Référence multimedia du sénégal
.
Google

AUDITION D’ALIOUNE TINE: Pourquoi la Police s’est invitée à la Raddho

Article Lu 1407 fois

Pour des armes qu’on croyait être cachées dans les toilettes de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho), le Secrétaire général Alioune Tine a été auditionné, hier, par trois commissaires de police de 15h à 17h. Finalement, l’affaire s’est révélée bénigne, car, d’armes en question, il s’agissait du reste de stocks d’armes déclassées fournies par l’Etat-major des armées pour des cérémonies symboliques d’incinération d’armes dans le cadre du programme « Peace building »



AUDITION D’ALIOUNE TINE: Pourquoi la Police s’est invitée à la Raddho
Le Secrétaire général de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho) a été longuement entendu hier par des autorités de la police au commissariat de Dieuppeul. Il a fait face à trois commissaires, dont Bécaye Diarra du Point E, et Diagne de la Sûreté urbaine, pendant deux heures, de 15 à 17 heures. La raison de cette audition ? Des armes découvertes au siège de la Raddho, stockées plus précisément dans les toilettes. Selon Alioune Tine, tout est parti de l’intrusion dans leur local d’un policier. Ce dernier, venu assister aux funérailles de Me Babacar Niang, voisin de la Raddho, a été pris de l’urgence de se soulager. Il sollicite les agents de la Raddho qui lui désignent leurs toilettes. Mais le policier aura la surprise d’y découvrir ces armes. Il saisit qui de droit et dans les minutes qui suivent, cinq policiers en civil étaient sur les lieux pour compter, répertorier et classer les armes. Ensuite, c’est le commissaire Diarra qui s’invite dans la danse pour demander à Alioune Tine de le suivre pour audition. Mais, ce n’est pas au commissariat du Point E qu’on l’a auditionné, mais plutôt à Dieuppeul. Selon lui, les policiers ont posé des questions sur l’origine des armes, leur exposition à la portée des autres collaborateurs, entre autres. Mais pour le Secrétaire général de la Raddho, il n’y avait pas de quoi fouetter un chat. Les armes en question lui ont été données par l’Armée nationale dans le cadre du programme de « Peace building » ou « Construction de la paix » « En 2003, nous avions écrit au Chef d’état-major général des armées pour demander des armes déclassées en vue des cérémonies symboliques d’incinération d’armes pour la paix. Tout le monde connaît cette activité de la Raddho qui n’est pas cachée. Les campagnes, nous les avons menées presque dans toutes les capitales et publiquement. A Dakar, c’était à la Place de l’Obélisque, lors d’un grand concert. Il y avait même le maire Adama Ba et certaines autorités politiques et coutumières. A Ziguinchor, on l’a fait devant Diamacoune, le gouverneur, les autorités civiles et coutumières et presque toutes les tendances du Mfdc. Et souvent, nous sommes aidés par des artificiers de l’armée pour brûler les armes. Il y a même des films qui sont sortis sur Tv5 sur cela », souligne Alioune Tine, révélant au passage que c’est faute de place que ces armes ont été stockées, de même que d’autres supports qui étaient utilisés dans la campagne, dans les toilettes. Aussi ne manque-t-il pas de voir quelque malveillance derrière cette audition à laquelle il a été soumis. « Ça nous énerve un peu, je dirais, parce que je pense qu’il faut chercher des rebelles ou des gens qui déstabilisent par les armes ailleurs que dans les organisations. Ce que nous comptons faire, c’est attendre la suite pour riposter vigoureusement. Si franchement c’est pour énerver la Raddho et essayer de la réduire au silence, franchement, on se trompe de méthode, il faut utiliser d’autres méthodes que l’intimidation, cela ne passera pas, je vous le dis, je vous le garantis. Au contraire, ce sont des actes de nature à renforcer la mobilisation et la détermination de la Raddho ». S’agissant des armes, la police devait procéder à leur enlèvement. Alioune Tine s’étant opposé à ce qu’on pose des scellés sur les toilettes et un policier en faction pour veiller dessus. Finalement, il a été retenu de photographier et filmer les armes dans les toilettes avant leur enlèvement par les forces de l’ordre.

Source: Nettali

Article Lu 1407 fois

Jeudi 12 Juillet 2007


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State