Référence multimedia du sénégal
.
Google

APRES 20 ANS DE MARIAGE: Le mari refuse la paternité des 3 enfants de son épouse

Article Lu 13147 fois

Le tribunal de Louga a mis en délibéré jusqu'au 11 novembre le jugement d'un homme contre lequel le procureur a requis six mois de prison avec sursis pour refus de reconnaître la paternité des trois enfants qu'il a eus avec son épouse après vingt ans de mariage.

Lasse d'entendre son mari, un professeur d'arabe vivant à Dahra, lui ressasser qu'il n'est pas le père de ses enfants, la femme a décidé de porter plainte auprès du tribunal et la juridiction s'est réunie mercredi pour examiner l'affaire.

À 1a barre, l'époux n’a pas varié dans ses déclarations, soutenant qu'effectivement il n'est pas le père des enfants de sa femme dans la mesure où aucun d'eux ne lui res­semble.



Selon lui, son premier enfant âgé de 15 ans est le portrait craché d'un marabout de Kébémer auprès de qui sa femme s'était rendue pour se faire traiter de son infertilité. Ce traitement était devenu nécessaire, car après six ans de mariage le cou­ple n'avait pas encore d'enfant, renseigne le mari ajoutant avoir eu beaucoup de surprise en voyant sa femme rentrer de Kébémer, trois mois plus tard et sans qu'il l’ait approché, avec une grossesse.

Le deuxième enfant né plus tard ne lui ressemble pas non plus, sou­ligne l'époux qui soupçonne un autre homme d'en être le père.

À l'en croire, il en a parlé à ses beaux-parents, mais en vain. Et il y a de cela un an, sa femme a donné naissance à un troisième enfant. Il est décédé peu après, mais l'époux soutient avoir eu le temps de se ren­dre compte que comme les deux premiers, il ne lui ressemblait pas du tout.

Au comble de l'indignation, l'épouse a accusé son mari de l'avoir déshonorée en l'accusant d'adultère devant ses coépouses et ses parents, convoqués en conseil de famille. Soulignant n'avoir eu d'autres recours que de laver un tel affront par le tribunal, elle a réclamé 500.000 francs à son conjoint en guise de dommages et intérêts.

Sautant sur l'occasion, le procu­reur a estimé que les délits de diffa­mation et d'injures publiques à l'encontre de la dame sont large­ment établis du fait que son époux a porté atteinte à son honneur devant ses coépouses par le biais de décla­rations mensongères.

Le magistrat a demandé au tri­bunal de déclarer l'enseignant cou­pable et de le condamner à six mois de prison assortis de sursis.

Le tribunal présidé par Pèdre Mbodji a mis en délibéré son ver­dict jusqu'au 11 novembre.

Source Walf Grand Place

Article Lu 13147 fois

Samedi 25 Juillet 2009





1.Posté par 21énième siècle le 25/07/2009 08:19
Franchement c'est triste et honteux de ne pas tirer au clair cette affaire ; si je comprends bien au Sénégal il n'ya pas de tests d'ADN

2.Posté par gaye.... le 25/07/2009 08:54
bien sùr que y en a ! mais le tribunal d'abord ....ADN est un peu categorique et severe....on ne peut pas faire attendre un enfant jusqu'à l'age de 15 ans pour lui prouver SCIENTIFIQUEMENT que son père n est pas son "père".......c'est inhumain......si on appliquait l'ADN dans les familles on risque une explosion nationale les femmes comme les hommes ont broutè par ci et par là.....C EST LE MARIQUI A TORT C EST PAS PARCEQUE TON NFANT NE TE RESSAMBLE PAS QUE TU N ES PAS LE PERE...NOUS SOMMES PAS DES BETES ,DES CHEVEUX OU DES MOUTONS...

3.Posté par ADN le 25/07/2009 12:39
"...car après six ans de mariage le cou­ple n'avait pas encore d'enfant, renseigne le mari ajoutant avoir eu beaucoup de surprise en voyant sa femme rentrer de Kébémer, trois mois plus tard et sans qu'il l’ait approché, avec une grossesse..."

il a raison de douter dé, mai loufi nék moye gnou déf test ADN légui mou lér

4.Posté par Moussa le 25/07/2009 13:48
dans ce cas, même les juges ne connaissent pas la vérité, la seule solution c'est le test ADN. si ce test confond l'homme, il assumera les conséquences. pour le moment, sur quoi se bas-t-on pour dire qu'il a tort?

5.Posté par Katastrof le 25/07/2009 13:48
Puree de pitasse marinee a l'ail et au poivron!!! il reste avec sa femme trois grossesses durant et apres refuse de reconnaitre la progeniture?? non pas de test ADN necessaire, ou il admet ou bouclez le.. Il aurait du prendre action des la premiere grossesse, apres la 2eme il a perdu tout droit de refut. Khamna nii responsibilite family ci djamano djii dafa diiss mais... gere ou a la galere!!

Ainsi a tranche Katass..

6.Posté par thiou le 25/07/2009 18:45
se ki me fait rire moye ke nena les goss ne lui resemblent pas. funny!!!

7.Posté par Karl le 26/07/2009 14:35
Combien Coute un test de Paternité ADN ?
Vous avez une idée ? le tribunal a t'il les moyens de demander ce test ?
Les conséquences sociales de ce test ?
La femme est elle prête à se soumettre au test ?

8.Posté par alioune le 27/07/2009 11:41
Quel que soit le prix du test d'ADN, il faudra l'appliquer pour départager ce couple. Mais ce qui est bizarre, c'est que le procureur a décidé péremptoire que le mari a menti et a déshonoré sa femme en l'accusant d'adultère. Mais que diantre, sur quoi se fonde t il pour en arriver à cette sentence? Sur la bonne foi de la femme? Du n'importe quoi. Ou sur le caractère quelque peu hilarant des propos du mari qui n'a d'autre preuve que la non ressemblance des enfants avec lui? Stupide tout cela. La justice a l'obligation d'aller au dela de ce que le commun des morteles pensent pour élucider une affaire comme celle là qui est très grave sur le plan social. J'espère que le président du tribunal sera beaucoup plus clairvoyant et demandera ce test ADN pour tirer au clair l'affaire. Mais ce qui me echagrine d'avantage c'est que les avocats de lu mari n'ont pas demandé non plus le test ADN. A moins que le journaliste ait oublié de le mentionner. autre bizarrerie.

9.Posté par gaye le 27/07/2009 15:25
tout cela n'est pas claire comment aprés 15ans de mariage dire tel ou tel n'est pas mon fils c'est du delire rek

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State