Référence multimedia du sénégal
.
Google

APRÈS LE MARIAGE D'HOMOSEXUELS DE MBAO: Une foule en furie réprime violemment un «mbaxalu goorjigeen»

Article Lu 12008 fois

Les homosexuels refont parler d'eux dans la banlieue dakaroise. Après le mariage qu'ils ont célébré à Mbao et qui avait abouti à la Dic avant de tourner à la manifestation des religieux dans la rue, d'autres homosexuels ont été violem­ment attaqués à la cité Asecna de Yeumbeul, alors qu'ils fêtaient l'anniversaire d'un des leurs, Amadou Aissa dit «Am Aïssa». Les pédés n'ont dû leur salut qu'à l'intervention de la police, au moment même où des jeunes du quartier allaient égorger l'un deux.



«Am Aissa», Amadou Aissa de son vrai nom, célébrait avant-hier samedi son anniversaire. Une fête bien spéciale, car, pour la circon­stance, Am Aïssa avait réuni son réseau d'amis à son domicile, à la Cité Asecna, à Yeumbeul. Pour ne pas faire les choses en petit, Am comme l'appellent ses proches, avait érigé une grande tente chez lui pour accueillir ses invités qui en fait sont des homosexuels. Ce n'est pas tout, car pour donner plus de couleurs à la fête, Am avait requis les services de batteurs de « tama » (tam-tam d'aisselle) histoire de poivrer davantage le «mbaxalu goorjigeen» (diffa de pédés) préparé à cet effet.

Deux «mbana » de mbaxal préparés

Tout était donc fin prêt et aux environs de 16 heures, les homosexuels commençaient à faire leur apparition, habillés en boubous de basin «ganila», les cheveux défrisés et bien laqués au point de briller, cadeaux entre les mains.

Des cadeaux composés de «Bine-bine» (cein­ture de perles), de «cuuray» (pots de d'en­cens) de sous-vêtements de femme. Une arrivée très remarquée qui n'a fait que ren­forcer les jeunes du quartier dans leur convic­tion que Am se préparait depuis une semaine à l'avance à se marier avec un autre homosexuel. C'est quand le batteur de «tama» a commencé à chauffer l'ambiance au rythme de «lëmbël et du tatulawbé» (danse obscène) que les jeunes du quartier se sont spontanément rués sur la maison de Am pour la cribler de pierres et autres projectiles. Ce fut le sauve-qui-peut du côté des homosexuels qui étaient en train de danser en exhibant des «beeco» (petit pagne) tout en salivant à la perspective de goûter aux deux «mbana» de «mbaxal» préparés pour leur flatter le palais. Malheureusement pour eux, les jeunes du quartier les ont pourchassés.



Exhibition de «beeco» lors des «lëmbël et du tatulawbe»



Plus chanceux que les pédés, le batteur de «tama» a laissé sur les lieux son instrument, au moment où la maison de Am Aissa qui abritait là cérémonie était saccagée, tout comme celle qui lui est contiguë. Avant le retrait des assail­lants, c'est toute la toiture faite d'ardoises qui a été détruite. Dans ce sauve-qui-peut, quatre «goorjigeen», pour échapper à la furie de la foule devenue plus nombreuse et plus violente, ont trouvé refuge dans le proche voisinage. Soumis à la vindicte populaire, Am et ses invités se sont retrouvés avec plusieurs blessures saig­nantes. L'un deux, que les jeunes du quartier tentaient d'égorger avec un couteau mal aigu­isé, a profité de la panique engendrée par l'ar­rivée des éléments du commissariat de Yembeul pour se fondre dans l'obscurité cré­pusculaire. Les traces du sang qui dégoulinait de sa gorge sont visibles sur les photos prises dans les plantations de menthe de la cité «Gadaye» où il allait être décapité. Sur les autres photos, l'on peut nettement distinguer le jeune homosexuel Oumar Bâ en string après avoir été déshabillé par la foule qui l'a lynché. L'un des maîtres de cérémonie, le président du réseau des homosexuels de la banlieue, Mamadou Ndigue Sarr, pour sa part, a été sauvé par un garde forestier qui était en uni­forme.



