Référence multimedia du sénégal
.
Google

AUDIT DE L’ASECNA - FARBA SENGHOR : “LE GOUVERNEMENT ÉMET DES RÉSERVES”

Article Lu 1829 fois


L’Asecna serait en train de faire du bluff avec l’audit international qui sera publié en juin prochain sur l’Agence. C’est le point de vue de l’Etat du Sénégal qui a demandé le respect d’un certain nombre de critères au risque de ne donner aucun crédit à cet audit.

L’Audit international actuellement en cours sur l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique (Asecna) n’inspire guère confiance au gouvernement du Sénégal. Mieux, Farba Senghor y décèle déjà « un manque de transparence » dans son fonds et dans sa forme. Face aux journalistes hier, le ministre de l’Artisanat et des Transports Aériens a déclaré qu’aucun appel d’offre n’a été réalisé ou publié dans un journal que ce soit en Afrique, en Europe ou ailleurs dans le monde. Et Farba Senghor de signaler que l’OACI désignée comme maître d’œuvre de cet audit ne peut entreprendre aucune procédure sans que les pays membres n’en soient informés. Pour lui, cet Audit a été demandé par le Sénégal afin de trouver une solution de sortie de crise dans le différend qui l’oppose à l’Asecna. C’est par la suite, a-t-il rappelé, que les autres pays membres (18) ont accédé à sa demande. Aussi, cet audit qu’il a désigné comme une « parodie » devant servir de « faire-valoir » à l’Asecna, a un caractère général et, dès lors, il n’espère pas qu’il soit en mesure de prendre en compte les principales préoccupations exprimées dès le début par le Sénégal. D’ailleurs, Farba Senghor informe que le ministre Gabonais des Transports et de l’Aviation Civile lui a exprimé son regret de ne pouvoir prendre en compte les « principales préoccupations » du Sénégal dans cet Audit dont les résultats seront publiés en juin prochain.

Le Sénégal contribue pour 72 milliards à l’Asecna

Dans un autre registre, le ministre des Transports Aériens explique cette réaction du gouvernement par le « manque d’investissement notoire » de l’Asecna au Sénégal, dans les domaines de la formation technique et linguistique, de la communication et des instruments de visualisation entre autres. Evaluant les ressources annuelles de l’Agence de navigation à 160 milliards Cfa, dont une contribution du Sénégal à hauteur de 72 milliards Cfa par an, Farba Senghor étale les préoccupations du Sénégal à plusieurs niveaux. C’est ainsi qu’il a exigé, à travers cet audit, la détermination de la part contributive de chacun dans la formation des ressources de l’Agence ; les ressources annuelles recouvrées par l’Asecna sur les Fir (terrestre et océanique de Dakar) et dans l’exploitation de l’aéroport de Dakar et des aérodromes nationaux. Le ministre demande également à l’Asecna de s’expliquer sur l’état des centres régionaux de navigation aérienne. Parallèlement, il a recommandé l’étude technique comparative des Fir terrestres de Dakar et de Ndjamena et celle océanique de Dakar comparée à Sal au Cap-Vert. Car, estime Farba Senghor, le Sénégal risque de perdre sa Fir océanique si il ne prend pas ses responsabilités. En se basant également sur les deux contrats liant le Sénégal à l’Asecna notamment, la convention de Dakar (gestion des activités aéronautiques internationales) et l’accord à caractère facultatif (gestion des activités aéronautiques nationales), le ministre a indiqué que l’Etat est en train d’étudier la procédure de reprise de son espace aérien. Comme le fait d’ailleurs neuf pays africains comme la Mauritanie, la Guinée Bissau, le Madagascar entre autres. « Au même titre que ces pays, nous sommes à même de gérer notre espace aérien car nous sommes à la pointe de la technologie », a estimé Farba Senghor. Ainsi l’Etat du Sénégal réitère la prise en compte de ses préoccupations dans cet Audit qui est selon lui, un « tournant décisif » dans la vie de l’Asecna. Et mettant en avant les intérêts du peuple sénégalais, Farba Senghor informe que l’Etat se réserve le droit de ne pas approuver les résultats d’un audit qui n’aurait pas pris en compte ses préoccupations. Et par conséquent, ajoute le ministre, le Sénégal décidera souverainement de la suite à donner à ses rapports avec l’Asecna.

Source: le Soleil

Article Lu 1829 fois

Mardi 15 Avril 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State