Référence multimedia du sénégal
.
Google

[ AUDIO ] ME BOUCOUNTA DIALLO INVITE DE L'EMISSION GRAN JURY

Article Lu 13822 fois

Au menu: Affaire du Joola: Les erreurs commises par la Justice sénégalaise et celles commises par le juge français, Affaire Farba Senghor: Quelle juridiction pour juger Farba Senghor? Affaire des chantiers de Thiès: l'état du dossier? Succession de Wade: Les commentaires de Boucounta Diallo sur une éventuelle candidature de Karim Wade.

La réplique initiée par le Sénégal contre le juge français qui a décerné des mandats d’arrêts contre l’ancien PM Mame Madior Boye et huit autres personnalités sénégalaises, porte un sacré coup à l’indépendance de la justice. C’est du moins le sentiment de Me Boucounta Diallo, invité de l’émission dominical "Grand jury" de la radio privé Rfm.



[ AUDIO ] ME BOUCOUNTA DIALLO INVITE DE L'EMISSION GRAN JURY
Me Diallo considère aussi que dans cette escalade judiciaire entre la France et le Sénégal, des erreurs ont été commises de part et d’autre, dans le feuilleton judiciaire sur les suites du naufrage du bateau Le Joola dans la nuit du 26 au 27 septembre 2002, faisant environ 2000 victimes dont 22 français.

L’avocat sénégalais se dit "triste et affligé" par cette situation, et considère que l’Etat utilise une arme qui frise l’imprudence. Non seulement il estime que le mandat d’arrêt lancé en retour contre le juge français pour "forfaiture et discrédit sur nos institutions" ne se justifie pas, mais Me Diallo avance que le pouvoir de Wade est allé trop vite en besogne. A son avis, avec de la concertation et de la retenue, on pouvait faire comprendre à Jean Wilfrid Nöel qu’il a commis des erreurs en faisant fi des privilèges de juridiction dont bénéficient Mame Madior Boye et Cie.

Me Diallo ajoute qu’on en arriverait pas là si les autorités sénégalaises avaient accepté l’audition des personnalités visées par les mandats d’arrêts. Car, explique-il, ces auditions se feraient devant l’assistance d’un conseil à cause du statut des concernés.

D’autre part, l’avocat relève que si le Sénégal avait jugé cette affaire, il aurait pu opposé au juge français, l’autorité de la chose jugée. Considérant que le juge d’Evry et le Sénégal sont dans "une impasse", Me Boucounta Dialla, conclut qu’il n’est pas exclu de faire marche arrière pour que justice soit faite. "Le Sénégal avait obligation de faire la lumière afin que l’âme des victimes soit soignée", avait-il auparavant soutenu.

L’avocat sénégalais se désole du fait qu’il a fallu que l’exécutif fasse une sortie médiatique annonçant sa volonté dans cette affaire pour que le pouvoir judiciaire s’exécute en initiant une procédure judiciaire à l’encontre du juge d’Evry.

Pour Boucounta Dialla, cela montre la nature des rapports compromettant entre ces deux pouvoirs qui doivent être indépendants l’un de l’autre. L’avocat soutient que l’Union des magistrats du Sénégal (Ums) a eu bien raison de faire sa sortie médiatique pour réclamer l’indépendance de la justice.

Source: Nettali / Archipo



Source: RFM / ARCHIPO

Article Lu 13822 fois

Lundi 29 Septembre 2008





1.Posté par diallo le 29/09/2008 20:44
voici les gens les plus dangereux du senegal. ces sales corrompus

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State