas fait, argue-t-elle, c'est parce que sa «soeur» a d'autres chats à fouetter. Il s'y ajoute qu'elle n'a pas besoin d'aller importuner Aida Mbodji, d'autant que l'équipe, qui l'accompagnait et qui, en réalité, était à la base de tout le travail, est restée en place.

En outre, elle explique son atti­tude par le fait qu'elle désirait apporter sa «touche personnelle à ce grand moment de retrouvail­les, de rencontres et d'échanges entre femmes». C'est pourquoi, même si «la quinzaine reste la quinzaine», comme elle l'a mar­telé, elle dit, néanmoins, avoir introduit des innovations. Il s'agit de la «caravane-santé», du concept «folklore tolérance zéro» et du thème, qui cadre bien avec la revendication actuelle des femmes concernant une plus grande présence dans les instan­ces nationales et locales de déci­sions.

146 millions distribués aux femmes, grande mobilisation, folklore marginal : une réussite, selon Awa Ndiaye

Au total, la 27ème quinzaine nationale de la femme aura apporté 146 millions de francs Cfa aux femmes. Selon la minis­tre, les 100 millions ont servi à régulariser la situation des «attestations de financement», dont la plupart daté de 2005 et 2006, mais que, jusque-là, les bénéficiaires ne pouvaient pas rentrer dans leurs fonds. S'agissant des 46 millions res­tants, Awa Ndiaye souligne qu'ils ont permis d'apporter des appuis financiers à des groupes de fem­mes, qui, à travers le pays, s'acti­vent sans grands moyens.

En plus de ces financements directs, une «caravane-santé», financée à hauteur de 18 mil­lions, a été mise à la disposition des femmes de l'intérieur du pays. Cela, «pour leur apporter le top», en matière de santé, pré­cise, en substance, Awa Ndiaye.

En outre, l'organisatrice en chef de la quinzaine souligne que le «défi de la mobilisation a été relevé». Une des causes de la réussite de l'événement aura été, selon la ministre, la baisse sensi­ble, pour ne pas dire l'absence de folklore. Une option qui visait à permettre aux femmes de s'ex­primer plus et de se faire davan­tage entendre.

Mbaye THIANDOUM

So

Article Lu 1830 fois

Samedi 10 Mai 2008





1.Posté par VIEUX DIOP ITALIE le 10/05/2008 14:01
Mme. Le Ministre, est considérée par beaucoup d’analystes politiques comme une des femmes politiques les plus brillantes de toute l’Histoire du Sénégal. Elle bénéficie d’une très grande habitude de la scène politique. Ministre des S.E. et du Tourisme est un exemple pour la jeunesse Sénégalaise. Elle est une intellectuelle de grande qualité qui a des connaissances et des compétences de reflexions appréciées partout dans le monde. Voici une dame de fer!!!
Nous sommes fiers du President wade !!!
Vieux Diop, mdiop682001@yahoo.fr
Nous sommes fiers du President Wade!!!

2.Posté par diodio le 10/05/2008 15:34
Tu peux l être petit le senegal souffre et tu es fier
et bien dis donc au moins toi tu es un intellectuel


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:54 Macky Sall à Versailles chez Abdoulaye Wade

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State