Référence multimedia du sénégal
.
Google

AUDIT DES DEPASSEMENTS BUDGÉTAIRES : L’IGE EN COLÈRE CONTRE WADE

Article Lu 1868 fois

Le discours du Président Wade n’a pas été bien accueilli du côté de l’Inspection générale d’Etat (Ige) qui audite une dizaine de ministères engagés dans le fameux dépassement budgétaire. L’on s’interroge sur les motivations du chef de l’Etat lorsqu’il déclare qu’on a trouvé nulle part des cas de malversation ou de corruption. Alors que c’est précisément là l’objet des investigations engagées depuis fin octobre, comme nous le relations dans nos éditions des 29 et 30 novembre 2008.



AUDIT DES DEPASSEMENTS BUDGÉTAIRES : L’IGE EN COLÈRE CONTRE WADE
«Entre 2007 et 2008, nous avons commis des erreurs, trois précisément», a déclaré le Président Wade dans son discours de fin d’année. En prenant le soin d’ajouter que la page était désormais tournée. «L’important est que, connaissant les sources de cette dette nous avons pris les dispositions pour qu’elle ne se renouvelle plus en même temps que l’engagement de la solder au plus tard le 31 janvier. Les ministres comme les agents des services décentralisés ont été invités à éviter ces pratiques qui, à l’avenir, seront immédiatement sanctionnées».



La colère des Inspecteurs
Des déclarations qui ont fini par irriter les inspecteurs qui les ont interprétées comme un verdict avant terme. Car, si le Président va jusqu’à dire que c’est «en toute bonne foi», que le ministre du Budget au moment des faits incriminés a agi, et que «ce sont ces erreurs cumulées qui sont à la base de la dette de l’Etat due au secteur privé d’environ 174 milliards Cfa», c’est qu’il le lave avant même de prendre possession du dossier. «Mais alors, si le résultat est déjà connu alors même que nous n’avons pas fini nos investigations, notre travail est sans objet», regrette-t-on du côté des Inspecteurs généraux d’Etat. Ces fouineurs de l’Etat, sortis de l’ombre par l’affaire des Chantiers de Thiès, ne passent pas par quatre chemins pour voir dans la déclaration du président, une volonté de leur couper l’herbe sous les pieds. «Vous êtes en train de chercher et l’on vous dit qu’il n y a rien à trouver», lâche un de nos interlocuteurs qui ne cache pas sa frustration. Assimilant ainsi la sortie de Me Wade à un manque de respect par rapport à l’Ige.



Les rapports déposés en fin février
Et pourtant, les agents de l'Ige qui en sont à la phase terminale de leurs investigations ont fouiné dans différents ministères et comptent déposer leurs rapports sur la table du Président au plus tard fin février. « Il reste juste trois à quatre semaines. Ensuite, les rapports seront remis aux fonctionnaires cités pour qu’ils apportent leurs réponses. Cela prend huit jours au maximum. Enfin le rapport final est déposé sur la table du Président de la République », explique une source proche de l’Ige.

Pour rappel, c’est en fin octobre que le Président Wade a pris par décret, la décision d’envoyer l’Ige dans les ministères. Il s’agit d’une douzaine de départements dont les plus en vue sont les ministères de L’Intérieur, de l’Economie et des Finances, de la Justice, des Forces Armées, des Infrastructures, des Transports aériens, des Affaires étrangères de la Santé, de l’Education nationale etc. Les investigations engagées s’intéressent aux Directions de l'administration générale de l'équipement (Dage) des ministères par où passent généralement les fonds publics.

Le dépassement budgétaire évalué à 109 milliards avait été dénoncé par les institutions financières internationales. On indiquait que le Sénégal risquait de perdre les fonds que doit mettre à sa disposition le Fonds monétaire international (Fmi) dans le cadre d'un accord sans décaissement intitulé Initiative de soutien à la politique économique (Ispe). Ainsi, tous les observateurs s'étaient accordés à voir derrière le limogeage du ministre chargé du Budget, M. Ibrahima Sarr lors du Conseil des ministres qui s'était tenu dans la journée du jeudi 7 août dernier, un signe du Président de la République à l'endroit des bailleurs de fonds. M. Ibrahima Sarr qui a été remplacé par M. Mamadou Abdoulaye Sow a été désigné comme le principal coupable dans cette affaire. Mais son seul limogeage n'avait pas été jugé suffisant par les bailleurs de fonds qui veulent que cette affaire soit tirée au clair afin que tous les responsables paient.

Source: L'observateur

Article Lu 1868 fois

Samedi 3 Janvier 2009




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State