Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



AMINATA SOUAHIBI ALIAS «AMINA POTE» «En 2005, j’ai fait un avortement qui m’a beaucoup marquée»

Après son fameux «Soupe-Kandja (sauce au gombo)» bleu qui a fait le buzz du Net, Aminata Souahibi alias «Amina Poté» revient dans le «Cahier vacances» de L’Observateur. La très intéressante animatrice de la Tfm compte ou conte, c’est selon, ses 5 dates, sans langue de bois. Du Poté pur jus.



AMINATA SOUAHIBI ALIAS «AMINA POTE» «En 2005, j’ai fait un avortement qui m’a beaucoup marquée»
15 OCTOBRE 1992 : «C’est l’année où ma mère a été de retour de voyage pour la première fois. J’étais très jeune et cet événement m’a beaucoup marquée. Ma mère était mon idole, elle s’habillait tout le temps en blouson et jouait à des jeux de guerre. J’ai toujours essayé de l’imiter, mais je ne lui arrive pas à la cheville. Elle était une joyeuse drille, une personne très facile à vivre. Elle était donc en voyage pour faire du business et gagner de l’argent pour ses enfants. Elle était une grande commerçante. Elle vendait du matériel électronique et des basins riches, une femme battante. Tout ce que je fait dans la vie, c’est elle qui me l’a appris.»

L’AN 2000 : «C’est l’année ou j’ai eu mon premier homonyme. La petite Amina est la fille de ma grande sœur, elle a aujourd’hui 13 ans. Le fait de donner mon nom à sa fille est un geste qui me marquera à vie. Je l’ai en mémoire et jamais je n’oublierai ce grand honneur.»

16 MAI 2003 : «C’est la première fois où l’on m’a amené 3 millions pour demander ma main. Ça m’avait beaucoup marquée. J’étais très jeune et mon copain de l’époque avait donné cette grosse somme d’argent pour m’épouser. C’était aussi un grand honneur.»

2005 : «C’est l’année où j’ai fait un avortement. J’étais enceinte de ce mari qui m’avait honorée aux yeux du monde. Au début de notre mariage, tout mon rêve était d’avoir un enfant de lui pour lui rendre ce grand honneur qu’il m’a fait. On a vécu ensemble, j’ai été, par la grâce de Dieu, enceinte de ses œuvres, mais notre enfant ne sera pas né. Pourtant, je rêvais de le tenir entre mes mains et de partager ce bonheur avec mon mari, mais Dieu en a voulu autrement. Tout cela pour vous dire que cet avortement m’avait beaucoup marquée, bouleversée.»

22 AOUT 2006 : «A13h 30mn le jour du Kazouradiab (Cérémonie annuelle marquant la naissance de Serigne Fallou Mbacké, deuxième Khalife général des mouride, fils de Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur du mouridisme, Ndlr), j’ai eu ma revanche sur le destin. Ce jour-là, naissait mon fils qui porte le nom de Abdoulaye Mbaye. C’est une date que je retiens par chœur, parce qu’elle est très importante dans ma vie.»

L'OBS GNOULA DIALLO (STAGIAIRE)

Mardi 27 Août 2013




1.Posté par alioune1 le 27/08/2013 17:20

2.Posté par maana le 27/08/2013 20:47
Est ce que c'est ton mari le papa de ablaye mbaye ?

3.Posté par bada le 28/08/2013 14:23
Au Senegal les gens racontent du n'importe quoit.C'est vraiment Trieste.

4.Posté par amary Diop le 30/08/2013 14:33
et puis après ........un avortement on en voit tous les jours que DIEU fait, c'est pas vraiment la fin du monde.

5.Posté par triste le 31/08/2013 23:11
c le jour ou on t’emmenait les 3 millions kom dote ki t'a marque le plus que le jour ou u e entre dans les liens du mariage!!!!! they senegal

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 26 Juillet 2014 - 21:11 Balla Gaye 2 tacle Yékini








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés