Référence multimedia du sénégal
.
Google

AJ/PADS RÉPOND A BENNOO : « Demander le départ du chef de l’Etat est inacceptable »

Article Lu 1604 fois

La demande de l’opposition visant à exiger le « départ » du président de la République, Me Abdoulaye Wade, a été jugée inacceptable par les camarades de Mamadou Diop « Decroix » qui ont publié un communiqué à l’issue de leur rencontre.



AJ/PADS RÉPOND A BENNOO : « Demander le départ du chef de l’Etat est inacceptable »
Le Secrétariat permanent du Bureau politique du Parti africain pour la démocratie et le socialisme (And-jëf/Pads) souligne dans sa déclaration que cette « nouvelle stratégie de l’opposition consistant à obtenir, par la rue, ce qu’elle n’a pu obtenir par les urnes » sera récusée par tous les Sénégalais épris de paix et de stabilité.

Le Secrétariat permanent d’And-jëf/Pads rappelle que « la vitalité du système démocratique au Sénégal est consacrée par une totale liberté d’expression se déployant à travers des supports médiatiques aussi nombreux que variés comme les télévisions, la presse écrite, la presse en ligne et les radios avec leurs émissions interactives où le ton et le contenu sont laissés à l’entière discrétion des intervenants ». Les camarades de Mamadou Diop ajoutent que le pluralisme y est florissant avec plus de 150 partis politiques.

Rappelant les différentes élections libres et honnêtes, non sérieusement contestées depuis 1998 avec la mise en place de l’Observatoire national des élections (Onel), puis de la Commission électorale nationale autonome (Cena) et la dernière qui a permis à l’opposition de remporter l’essentiel des capitales régionales et Dakar, le Sp d’Aj dénonce certains qui se sont mis, depuis quelques temps, à proclamer à haute et intelligible voix, leur volonté de faire partir le président de la République -pourtant démocratiquement élu comme ceux issus du scrutin du 22 mars 2009 - avant le terme de son mandat. « C’est grave, très grave pour la paix et la stabilité du pays, pour son système démocratique et son pluralisme », poursuit le Sp d’Aj de Mamadou Diop « Decroix ».

Le bureau d’And-jëf/Pads ajoute qu’il faut donner une lecture politique de cette tentative non voilée de subvertir l’ordre constitutionnel du pays et se prononce sans équivoque et de manière claire pour la liberté d’expression, y compris les marches.

And-jëf/Pads, conclut le communiqué du Secrétariat permanent, se dressera et luttera comme par le passé pour que la démocratie et le pluralisme soient sauvegardés dans notre pays.

El. H. A. T.
Source Le Soleil

Article Lu 1604 fois

Lundi 9 Novembre 2009





1.Posté par gool le 09/11/2009 07:36
messieurs les journalistes ngir yalla epargnez vous de ces guignols qui ne méritent meme pas de consacrer une phrase , on peut pas tromper le peuple tout le temps, le reveil sera brutal, donc messieurs du journal soleil et de rts(wadetv.guignol) convertissez vous en calots bleus je crois que c'est mieux

2.Posté par mousse le 09/11/2009 08:22
parceque mon gard .tu n est qu un mouchard...........double de leche-c........de ce voyou de wade................hypocrite.........

3.Posté par magou le 09/11/2009 09:00
N'est ce pas c'est toi mamadou diop qui de mandait le depart de Abdou Diouf .

4.Posté par boy pikine le 09/11/2009 10:55


Les socialistes veulent s’unirent pour reconquérir le pouvoir, pourquoi refuser cela aux libéraux ?


