Référence multimedia du sénégal
.
Google

APRÈS AVOIR DEMANDÉ UNE ASSISTANCE MÉDICALE À 4 HEURES DU MATIN Un ancien militaire franco-libanais ouvre le feu sur un ambulancier de «Sos Médecins»

Article Lu 1825 fois


Dans la nuit du jeudi 31 janvier au vendredi 1e février 2008, un Français d’origine libanaise nommé Adel Fahs, qui loge dans un immeuble sis à la rue Sandinièry, a foutu une sacrée trouille à un ambulancier et un infirmier de «Sos Médecins». Ayant appelé pour demander une intervention, il a dégainé et tiré trois balles de pistolet en leur direction dès qu’ils se sont pointés, blessant l’ambulancier Cheikh Sow à la cheville.
Adel Fahs dégaine plus rapidement que Lucky Luke ! Le monsieur, âgé d’une cinquantaine d’années, d’origine libanaise et ancien militaire dans l’armée française, vient de blesser par balle un agent de «Sos Médecins». Pour comprendre cette affaire, il faut remonter à la semaine dernière. En effet, Adel Fahs, qui conduisait un cycliste, a eu un accident. Il est tombé d’une falaise sur la corniche Ouest et s’est retrouvé avec une fracture ouverte sur la cheville. Les agents de «Sos Médecins» sont venus le secourir et l’ont conduit, sur sa demande, à la clinique des Madeleines. Quelques jours plus tard, il est sorti et a rejoint son appartement, au 4e étage d’un immeuble sis au 16, rue Sandinièry.

Dans la nuit du jeudi 31 janvier au vendredi 1e février 2008, à 4h 15 mn, il a senti des douleurs et a appelé «Sos Médecins» pour que des soins lui soient prodigués à domicile. Selon l’ambulancier Cheikh Sow, lorsqu’à 4 heures 25 mn ils sont arrivés, l’infirmier qui est venu avec lui s’est approché de M. Fahs pour lui prodiguer les premiers soins, le temps que le médecin qui était en route arrive. «Adel Fahs est entré dans une colère noire, intimant à l’infirmier l’ordre de ne pas le toucher car il a demandé à voir un médecin. Nous avons tenté de lui expliquer, mais il n’a rien voulu comprendre. Subitement, il a dégainé un pistolet que nous n’avions pas vu car il l’avait enroulé dans une serviette et a tiré trois coups de feu. Le premier m’a raté de peu, le deuxième m’a blessé à la cheville et le troisième a atterri sur le mur. J’ai été par la suite évacué à l’hôpital Principal où j’ai été soigné», raconte-t-il, annonçant qu’il a porté plainte au commissariat central.

La police, contactée, confirme l’information, mais ajoute : «Il a des problèmes psychiques et a une triple fracture ouverte à la cheville. Il est malade et alité». Ce qui explique les raisons pour lesquelles il n’a pas été arrêté. Joint au téléphone, Adel Fahs que des ambulanciers de la clinique du Cap étaient venus prendre pour l’acheminer dans leur structure sanitaire, a tout simplement reconnu les faits. «J’ai tiré sur deux voleurs. J’espère qu’il y en a un qui est mort», dit-il tout net, avant de déverser sa bile sur nous : «Vous les journalistes, vous vous permettez de déranger les gens à n’importe quelle heure. Vous savez ce que je suis en train de faire ? Je suis en train de b.. avec ma femme». Ce après nous avoir demandé notre nom et notre numéro de téléphone que nous lui avons donné. Cinq minutes plus tard, il nous rappelle et tombe sur notre boîte vocale pour nous laisser un message : «Je vous parle en présence de trois témoins. Si vous écrivez des choses sur moi, je vais vous buter comme j’ai fait avec les autres. Et gardez vous d’écrire que je suis un Libanais. Moi, je suis un Français ! ».

Source: L'observateur

Article Lu 1825 fois

Samedi 2 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State