Référence multimedia du sénégal
.
Google

AMBIANCE - Clans et défections en Equipe nationale : Le capitanat de Diouf pollue toujours la Tanière

Article Lu 11074 fois

Le capitanat de El Hadji Diouf, contrairement aux vœux de l’ex-coach des Lions, Henryk Kasperczak, n’a pas apporté, au sein de la Tanière, la sérénité souhaitée. On en veut pour preuve, la Can ghanéenne où le «Vagabond» de Bolton n’a pas été un exemple de discipline, tant sur le terrain qu’en dehors. Un comportement qui semble donner raison à certains cadres de l’Equipe nationale qui n’ont toujours pas digéré un tel choix. D’où les clans notés au Ghana et corroborés par certaines défections qui viennent polluer à nouveau l’ambiance dans la Tanière.



AMBIANCE - Clans et défections en Equipe nationale : Le capitanat de Diouf pollue toujours la Tanière
El Hadji Diouf mérite-t-il le brassard de capitaine ? Répondant à cette question (Voir Le Quotidien N° 1542 du mardi 26 février 2008) au lendemain de la Can ghanéenne, l’ancien sélectionneur national des Lions, Henryk Kasperczak, a joué à l’esquive en servant un discours diplomatique : «Dans le capitanat de Diouf, il y a eu plus de choses positives que négatives. Peut-être qu’il pouvait mieux faire.» Avant de revenir sur les raisons qui l’ont poussé à bombarder Diouf capitaine : «Je pense que Diouf, c’est un garçon qui est resté longtemps dans l’Equipe nationale. C’est vrai qu’avant, il faisait des bêtises, il n’était pas discipliné. Au vu de tout cela, j’ai voulu le responsabiliser par rapport à lui-même et par rapport au groupe. Et je pense que c’était intéressant de lui confier le rôle de capitaine. C’était bien de le tester sur sa capacité à rassembler les joueurs pour former un groupe homogène et solidaire.»

A l’arrivée, Kasperczak avait déclaré tout de go : «Je ne regrette pas de lui avoir confié le brassard.» Il reconnaît, cependant, que Diouf a péché par rapport à son rôle de rassembleur : «Je pense que Diouf devait mieux maîtriser la situation relationnelle avec les joueurs, il devait mieux jouer son rôle de rassembleur en favorisant un peu plus ses relations avec les joueurs. Mais Diouf est resté toujours Diouf.»

En clair, l’effet recherché, en confiant le brassard au sociétaire de Bolton, s’est transformé en eau de boudin. Et pire, le technicien franco-polonais avait fait, toujours dans nos colonnes, un aveu de taille en déclarant : «Vous savez, Diouf c’est Diouf. Il faut dire qu’il n’a pas été très discipliné en tant que capitaine. Un capitaine doit donner le bon exemple. Il doit respecter les règles qui régissent la vie d’un groupe. A savoir ponctualité et discipline. Ce n’est pas normal qu’il sorte, avec d’autres joueurs, la veille d’un match aussi important (contre l’Afrique du Sud à la Can).» Et pour terminer, Kasperczak n’a pas manqué de faire un commentaire sur la méthode Diouf : «Il a une personnalité et il aime que tout le monde parle de lui. Il veut toujours jouer les premiers rôles.» Et les conséquences d’un tel comportement : «Peut-être que ça gêne certains joueurs. Et comme je l’ai dit, il y avait beaucoup de jalousie dans le groupe, des clans et un manque de solidarité entre joueurs.» Justement, ces clans qui se sont fait jour au Ghana minent toujours la Tanière. En témoigne la fronde déguisée que mènent certains cadres, comme Habib Bèye, Lamine Diatta, Mamadou Niang et Souleymane Diawara, pour ne citer que ceux-là.