Idrissa SECK a toujours été constant dans sa position. Il a toujours déclaré sa volonté de participer aux retrouvailles de la grande famille libérale. Déjà le 4 Avril 2006, en annonçant sa candidature à la présidentielle, il avait déclaré : « La force politique sur laquelle je compte m’appuyer pour cela est d’abord le PDS, ma famille naturelle au sens des hommes et des femmes qui y partagent ma vision et mes valeurs et qui sont majoritaires, qu’ils soient manifestés ou cachés. ».
Et tout récemment, en rendant visite au journaliste de la rfm, Kambel Dieng, le mercredi 8 Juin 2008, il avait renouvelé sa volonté de réunification de la famille libérale en ces termes : « (..) On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique , Je reste libéral. Je considère que la responsabilité de ramener ma famille politique au Sopi (Changement) de 2000, qui avait même séduit des membres actuels du Front Siggil Sénégal dont Moustapha Niasse -pourtant socialiste ancien-, Amath Dansokho, Landing, Bathily, ce Sopi-là qui vous avait mobilisés au point de créer un enthousiasme considérable que l’on n’a pas revu en 2007. En 2000, les gens, leurs défilés, leurs danses dans les rues, leurs klaxons, les jeunes à pieds qui ont convergé vers le Point E, on ne les a pas vus dans la rue en 2007. Qu’est-ce qui s’est passé ? On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique. Cela est cohérent parce que je ne souhaite pas que ce qui est arrivé à la famille voisine, la famille socialiste, nous arrive. Si en 2000, Moustapha Niasse, fort de ses 16, 7% avait dit, malgré ce qui l’opposait à ses camarades socialistes, qu’il est socialiste et qu’il amenait ses 16% au 42% de Diouf, nous, nous serions encore dans la rue, dans l’opposition. Je ne veux pas que cette cassure arrive à ma famille politique (…) Mon slogan de campagne a été « le Président du vrai changement ».



















Idrissa SECK a toujours été constant dans sa position. Il a toujours déclaré sa volonté de participer aux retrouvailles de la grande famille libérale. Déjà le 4 Avril 2006, en annonçant sa candidature à la présidentielle, il avait déclaré : « La force politique sur laquelle je compte m’appuyer pour cela est d’abord le PDS, ma famille naturelle au sens des hommes et des femmes qui y partagent ma vision et mes valeurs et qui sont majoritaires, qu’ils soient manifestés ou cachés. ».
Et tout récemment, en rendant visite au journaliste de la rfm, Kambel Dieng, le mercredi 8 Juin 2008, il avait renouvelé sa volonté de réunification de la famille libérale en ces termes : « (..) On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique , Je reste libéral. Je considère que la responsabilité de ramener ma famille politique au Sopi (Changement) de 2000, qui avait même séduit des membres actuels du Front Siggil Sénégal dont Moustapha Niasse -pourtant socialiste ancien-, Amath Dansokho, Landing, Bathily, ce Sopi-là qui vous avait mobilisés au point de créer un enthousiasme considérable que l’on n’a pas revu en 2007. En 2000, les gens, leurs défilés, leurs danses dans les rues, leurs klaxons, les jeunes à pieds qui ont convergé vers le Point E, on ne les a pas vus dans la rue en 2007. Qu’est-ce qui s’est passé ? On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique. Cela est cohérent parce que je ne souhaite pas que ce qui est arrivé à la famille voisine, la famille socialiste, nous arrive. Si en 2000, Moustapha Niasse, fort de ses 16, 7% avait dit, malgré ce qui l’opposait à ses camarades socialistes, qu’il est socialiste et qu’il amenait ses 16% au 42% de Diouf, nous, nous serions encore dans la rue, dans l’opposition. Je ne veux pas que cette cassure arrive à ma famille politique (…) Mon slogan de campagne a été « le Président du vrai changement ».













