Référence multimedia du sénégal
.
Google

ARMEE NATIONALE: 91 postulants au grade de général

Article Lu 12050 fois

Ils sont 91 colonels ayant trois ans et à plus d’ancienneté à postuler cette année au grade de général. 78 lieutenants-colonels aspirent eux, à être des colonels « pleins », tandis que… 107 ( !) commandants attendent d’être promus lieutenants-colonels.



ARMEE NATIONALE: 91 postulants au grade de général
Si le président de la République , chef suprême des armées devrait signer de sa propre main rien que pour l’ensemble des aspirants généraux, colonels et lieutenants-colonels de cette année, d’ici à fin décembre les décrets les élevant au grade de général et/ou les nommant aux grades supérieurs, il aura assurément des ampoules aux doigts et manderait son médecin pour ankylose aiguë. Ils sont en effet, pas moins de 276 personnes entre commandants, lieutenants-colonels et colonels « pleins » qui aspirent à changer « légitiment » de statut cette année en montant d’un cran supérieur dans la hiérarchie. Certains parmi ces officiers supérieurs totalisent même près de 12 ans d’ancienneté dans leur grade.

Le colonel Talla Niang, parti mettre son expérience de gestion de crises politico-militaires acquise dans différents théâtres d’opération parmi lesquelles, la Centrafrique où il a commandé la force d’interposition africaine, la Missab dans les années 1996-97, à la disposition de la force onusienne d’interposition en Côte d’Ivoire depuis deux à trois ans maintenant dans le cadre du contingent sénégalais de l’Onuci, ainsi que son « camarade », « l’ex-chef » de guerre en Casamance, Yoro Koné, en charge de la prévention des Conflits au sein de la Cedeao à Abuja, la capitale nigériane depuis 2002, le médecin colonel Cissé… figurent en tête parmi les « proposables » aux étoiles de cette année.

En fait, ils reviennent sur la table du chef de l’Etat pour la énième fois, car ces colonels totalisent 10 à 12 ans d’ancienneté dans le grade et attendent depuis plus de six ans maintenant voir plus, leur tour d’arborer les étoiles. Viennent ensuite ceux qui totalisent 9 à 6 ans dans le grade, alors que ceux qui ont cinq ans à trois ans de colonel « plein », donc les « colonels de l’alternance » bouclent la liste des requérants généraux.

NOMINATION DE GENERAUX

Wade plus fort que Diouf

Le président de la République , Me Abdoulaye Wade nomme « mieux » que son prédécesseur Abdou Diouf. Si celui-ci en 20 ans de magistère n’a élevé au grade de général des armées et de la gendarmerie que 19 officiers supérieurs, atteignant à peine un général par an en moyenne. Me Wade double la mise lui. Depuis 2000, douze officiers supérieurs de l’armée nationale et de la gendarmerie ont été élevés en effet au grade de général, occasionnant ainsi une moyenne annuelle de près de deux généraux par an. S’il accomplit le même temps de « règne » que son prédécesseur,-les libéraux déclarent qu’ils sont là pour 50 ans au moins,- il nommerait quelques 34 généraux au rythme où il distribue les étoiles de la République. Il est vrai que tous les douze généraux post-alternance n’occupent pas tous des « positions » militaires, donnant même l’impression d’avoir été nommé pour « rien ». On y compte en effet, certains qui étaient destinés à un commandement de forces qui finalement se sont retrouvés à faire autre chose. D’eux d’entre ces généraux post-alternance, ont été versés à la deuxième section, admis à faire valoir leur droit à la retraite en fait depuis l’année dernière. Il s’agit de l’ambassadeur du Sénégal en Chine populaire, le général Pape Khalil Fall, assurent des sources proches de l’armée et de l’ancien chef des pompiers Gabar Diop, qui semble disposer « d’un nouveau statut à la présidence » de la République. S ’occupe-t-il de « réorganiser les services d’information et de renseignement » dépendant du palais de la République ? On l’avance dans certains milieux avisés. Mais toujours est-il que les mêmes sources affirment que le général Gabar Diop peut bien se prévaloir de son droit à la retraite. On compte parmi ces généraux deux ambassadeurs : Pape Khalil Fall (Chine) et Abdoulaye Dieng (Guinée-Bissau). Le général Babacar Gaye s’occupe quant à lui, à « pacifier » la République démocratique du Congo (Rdc) depuis qu’il dirige pour les Nations Unies, les forces d’intervention dans le pays de Kabila fils. Mais si Abdoulaye Fall le chef d’état-major des forces armées creuse l’écart en étant récemment élevé au grade de général de Corps d’armée, certains « généraux » marquent le pas. Ils sont encore seulement des « brigadiers », ou se contentent d’être divisionnaires.