LAMINE NDIAYE ATTENDU AU TOURNANT

Une source proche de la Tanière, et bien au fait des secousses qui rythment la vie du groupe, explique : «Il faut que les gens sachent que Habib Bèye et autres n’arrivent toujours pas à pardonner à Kasperczak, le fait d’avoir confié le brassard à El Hadji Diouf. Une démarche d’autant plus incompréhensible qu’au moment où on confiait, pour la première fois, le brassard à Habib Bèye (en amical contre la Côte d’Ivoire 1-0), il était le capitaine de l’Olympique de Marseille. Ce qui est quand même une référence.» Du coup, notre interlocuteur soupçonne que ces défections annoncées sous forme de menaces, lancées ouvertement par Mamadou Niang et Souleymane Diawara, et en sourdine par Habib Bèye et Lamine Diatta, ne sont que «le prolongement d’un mécontentement», qui a pris sa source depuis ce fameux match des éliminatoires Can 2008 contre les Mambas du Congo à Dakar, où Diouf a été intronisé capitaine, à la surprise générale. Et ces derniers, souligne notre source, sont d’autant plus amers que ce choix a été fait en dehors de tous critères sportifs. «Dire que quelqu’un est indiscipliné et qu’on doit lui donner le brassard pour qu’il se range, c’est absurde. Parce qu’un capitaine doit être choisi en fonction de ses qualités et non de ses défauts.» Or c’est ce qu’a fait Henryk Kasperczak. Et l’histoire est en train de lui donner tort. En témoigne ce qui s’est passé lors de la Can ghanéenne où Diouf s’est illustré, d’abord sur le terrain où il a plus parlé que joué (prise de gueule avec Diomansy contre l’Angola) ; et en dehors du terrain (virée nocturne au Vienna City).

Lamine Ndiaye, qui vient d’être confirmé par le Comité de normalisation, est donc attendu au tournant. Le coach des Lions, que certains reprochent d’avoir laissé Kasperczak seul au front, va devoir, à son tour, montrer sa capacité à reprendre en main «un groupe sans âme», et à confier le brassard à un joueur exemplaire, un joueur qui le mérite.

Source: Le Quotidien

Article Lu 11074 fois

Dimanche 18 Mai 2008





1.Posté par bour le 18/05/2008 14:30
el hadji diouf est un kid who need to grow up il faut le mettre dans le chasser de l'equipe il est nul bavard et ne merite rien
je suis sur que aec lui le senegal ne fera rien de positive il manque le patriotisme dont souffre diaz et consorts il est un sexe offender qui ne merite pas le titre de capitaine un capitaine est un role modele il ne l'est pas

2.Posté par alain le 18/05/2008 16:56
oubliez ce elhadj.................diouf

3.Posté par pékhé le 18/05/2008 17:19
dé lène gueureum niamou daww, il vous a fé révé donc au moins respect pour ça !

4.Posté par Mac le 18/05/2008 19:43
Le qutidien c´est un journal de cafard!!! Que du Diakhassé. JSPr que L. Ndiaye ne prendra pas compte de vos conneries. Cela dit si Fadiga revient ce que je souhaite de tt coeur il faudra lui donner le brio de Capitanat. En tout cas Diouf -Fadiga... ce sera un regal!!!

5.Posté par ciame le 18/05/2008 22:38
diouf nous a fé révé en 2002 dc vos papi se réveillaient à 6h du mat pour le contempler. konne nak respect.

6.Posté par 1,2,3 le 18/05/2008 22:45
Le sénégal n'avancera jamais! Diouf a fit ce qu'il devait faire en 2002 maintenant c'est fini, il devait quitter depuis longtemps la séléction. Il faut savoir tourner la page et regarder l'avenir. pourquoi vouloir vivre dans le passé alors qu'on peut et on doit gagner quelque chose. C'est difficile pour nous sénégalais d'oublier 2002?

7.Posté par ZAL DIOPNYC le 19/05/2008 06:22
DIOUF ST LE JOUEUR LE PLUS NUL QUE LE SENEGAL AI PRODUIT ,EN PLUS IL EST VIEUX QU'IL AILLE SE FAIRE FOUTRE

8.Posté par M.D le 19/05/2008 12:56
IL EST A L'ORIGINE DE TOUS LES PROBLEMES DONT SOUFFRE L'EQUIPE NTIONALE.IL FAUT L'ECARTER.

9.Posté par wakhdeug le 19/05/2008 14:24
Qu'il nous foute la paix il est le virus de l'équipe, le vrais poison

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State