Idrissa SECK a toujours été constant dans sa position. Il a toujours déclaré sa volonté de participer aux retrouvailles de la grande famille libérale. Déjà le 4 Avril 2006, en annonçant sa candidature à la présidentielle, il avait déclaré : « La force politique sur laquelle je compte m’appuyer pour cela est d’abord le PDS, ma famille naturelle au sens des hommes et des femmes qui y partagent ma vision et mes valeurs et qui sont majoritaires, qu’ils soient manifestés ou cachés. ».
Et tout récemment, en rendant visite au journaliste de la rfm, Kambel Dieng, le mercredi 8 Juin 2008, il avait renouvelé sa volonté de réunification de la famille libérale en ces termes : « (..) On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique , Je reste libéral. Je considère que la responsabilité de ramener ma famille politique au Sopi (Changement) de 2000, qui avait même séduit des membres actuels du Front Siggil Sénégal dont Moustapha Niasse -pourtant socialiste ancien-, Amath Dansokho, Landing, Bathily, ce Sopi-là qui vous avait mobilisés au point de créer un enthousiasme considérable que l’on n’a pas revu en 2007. En 2000, les gens, leurs défilés, leurs danses dans les rues, leurs klaxons, les jeunes à pieds qui ont convergé vers le Point E, on ne les a pas vus dans la rue en 2007. Qu’est-ce qui s’est passé ? On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique. Cela est cohérent parce que je ne souhaite pas que ce qui est arrivé à la famille voisine, la famille socialiste, nous arrive. Si en 2000, Moustapha Niasse, fort de ses 16, 7% avait dit, malgré ce qui l’opposait à ses camarades socialistes, qu’il est socialiste et qu’il amenait ses 16% au 42% de Diouf, nous, nous serions encore dans la rue, dans l’opposition. Je ne veux pas que cette cassure arrive à ma famille politique (…) Mon slogan de campagne a été « le Président du vrai changement ».















Idrissa SECK a toujours été constant dans sa position. Il a toujours déclaré sa volonté de participer aux retrouvailles de la grande famille libérale. Déjà le 4 Avril 2006, en annonçant sa candidature à la présidentielle, il avait déclaré : « La force politique sur laquelle je compte m’appuyer pour cela est d’abord le PDS, ma famille naturelle au sens des hommes et des femmes qui y partagent ma vision et mes valeurs et qui sont majoritaires, qu’ils soient manifestés ou cachés. ».
Et tout récemment, en rendant visite au journaliste de la rfm, Kambel Dieng, le mercredi 8 Juin 2008, il avait renouvelé sa volonté de réunification de la famille libérale en ces termes : « (..) On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique , Je reste libéral. Je considère que la responsabilité de ramener ma famille politique au Sopi (Changement) de 2000, qui avait même séduit des membres actuels du Front Siggil Sénégal dont Moustapha Niasse -pourtant socialiste ancien-, Amath Dansokho, Landing, Bathily, ce Sopi-là qui vous avait mobilisés au point de créer un enthousiasme considérable que l’on n’a pas revu en 2007. En 2000, les gens, leurs défilés, leurs danses dans les rues, leurs klaxons, les jeunes à pieds qui ont convergé vers le Point E, on ne les a pas vus dans la rue en 2007. Qu’est-ce qui s’est passé ? On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique. Cela est cohérent parce que je ne souhaite pas que ce qui est arrivé à la famille voisine, la famille socialiste, nous arrive. Si en 2000, Moustapha Niasse, fort de ses 16, 7% avait dit, malgré ce qui l’opposait à ses camarades socialistes, qu’il est socialiste et qu’il amenait ses 16% au 42% de Diouf, nous, nous serions encore dans la rue, dans l’opposition. Je ne veux pas que cette cassure arrive à ma famille politique (…) Mon slogan de campagne a été « le Président du vrai changement ».













