Référence multimedia du sénégal
.
Google

AU CŒUR DE PARIS BY NIGHT: Les ambulants sénégalais envahissent les Champs Elysées

Article Lu 11168 fois

Paris c’est le froid, la grisaille, les rues quasi désertiques, où les gens se rencontrent sans se croiser. Mais, Paris a aussi son côté pittoresque, son «little Sandaga by night». Le «little Sandaga by night»? Vous n’en avez jamais entendu parler. Eh oui, comme dans la capitale sénégalaise, Paris revêt, la nuit, son manteau de charme exotique. Découverte.



AU CŒUR DE PARIS BY NIGHT: Les ambulants sénégalais envahissent les Champs Elysées
Entre la brume et la grisaille, la nuit étend ses tentacules sur la ville de Paris. Il fait un froid de canard! Un de ces froids qui vous glacent les os et vous ôtent l’envie de mettre le nez dehors. Et pourtant, l’on nous rassure : «Vous êtes plutôt chanceux. Ces deux derniers jours, il fait plutôt bon», nous lance un interlocuteur. Mais bon, pour nous qui sommes habitués aux grandes chaleurs tropicales, ça caille grave!

Il est minuit, heure locale. Nous nous hasardons à un petit tour du côté de la célébrissime Tour Eiffel. À quelques encablures de la Tour de lumière, nous tombons pile poil sur une procession de jeunes et d’adultes, hommes comme femmes, en roller. L’on nous renseigne que c’est pour une marche, façon parisienne, pour la lutte contre le Sida. La marche, pacifique, faudrait-il le signaler, est encadrée par la police. Plus loin, des couples se promènent, main dans la main. Ici, on s’embrasse sans vergogne, entre amoureux, dans les rues, les métros etc… Des groupes d’amis se baladent en discutant de tout et de rien. Paris, ce n’est pas seulement son côté féerique. Il y a aussi sa face cachée, avec ses Sdf (sans domicile fixe) et ses clochards que l’on rencontre aux abords des bouches de métro. Au pied de la Tour Eiffel, des groupuscules disséminés çà et là, attirent notre attention. Ils interpellent la clientèle dans un français plutôt débrouillard. A leur accent, on devine aisément que ce sont des compatriotes. Petites babioles en main, ils squattent les abords de la Tour Eiffel, en proposant, qui des objets souvenirs, qui des montres. Des Tours Eiffel en miniatures à la main, tétines lumineuses autour du cou et boucles d’oreilles animées accrochées au lobe de l’oreille, l’un deux, sûrement nostalgique du terroir natal, nous interpelle. «Hé, vous êtes des Sénégalais?», nous apostrophe-t-il dans un wolof très limpide. Nous acquiesçons. Très coopératif, il entame la discussion. «Nous vendons un peu de tout et surtout des objets souvenirs, mais nous nous en sortons pas mal». Logeant au 19e arrondissement de Paris, notre interlocuteur qui a préféré garder l’anonymat, nous confie qu’il ne rencontre aucune difficulté majeure, puisqu’il a des papiers en règle. «J’ai des papiers en règle et je suis rentré de Dakar le 27 du mois passé», explique-t-il. Plus loin, un autre Sénégalais, vendeur ambulant de son état, nous édifie un peu plus sur son sort. «Nous ne rencontrons pas de difficultés particulières, mais il arrive que les policiers effectuent des descentes pour nous prendre nos marchandises. Nous y perdons beaucoup, car ils s’en f… des dommages occasionnés. Mais nous rendons grâce à Dieu. Nous arrivons à subvenir à nos besoins et à envoyer de l’argent à nos familles restées au Sénégal», conclut-il dans un rire contagieux et une ambiance bon enfant. Comme qui dirait, «kou amoul lila gueunal, diap si li fi seuss (faute de merles, on se contente de grives). «Wala?»

Source: L'observateur

Article Lu 11168 fois

Jeudi 10 Avril 2008





1.Posté par niit le 10/04/2008 16:35
rien a dire

2.Posté par ndioba le 10/04/2008 19:53
c'est agreable a lire quand c'est bien ecrit.
chapeau a ce journaliste,on se croirait trois decenies plus tot.
merci.
---un nostalgique de 48 ans---

3.Posté par Hakeem le 10/04/2008 20:00
Hey oui c'est bien ecrit mais je pense qu'on dit " faute de grives on mange des merles" et non le contraire.

4.Posté par salam le 10/04/2008 22:06
Voici ce qu'est la France pour les étrangers. Ceux qui croient qui vont trouver des millions par terre se mettent le doigt dans l'oeil. N'allez pas risquer vos vies dans des pirogues pour une utopie. Restez ici et venez cultiver les terres. Y a beaucoup plus d'argent à se faire ici. Mais si c'est pour découvrir une belle ville, ben Paris ça en est une.
wa salam

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State