ARMEE MEXICAINE

Existe-t-il une planification des ressources humaines qui tienne compte des besoins en encadrement et en commandement des troupes aussi bien dans l’armée nationale que dans la gendarmerie ? Cette situation est-elle budgétisée ? Si oui, ne risque-t-elle pas de grever les efforts de maîtrise des effectifs de la fonction publique et de la masse salariale publique, notamment dans les corps militaires ?

Pour certains officiers supérieurs qui ont requis l’anonymat, « il se pose pour les armées, une question de gestion des ressources humaines et une planification du tableau des avancements qui tiennent compte de l’adéquation troupe-commandement. Dans tous les corps, on assiste aujourd’hui à un sureffectif du commandement. On a l’impression que l’on a aujourd’hui plus d’officiers, officiers supérieurs, généraux, qu’hommes de troupe. Si tout le monde commande, qui sera commandé ? On a l’impression d’assister à une armée mexicaine où tout le monde est général depuis maintenant plus d’une dizaine d’années », remarquent en effet ces officiers dont certains ne sont plus en activité. Certains d’entre eux de préconiser une réflexion approfondie sur le devenir de l’armée, ses effectifs, son commandement. Car, disent-ils, tous ces cadres supérieurs et généraux pour commander quelle armée ? Au point que certains grades relèvent plutôt à la « nomenklatura » qu’ils ne renvoient à un besoin réellement exprimé.

Pour ces officiers, « l’histoire de la jeune armée est marquée incontestablement par quatre officiers généraux qui ont, chacun d’eux marqué un tournant décisif pour les armées. Il s’agit des généraux Fall, le premier qui a assis les armées sénégalaises postindépendance. Alfred Diallo qui a donné corps au concept : armée-nation, du général Tavarez Dessouza qui œuvra pour le social au sein des armées. On lui doit la Mutuelle des Forces armées ainsi que la coopérative des armées qui permit à tant d’entre nous d’avoir un toit décent.

En 2000, le général Babacar Gaye également. L’homme avait un plan d’équipement et de revalorisation de la troupe qu’il a su décliner et mettre en application. Tous ces officiers généraux ont marqué de leurs empreintes la marche de nos armées », affirment-ils. Aujourd’hui, il urge de réfléchir, de leur point de vue, sur les ressources humaines et leur utilisation au sein des armées.

Si les multiples interventions sur l’ensemble de la planète depuis plus d’une quarantaine d’années au profit de la paix et de l’ordre ont valu au Sénégal et à ses armées des lettres de noblesses indéniables sur les théâtres d’opération et pousser certainement ses décideurs à satisfaire à la demande en officiers, officiers supérieurs et généraux que cela requérait, il n’en demeure pas moins qu’une fois ces missions terminées, l’armée nationale se trouve confrontée à l’emploi de son effectif de cadres, notent-ils. En attendant, ils sont cette année, 91 officiers supérieurs qui aspirent à être des généraux.

Source: Sud Quotidien

Article Lu 12050 fois

Vendredi 19 Octobre 2007





1.Posté par NAROU THIENO le 20/10/2007 02:28
VIVEMENT LE COLONEL MOUHAMADOU WADE .ALLEZ DEMANDER A SES
DIFFERENTS SUBORDONNES ........

2.Posté par joe sylla le 20/10/2007 13:36
ah general mom c rien nada tu es colonel et ami du pdt tu passe general tu né pas ami du pdt tu risk de mourir colonel menak on a eu de grd general et les gens avé le tps de lé connaitre moi depuis boubacar gueye je conné plus les generaux le tps de demander le nom du cemga et dattendre la semaine ki suit pour le voir on nomme un otre finaleùment c com les ministres sauf les generaux eux o moins ont trimé dans les formations alors ke sles ministres mom ah lou yalla kham doyna

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State