Référence multimedia du sénégal
.
Google

[AUDIO] CONFERENCE DE PRESSE - Apres L’interdiction de leur marche : Mademba Sock promet de revenir à la charge

Article Lu 11091 fois

Les syndicalistes ont, au cours d’un point de presse tenu au siège de l’Unsas, fustigé l’attitude des autorités administratives « qui ont autorisé et interdit » leur marche. Ils se rencontrent aujourd’hui au siège de la Cnts pour discuter de l’orientation à donner à leur plan d’action.



« Nous venons de vivre une séquence particulière de la vie des organisations syndicales », a dit Mademba Sock, Secrétaire général de l’Unsas. Il faisait face hier aux journalistes accompagnés de certains responsables et leaders syndicaux, qui s’étaient repliés au siège de la centrale syndicale de l’Unsas, à la suite de l’interruption par les autorités de leur marche contre « la vie chère ». Ces responsables syndicaux ont vigoureusement dénoncé le comportement des autorités administratives qui, après avoir autorisé la marche, l’ont interdite au dernier moment. « Comment comprendre que l’autorité en pleine manifestation nous appelle pour nous signifier que la marche est interdite ? », a-t-il demandé, soulignant qu’« on cherche à nous apeurer, mais cela ne passera pas.

Une telle attitude nous ramène aux années 88 et 89 », a encore dit le leader syndical. Les responsables syndicaux ont qualifié de « fallacieux » les motifs avancés par l’autorité administrative pour interdire la marche. « Nous jugeons sur pièce. Il y a de fortes présomptions pour expliquer la coïncidence troublante entre notre marche et les échauffourées de ce matin. Quelque part, il y avait une volonté de réprimer la marche. Alors que le langage qu’il y a entre nous et les autorités administratives, c’est l’arrêté d’autorisation du Préfet », a martelé Mademba Sock. « Mais, nous sommes dans un processus qui ne fait que commencer. Car il n’est pas question pour nous de baisser la garde. Le Préfet aurait dû nous informer vers les coups de douze heures que la marche n’aura plus lieu. Ainsi nous aurions pu prendre des mesures nécessaires », a renchéri Malamine de l’Udts. Pour sa part, Cheikh Diop de la Cnts/Fc a voulu lever toute équivoque sur la connotation de leur marche, en déclarant que leurs préoccupations sont syndicales.

« Nous avons une plate-forme autour de laquelle nous nous mobilisons pour la satisfaction de nos revendications ». Cheikh Diop de la Cnts/Fc a souligné que les travailleurs de l’Intersyndicale, du Front unitaire, des marcheurs n’étaient pas dans une logique de confrontation. Les dirigeants syndicaux ont attiré l’attention des autorités gouvernementales sur le fait que : « les travailleurs sont fatigués des conditions de vie, de la cherté de la vie, des problèmes d’emplois auxquels ils font face quotidiennement ». Rendez-vous est pris aujourd’hui au siège de la Cnts pour discuter de l’orientation à donner à leur plan d’action.

Source: Le Soleil
Audio: Sud FM avec Archipo

Article Lu 11091 fois

Jeudi 22 Novembre 2007





1.Posté par zed le 22/11/2007 12:11
Il n'y a nul doute sur la bonne foie du président de bien faire. On lui reconnaît cela au moins, mais là où le gouvernement à pêcher c'est dans l'exécuton de la mesure. Il aurait dû avant de faire déguerpir les marchants ambulants, leurs trouvés un point de chute. C'est le minimum !

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State