Référence multimedia du sénégal
.
Google

APRÈS AVOIR TRAÎNÉ SON ROMÉO AU TRIBUNAL: L’étudiante se désiste et lui trouve deux avocats pour sa défense

Article Lu 1637 fois


C’est fou ce que l’on est prêt à faire pour l’amour. Et ce n’est pas Marlène Soukou qui viendra le contredire. Elle en est la preuve palpable. En effet, cette étudiante en Droit est partagée entre deux passions : ses études et son amour pour Boubacar Baldé qui est aussi étudiant en Droit. Marlène Soukou sort ave ce dernier depuis quelque temps et est éperdument amoureuse de lui. Toutefois, on ne peut pas dire qu’elle file le parfait amour. Son petit ami est quelqu’un d’excessivement jaloux et peut se montrer très violent à l’occasion. Au moindre faux-pas de sa dulcinée, il se permet de la corriger copieusement. À tel point qu’elle finit par être terrorisée par lui. Néanmoins, elle le supportait tant qu’il la frappait et la cajolait ensuite. Toutefois la goutte qui a fait déborder le vase, c’est qu’il l’a empêché de passer son examen parce tout simplement il ne l’a pas trouvée chez elle. Selon ses explications, la veille de son examen, son jules est passé à son appartement pour la voir. Elle était sortie acheter de quoi manger quand elle a reçu un coup de fil de sa part, lui demandant où est- ce qu’elle se trouvait. Et elle lui répond qu’elle était chez elle. Une erreur qu’elle paiera très cher car elle ne savait pas qu’au moment même il était chez elle. Boubacar ne lui dit rien pour l’instant, il attend quelques minutes après pour la rappeler. À ce moment, il lui signifie qu’il était à son domicile et que si elle revenait, il allait lui donner une claque qui lui arracherait toute sa dentition. Prise de panique Marlène décide d’aller passer la nuit chez la tante du gars. Le lendemain, elle retourne tranquillement chez elle, mais elle n’arrive pas à ouvrir sa porte. Elle en conclut vite que Boubacar avait fait quelque chose pour l’empêcher d’entrer. Elle l’appelle donc au téléphone et se heurte à son refus catégorique. Comme si cela ne suffisait pas, il la somme de ne pas mettre les pieds à l’université, si elle ne voulait pas mourir. Alors qu’elle avait toutes ses affaires dans sa chambre, elle s’est retrouvée bloquée. Mais ce qui lui faisait le plus peur, c’était les menaces de Boubacar. Elle était persuadée qu’il pouvait les mettre en exécution. Les nerfs à bout, Marlène se rend à la police et dépose une plainte. C’est ainsi que Boubacar Baldé a été arrêté et déféré au parquet. Jugé hier à la barre du tribunal départemental, il a reconnu les faits sans ambages, même s’il déclare avoir été tenté par sa copine. Cependant, il regrette profondément son geste. Tandis que la plaignante, elle, avait déjà pardonné à son petit ami. Même qu’elle lui a trouvé deux avocats pour le défendre, sans compter celui qu’il avait lui-même engagé. Le procureur, lui, a requis une peine d’un mois assorti de sursis, tout en précisant au mis en cause qu’il n’a aucun droit sur sa petite amie, qu’il devrait lui faire confiance au lieu de la maltraiter. L’affaire a été mise en délibéré à lundi.
POUR SE SORTIR DES GRIFFES DE SON AGRESSEUR : Il lui plante un coup de couteau fatal dans le ventre et se retrouve en prison

Il s’en est fallu de peu pour que Babacar Bâ atterrisse aux assises, pour avoir donné la mort à un individu avec un coup de couteau dans le ventre. L’infraction qui a été retenue est coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. S’agissant des faits, ils remontent à l’année dernière. Un soir, après une journée de dur labeur, le mis en cause était sur le chemin de sa maison quand il a été attaqué par une bande de malfaiteurs qui l’ont passé à tabac. Ne pouvant plus supporter les violences de ses assaillants, il prend le couteau qu’il avait à sa ceinture et le plante sur le ventre de l’un d’eux. Malheureusement ce dernier est mort sur le coup. C’est ainsi qu’il a été arrêté malgré ses blessures et acheminé au pavillon spécial. Jugé au tribunal correctionnel, il a reconnu les faits même s’il affirme avec véhémence qu’il n’avait nullement l’intention de tuer. Son avocat, dans sa plaidoirie, a demandé qu’il lui soit accordé l’excuse de provocation et une atténuation de la responsabilité. Tandis que la partie civile avait réclamé 6 millions de dommages et intérêts pour le préjudice commis, étant donné que la victime a laissé un enfant derrière lui. L’affaire a été mise en délibéré et le jugement sera rendu à l’audience du 17 courant.

Maria Dominica T.Diédhiou
Source: L'observateur

Article Lu 1637 fois

Samedi 7 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State