Idrissa SECK a toujours été constant dans sa position. Il a toujours déclaré sa volonté de participer aux retrouvailles de la grande famille libérale. Déjà le 4 Avril 2006, en annonçant sa candidature à la présidentielle, il avait déclaré : « La force politique sur laquelle je compte m’appuyer pour cela est d’abord le PDS, ma famille naturelle au sens des hommes et des femmes qui y partagent ma vision et mes valeurs et qui sont majoritaires, qu’ils soient manifestés ou cachés. ».
Et tout récemment, en rendant visite au journaliste de la rfm, Kambel Dieng, le mercredi 8 Juin 2008, il avait renouvelé sa volonté de réunification de la famille libérale en ces termes : « (..) On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique , Je reste libéral. Je considère que la responsabilité de ramener ma famille politique au Sopi (Changement) de 2000, qui avait même séduit des membres actuels du Front Siggil Sénégal dont Moustapha Niasse -pourtant socialiste ancien-, Amath Dansokho, Landing, Bathily, ce Sopi-là qui vous avait mobilisés au point de créer un enthousiasme considérable que l’on n’a pas revu en 2007. En 2000, les gens, leurs défilés, leurs danses dans les rues, leurs klaxons, les jeunes à pieds qui ont convergé vers le Point E, on ne les a pas vus dans la rue en 2007. Qu’est-ce qui s’est passé ? On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique. Cela est cohérent parce que je ne souhaite pas que ce qui est arrivé à la famille voisine, la famille socialiste, nous arrive. Si en 2000, Moustapha Niasse, fort de ses 16, 7% avait dit, malgré ce qui l’opposait à ses camarades socialistes, qu’il est socialiste et qu’il amenait ses 16% au 42% de Diouf, nous, nous serions encore dans la rue, dans l’opposition. Je ne veux pas que cette cassure arrive à ma famille politique (…) Mon slogan de campagne a été « le Président du vrai changement ».









Idrissa SECK a toujours été constant dans sa position. Il a toujours déclaré sa volonté de participer aux retrouvailles de la grande famille libérale. Déjà le 4 Avril 2006, en annonçant sa candidature à la présidentielle, il avait déclaré : « La force politique sur laquelle je compte m’appuyer pour cela est d’abord le PDS, ma famille naturelle au sens des hommes et des femmes qui y partagent ma vision et mes valeurs et qui sont majoritaires, qu’ils soient manifestés ou cachés. ».
Et tout récemment, en rendant visite au journaliste de la rfm, Kambel Dieng, le mercredi 8 Juin 2008, il avait renouvelé sa volonté de réunification de la famille libérale en ces termes : « (..) On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique , Je reste libéral. Je considère que la responsabilité de ramener ma famille politique au Sopi (Changement) de 2000, qui avait même séduit des membres actuels du Front Siggil Sénégal dont Moustapha Niasse -pourtant socialiste ancien-, Amath Dansokho, Landing, Bathily, ce Sopi-là qui vous avait mobilisés au point de créer un enthousiasme considérable que l’on n’a pas revu en 2007. En 2000, les gens, leurs défilés, leurs danses dans les rues, leurs klaxons, les jeunes à pieds qui ont convergé vers le Point E, on ne les a pas vus dans la rue en 2007. Qu’est-ce qui s’est passé ? On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique. Cela est cohérent parce que je ne souhaite pas que ce qui est arrivé à la famille voisine, la famille socialiste, nous arrive. Si en 2000, Moustapha Niasse, fort de ses 16, 7% avait dit, malgré ce qui l’opposait à ses camarades socialistes, qu’il est socialiste et qu’il amenait ses 16% au 42% de Diouf, nous, nous serions encore dans la rue, dans l’opposition. Je ne veux pas que cette cassure arrive à ma famille politique (…) Mon slogan de campagne a été « le Président du vrai changement ».






