Référence multimedia du sénégal
.
Google

APRES L’AVOIR ARROSEE DE CADEAUX : Le « marabout » disparaît avec les biens de son épouse

Article Lu 11351 fois

Une femme de 23 ans continue de ployer sous le fardeau d’une humiliation qu’un prétendu marabout lui a fait subir. En l’épousant uniquement pour pouvoir passer du bon temps avec elle. Son objectif étant atteint, le bonhomme cherche noise à sa nouvelle épouse et parvient ensuite à divorcer d’avec elle. En quittant la femme déjà enceinte, le prétendu marabout lui vole tout ce qu’il lui avait offert comme cadeau.



A. Sène, cette femme de 23 ans environ, est en train de vivre les moments les plus sombres de sa vie. Originaire de l’Ouest du Sénégal, elle venait de convoler en justes noces avec un homme (un prétendu marabout) qu’elle a connu quelques mois avant le mariage. Tonton Diagne, comme on appelait ce soi-disant marabout, vivait dans la même maison qu’A. Sène où ils sont tous les deux locataires. Ce qui s’est réellement passé, c’est que, éberlué par les formes généreuses de A. Sène qui est pourtant mère de deux enfants, tonton Diagne commence à se comporter comme un homme financièrement aisé. A peine la femme a-t-elle accepté les avances de tonton Diagne que ce dernier s’est mis à distribuer à tour de bras des billets de banque. Aux modestes repas quotidiens habituellement servis chez la famille d’A. Sène, succèdent les mets succulents, avec en prime de la boisson servie à flot. Ceci, durant tout le temps que durera cette parodie de fiançailles. Evidemment, tout ceci, aux frais de tonton Diagne qui n’avait d’yeux que pour la forme enivrant de sa nouvelle découverte. Laquelle, malgré le fait qu’elle est maman, est dotée encore d’attributs féminins attrayants.

Passés ces moments de stratégie de conquête, tonton Diagne demanda et obtint la main de A. Sène. A ce titre, c’est une fortune (beaucoup d’argent selon les termes employés par la femme) qu’il lui a offerte en guise de dot. Parmi les objets de valeur accompagnant l’enveloppe perçue par la nouvelle mariée, on peut citer des bijoux en or, un poste téléviseur, un réfrigérateur. Le mariage étant scellé, tonton Diagne « reçoit » sa très particulière hôte avec laquelle il va vivre une lune particulièrement mielleuse. Au grand bonheur de la nouvelle mariée et de sa famille qui se voyaient déjà à l’abri des rigueurs et autres vicissitudes liées à cette difficile conjoncture.

Hélas, pour A. Sène, tout va subitement s’effondrer comme sur un château de cartes. Puisque tonton Diagne, qui avait apparemment déjà obtenu ce qu’il voulait réellement de A. Sène, décide enfin de mettre un terme au mariage. Dans cette histoire, il faut reconnaître que la décision inattendue et sans motif connu de divorcer est tout aussi réprouvante que la manière dont il va s’y prendre. Tous les cadeaux qu’il avait achetés à A. Sène, tonton Diagne va profiter de l’absence de celle-ci pour s’en emparer. Après avoir accompli sa sale besogne, le bonhomme prend ses cliques et ses claques. Le voilà qui quitte discrètement la maison pour disparaître. A. Sène est alors d’autant plus désemparée qu’elle accouchera par la suite d’un garçon après le divorce, sans être assistée par son désormais ex-mari. Pire, l’homme n’a même pas fait signe de vie pour l’aider à surmonter les épreuves liées à la maternité.

Ce n’est qu’un an et quelques mois plus tard, coïncidant avec cette mi-août 2008, qu’A. Sène apprend que tonton Diagne se trouve à Dakar, précisément au quartier Léona de Thiaroye. Elle y débarque le 17 août dernier, dans le but de pouvoir localiser le refuge de son ex mari. Malheureusement, celui-ci, mystérieusement, déménage de la chambre qu’il n’avait occupée que pendant moins de vingt jours pour une destination que personne ne connaît jusqu’ici. A. Sène ne s’est pas gênée à rédiger une plainte contre tonton Diagne. Et cette mise en garde qu’elle a lancée contre lui témoigne de toute cette rancœur qu’elle nourrit à son égard : « d’ici à vingt ans, partout où je serai informé de sa présence, j’irai à sa recherche », promet la dame.

Source: Le Soleil

Article Lu 11351 fois

Jeudi 4 Septembre 2008





1.Posté par mouhamed le 04/09/2008 08:47
pas mal de marabouts sont ainsi.....les francais ont bien raison d'appeller cette race de gens "marabout"...tres significatif

2.Posté par saliou le 04/09/2008 11:16
attentio messieurs on nous parle de marabouts mais ce n'est qu'un titre comme fonctionnaire menuisier etc si c'était un journaliste on aurait dit un journaliste c'est un homme qui apépousé une femme ce qui s'est passé dans leurs chambres on le sait pas et pourkoi madame dis que d'ici 20 ans ou tu te trouveras je te chercherai ? là est là question lamou saf kako matie mo ko kham..........

le plus beau de l'histoire n'a pas était dit

3.Posté par Salam le 04/09/2008 13:06
Bonne chance ma sœur
on regarde pas seulement l'argent chez un homme ou seulement la beauté chez une femme.

Si tu veut te casse les dents en Mariage oublie la religion dans ton choix.

Salam et l'argent ne fait pas le bonheur dééé

4.Posté par real le 04/09/2008 17:58
gno bari pékhé!!!!!!!! machala bou len niou tchatou d!!!

5.Posté par BIBA de barcelone le 12/09/2008 03:55
andal ak chaka bab's mome number ley reub thiey senegal m doy war mais nak je sais que dotoul dal ,wa salam.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State