Un des homosexuels sauvé de justesse d'une décapitation



Quand le commissaire du poste de police de Yeumbeul et ses hommes se sont dépêchés sur les lieux pour éviter l'irréparable, ils ont même essuyé une pluie de pierres. II aura fallu plus de 2 heures d'échauffourées avec les jeunes du quartier, avant que les limiers ne prennent la situation en main pour ensuite procéder à l'i­dentification de Am et compagnie. Ils sont acheminés dans un piteux état aux urgences de l'hôpital de Pikine à bord de la fourgonnette de la police de Yeumbeul. Le plus touché des homosexuels a même été gardé en observation dans ladite structure de santé. Au terme de leur observation médicale, Am et Cie ont été mis en sécurité au poste de police de Yeumbeul, avant d'être libérés quelques heures après sur instruc­tion des autorités judiciaires.

Aux dernières nouvelles, les propriétaires des maisons saccagées ont décidé de porter plainte contre X pour destruction de biens appartenant à autrui. C'est dans ce cadre qu'ils ont d'ailleurs commis un huissier qui a constaté les dégâts matériels.

Abdoulaye DIEDHIOU

Source: POP

Article Lu 12008 fois

Mardi 27 Mai 2008





1.Posté par maimouna le 27/05/2008 08:02
franchement c'est leur probleme d'etre homo ou pas.il faut plutot interner tous les pédophiles qui s'en prennent a des enfants de 9ANS,4ans .ainsi qu'a des peres qui violent leurs filles, des tantes qui torturent leurs nieces ,des femmes et des hommes avec un coeur de pierre .voila les personnes qu'il faut condamné ! les homos on s'en tape !

2.Posté par bip le 27/05/2008 10:12
pourquoi ne pouvons pas accepter la différence? est - ce à nous de juger et de condamner?

3.Posté par Madoumbé le 27/05/2008 10:44
Vous etes tous des PD vous qui defendez les indefendables

4.Posté par chacha le 27/05/2008 11:27
c'est bien fait car ils audacieux ils ont vu avec les pape mbaye et malgres cela ils ont oser organiser

5.Posté par Wakh deugue le 27/05/2008 16:17
Ne baissons jamais les bras dans cette lutte contre ces etres contres nature.
Quant à ceux qui les défendent en disant qu'ils ont le droit d'être des homos, sachez auusi qu'il n'ont pas le droit d'entrainer des adolescents dans ce fleau en leur offrant de l'argent.
Ces imbeciles augmentent au jour le jour car malgrés tout ils sont riches et font tout pour corrompre le maximum de jeunes.Ils savent que la vie d'aujourd'hui est chère et que beaucoup de jeunes veulent avoir de l'argent mais n'acceptent pas de travailler.
Alors que ceux qui les défendent se taisent ou aillent se faire chier chez ces vers de terre de merde.
Si on en avait tué 2 ou 3 , ils auraient disparu de la circulat° depuis belles lurettes.

6.Posté par los le 28/05/2008 01:01
onzibilahi mina cheytani radjim si borom niari touryi

7.Posté par diop le 28/05/2008 03:48
On devrai faire une loi pour que les pedes soient decapités. Si on decapite quelque pedés cela donnera l'exemple.

8.Posté par cquoicesite le 29/05/2008 17:20
Mais j'y crois pas!!!!!
Bande de nazi homophobe!
Je vous souhaite d'avoir plein de petits PD, comme ca vous comprendrez que c'est pas une maladie, mais qu'il y en a dans toute les societees. C'est comme ca que vous le vouliez ou nom.
Les seuls actes universelements indefendables sont l'inceste et le meutre.
Je dis ca pour les assassins en herbe...


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State