Référence multimedia du sénégal
.
Google

APRÈS AVOIR SURPRIS UN HOMME AVEC SA FEMME Il le tue avec son couteau et écope d’un an de prison ferme

Article Lu 11019 fois


Samba Demba Assette Diallo, né le 2 mars 1930 à Ndankou Bèye (département de Louga) a été condamné par la cour d'assises de Saint-louis à 1 an de prison ferme. Placé sous mandat de dépôt le 30 mai 2005, il recouvre la liberté après 3 ans de détention préventive. La cour d'assises l'a déclarée coupable, avant de lui faire bénéficier de l'excuse de la provocation. Les conseils de l'accusé qui avaient demandé la disqualification des faits en coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner ont été suivis dans leur requête par la cour d'assises.

Les faits de meurtre qui ont valu à l'accusé Samba Demba Assette Diallo de comparaître devant la Cour d'assises de Saint-louis, hier, ont eu lieu le 25 mai 2005 dans le quartier de Keur serigne Louga. Ce fameux jour, Samba Diallo avait quitté son village durant la journée pour se rendre à Potou. Pour ce faire, il devait transiter par Louga. Ce qui a retardé son voyage au point de rater le car qui devait l’y transporter. Il se résout alors à passer la nuit dans la cité du Ndiambour pour prendre le prochain véhicule. C'est ainsi qu'il est parti chez sa nièce Fatoumata. Celle-ci lui a alors offert l'hospitalité. Toutefois, vers 01 heure du matin, il décide brusquement d'aller dormir dans la chambre de son épouse Ndiémé Bâ. À sa grande surprise, il la trouvera en petit pagne, sur le lit aux cotés de Souleymane Bâ. Désarçonné, le mari cocu s’est rué sur le visiteur nocturne qui recevra deux coups de couteau avant de prendre les jambes à son cou. Très mal-en-point, il s'affale dans une ruelle du quartier et au petit matin, son corps sera découvert. Les policiers, informés, ont ouvert une enquête qui a abouti à l'arrestation de Samba Diallo.

Toujours est-il que, selon l’avocat général, l'intention criminelle existe dans ce dossier même si l'accusé a nié avoir porté volontairement les coups qui ont été fatals à la victime. « Quand j'ai poussé le rideau de la chambre, Souleymane Bâ a demandé qui c'était et lorsque je lui ai pointé ma torche, il s’est rué sur moi pour m'asséner des coups. Je suis tombé par terre et il a essayé de me piétiner. Il a plongé sur moi et c'est là que mon couteau l'a piqué.» Des déclarations qui n'ont pas convaincu le ministère public qui dit relever dans la démarche de l'accusé des incohérences. Et de fonder sa thèse sur le fait que l'accusé est venu à Louga et au lieu d'aller chez sa femme, il est allé chez sa nièce. Il a attendu la nuit pour venir commettre son forfait. Mieux, il dira que l'accusé n'est pas en mesure de prouver que sa femme et la victime entretenaient des relations extraconjugales avant de se désoler des décès de l'épouse de l'accusé et de la victime qui, à ses yeux, auraient pu apporter des déclarations contradictoires à celles formulées par l'accusé. Néanmoins, il faut signaler que la dame Ndiémé Bâ, avant de rendre l'âme après la commission des faits, avait soutenu que Souleymane Bâ n'était pas son amant et que le jour des faits, il s'est présenté dans sa chambre pour lui emprunter des allumettes pour allumer sa bougie. Les conseils de l'accusé, Mes Ciré Bâ, Moustapha Diop, Gorgui Guéye et Ibrahima Mbengue, ont plaidé à tour de rôle pour contester la préméditation et brandir l’excuse de provocation. Pour finir, ils ont demandé à la cour de disqualifier les faits en coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Ils seront suivis par la cour d'assises car leur client n'a finalement écopé que d'un an de prison ferme. Il devra payer une amende ferme de 100.000 francs Cfa. À noter que les intérêts civils ont été réservés.

Source: L'observateur

Article Lu 11019 fois

Mercredi 23 Juillet 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State