Idrissa SECK a toujours été constant dans sa position. Il a toujours déclaré sa volonté de participer aux retrouvailles de la grande famille libérale. Déjà le 4 Avril 2006, en annonçant sa candidature à la présidentielle, il avait déclaré : « La force politique sur laquelle je compte m’appuyer pour cela est d’abord le PDS, ma famille naturelle au sens des hommes et des femmes qui y partagent ma vision et mes valeurs et qui sont majoritaires, qu’ils soient manifestés ou cachés. ».
Et tout récemment, en rendant visite au journaliste de la rfm, Kambel Dieng, le mercredi 8 Juin 2008, il avait renouvelé sa volonté de réunification de la famille libérale en ces termes : « (..) On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique , Je reste libéral. Je considère que la responsabilité de ramener ma famille politique au Sopi (Changement) de 2000, qui avait même séduit des membres actuels du Front Siggil Sénégal dont Moustapha Niasse -pourtant socialiste ancien-, Amath Dansokho, Landing, Bathily, ce Sopi-là qui vous avait mobilisés au point de créer un enthousiasme considérable que l’on n’a pas revu en 2007. En 2000, les gens, leurs défilés, leurs danses dans les rues, leurs klaxons, les jeunes à pieds qui ont convergé vers le Point E, on ne les a pas vus dans la rue en 2007. Qu’est-ce qui s’est passé ? On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique. Cela est cohérent parce que je ne souhaite pas que ce qui est arrivé à la famille voisine, la famille socialiste, nous arrive. Si en 2000, Moustapha Niasse, fort de ses 16, 7% avait dit, malgré ce qui l’opposait à ses camarades socialistes, qu’il est socialiste et qu’il amenait ses 16% au 42% de Diouf, nous, nous serions encore dans la rue, dans l’opposition. Je ne veux pas que cette cassure arrive à ma famille politique (…) Mon slogan de campagne a été « le Président du vrai changement ».








Idrissa SECK a toujours été constant dans sa position. Il a toujours déclaré sa volonté de participer aux retrouvailles de la grande famille libérale. Déjà le 4 Avril 2006, en annonçant sa candidature à la présidentielle, il avait déclaré : « La force politique sur laquelle je compte m’appuyer pour cela est d’abord le PDS, ma famille naturelle au sens des hommes et des femmes qui y partagent ma vision et mes valeurs et qui sont majoritaires, qu’ils soient manifestés ou cachés. ».
Et tout récemment, en rendant visite au journaliste de la rfm, Kambel Dieng, le mercredi 8 Juin 2008, il avait renouvelé sa volonté de réunification de la famille libérale en ces termes : « (..) On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique , Je reste libéral. Je considère que la responsabilité de ramener ma famille politique au Sopi (Changement) de 2000, qui avait même séduit des membres actuels du Front Siggil Sénégal dont Moustapha Niasse -pourtant socialiste ancien-, Amath Dansokho, Landing, Bathily, ce Sopi-là qui vous avait mobilisés au point de créer un enthousiasme considérable que l’on n’a pas revu en 2007. En 2000, les gens, leurs défilés, leurs danses dans les rues, leurs klaxons, les jeunes à pieds qui ont convergé vers le Point E, on ne les a pas vus dans la rue en 2007. Qu’est-ce qui s’est passé ? On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique. Cela est cohérent parce que je ne souhaite pas que ce qui est arrivé à la famille voisine, la famille socialiste, nous arrive. Si en 2000, Moustapha Niasse, fort de ses 16, 7% avait dit, malgré ce qui l’opposait à ses camarades socialistes, qu’il est socialiste et qu’il amenait ses 16% au 42% de Diouf, nous, nous serions encore dans la rue, dans l’opposition. Je ne veux pas que cette cassure arrive à ma famille politique (…) Mon slogan de campagne a été « le Président du vrai changement ».












Idrissa SECK a toujours été constant dans sa position. Il a toujours déclaré sa volonté de participer aux retrouvailles de la grande famille libérale. Déjà le 4 Avril 2006, en annonçant sa candidature à la présidentielle, il avait déclaré : « La force politique sur laquelle je compte m’appuyer pour cela est d’abord le PDS, ma famille naturelle au sens des hommes et des femmes qui y partagent ma vision et mes valeurs et qui sont majoritaires, qu’ils soient manifestés ou cachés. ».
Et tout récemment, en rendant visite au journaliste de la rfm, Kambel Dieng, le mercredi 8 Juin 2008, il avait renouvelé sa volonté de réunification de la famille libérale en ces termes : « (..) On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique , Je reste libéral. Je considère que la responsabilité de ramener ma famille politique au Sopi (Changement) de 2000, qui avait même séduit des membres actuels du Front Siggil Sénégal dont Moustapha Niasse -pourtant socialiste ancien-, Amath Dansokho, Landing, Bathily, ce Sopi-là qui vous avait mobilisés au point de créer un enthousiasme considérable que l’on n’a pas revu en 2007. En 2000, les gens, leurs défilés, leurs danses dans les rues, leurs klaxons, les jeunes à pieds qui ont convergé vers le Point E, on ne les a pas vus dans la rue en 2007. Qu’est-ce qui s’est passé ? On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique. Cela est cohérent parce que je ne souhaite pas que ce qui est arrivé à la famille voisine, la famille socialiste, nous arrive. Si en 2000, Moustapha Niasse, fort de ses 16, 7% avait dit, malgré ce qui l’opposait à ses camarades socialistes, qu’il est socialiste et qu’il amenait ses 16% au 42% de Diouf, nous, nous serions encore dans la rue, dans l’opposition. Je ne veux pas que cette cassure arrive à ma famille politique (…) Mon slogan de campagne a été « le Président du vrai changement ».










