Référence multimedia du sénégal
.
Google

AU CAMPUS DE DAKAR : Chaque son a une signification

Article Lu 1913 fois


AU CAMPUS DE DAKAR : Chaque son a une signification
Zouk, rap, mbalax ou khassaïdes. Au campus social de Dakar, il y a autant d’étudiants que de sonneries de téléphones portables.

« A travers une sonnerie d’un portable, on peut déceler les récits de vie d’un individu, son itinéraire...bref on peut savoir qui il est, mais également ce qui le passionne ». Ce témoignage de Babou Faye, étudiant en Dea de sociologie, illustre bien, si besoin en était, que le choix d’un type de sonnerie, devant une gamme variée, ne relève pas du hasard. Au contraire. Pour lui, l’individu se révèle dans son choix. « L’environnement de l’individu, son goût, ses convictions religieuses, son âge, etc., tout cela intervient dans le choix des sonneries », avance le sociologue encore en formation à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Pourtant, chez beaucoup d’étudiants, le choix d’une sonnerie n’est pas définitif. Pape Ismaïl Dramé dit en changer régulièrement. « Presque tous les jours, je change ma sonnerie », dit-il avant de signaler que c’est aussi une question d’humeur. « Si j’ai trop de soucis, j’utilise volontiers les khassaïdes ou le Coran ». Contrairement à Pape, Aminata Diagne, deuxième année d’anglais, n’a pas changé de sonnerie depuis maintenant 11 mois. « D’une manière générale, j’aime le rap surtout le Rnb. C’est pourquoi, j’utilise une des chansons d’Akon comme sonnerie », soutient-elle, soulignant que c’est son style de vie. Conviction qu’elle partage avec Idrissa Dème alias 2 Pac, du nom du célèbre rappeur américain décédé à la fleur de l’âge. « J’utilise comme sonnerie une chanson de 2 Pac. Je n’imagine pas changer. Si éventuellement je le fais, ce serait pour mettre une chanson d’un autre rappeur », estime Dème qui est farouchement contre l’utilisation du Coran comme sonnerie. « A l’image du livre saint, les sons qui font référence au coran ou à son prophète sont trop sérieux pour être utilisés à une telle fin », conclut-il

Interdiction ...

Parmi les types de sonneries utilisées par les étudiants, les khassaïdes et les versets du Coran occupent une place de choix. Ensuite viennent les musiques mbalax, Rnb, zouk, salsa, etc. Pourtant, selon le secrétaire général de l’Association des étudiants musulmans de l’Université de Dakar (Aemud) une « fatwa », émanant des oulémas de La Mecque, interdirait l’utilisation du Coran comme sonnerie des téléphones portables. Et Samané Bâ de lister les raisons évoquées pour justifier cette interdiction : d’abord, dit-il, il arrive que le propriétaire prend avec lui son portable aux toilettes. Ensuite, avance-t-il, dans l’islam, il est formellement interdit de couper, sans tenir compte de certaines normes, un verset du coran. Chose, constate-t-il, très courante avec les portables. Cette mise en garde a-t-elle eu des effets au Sénégal ? Pas tellement, répond le secrétaire général de l’Aemud.

« Si vous faites le tour de l’Université, vous vous rendrez compte que beaucoup d’étudiants continuent d’utiliser comme sonnerie les khassaïdes ou les versets du Coran », fait remarquer M. Bâ qui justifie cela par le fait que les Sénégalais s’emportent vite avec tout ce qui touche au Coran. « C’est ce qu’ont compris les hommes d’affaires qui ont investi ce créneau », fait remarquer M. Bâ.

Source: Le Soleil

Article Lu 1913 fois

Jeudi 17 Janvier 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State