Idrissa SECK a toujours été constant dans sa position. Il a toujours déclaré sa volonté de participer aux retrouvailles de la grande famille libérale. Déjà le 4 Avril 2006, en annonçant sa candidature à la présidentielle, il avait déclaré : « La force politique sur laquelle je compte m’appuyer pour cela est d’abord le PDS, ma famille naturelle au sens des hommes et des femmes qui y partagent ma vision et mes valeurs et qui sont majoritaires, qu’ils soient manifestés ou cachés. ».
Et tout récemment, en rendant visite au journaliste de la rfm, Kambel Dieng, le mercredi 8 Juin 2008, il avait renouvelé sa volonté de réunification de la famille libérale en ces termes : « (..) On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique , Je reste libéral. Je considère que la responsabilité de ramener ma famille politique au Sopi (Changement) de 2000, qui avait même séduit des membres actuels du Front Siggil Sénégal dont Moustapha Niasse -pourtant socialiste ancien-, Amath Dansokho, Landing, Bathily, ce Sopi-là qui vous avait mobilisés au point de créer un enthousiasme considérable que l’on n’a pas revu en 2007. En 2000, les gens, leurs défilés, leurs danses dans les rues, leurs klaxons, les jeunes à pieds qui ont convergé vers le Point E, on ne les a pas vus dans la rue en 2007. Qu’est-ce qui s’est passé ? On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique. Cela est cohérent parce que je ne souhaite pas que ce qui est arrivé à la famille voisine, la famille socialiste, nous arrive. Si en 2000, Moustapha Niasse, fort de ses 16, 7% avait dit, malgré ce qui l’opposait à ses camarades socialistes, qu’il est socialiste et qu’il amenait ses 16% au 42% de Diouf, nous, nous serions encore dans la rue, dans l’opposition. Je ne veux pas que cette cassure arrive à ma famille politique (…) Mon slogan de campagne a été « le Président du vrai changement ».









Idrissa SECK a toujours été constant dans sa position. Il a toujours déclaré sa volonté de participer aux retrouvailles de la grande famille libérale. Déjà le 4 Avril 2006, en annonçant sa candidature à la présidentielle, il avait déclaré : « La force politique sur laquelle je compte m’appuyer pour cela est d’abord le PDS, ma famille naturelle au sens des hommes et des femmes qui y partagent ma vision et mes valeurs et qui sont majoritaires, qu’ils soient manifestés ou cachés. ».
Et tout récemment, en rendant visite au journaliste de la rfm, Kambel Dieng, le mercredi 8 Juin 2008, il avait renouvelé sa volonté de réunification de la famille libérale en ces termes : « (..) On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique , Je reste libéral. Je considère que la responsabilité de ramener ma famille politique au Sopi (Changement) de 2000, qui avait même séduit des membres actuels du Front Siggil Sénégal dont Moustapha Niasse -pourtant socialiste ancien-, Amath Dansokho, Landing, Bathily, ce Sopi-là qui vous avait mobilisés au point de créer un enthousiasme considérable que l’on n’a pas revu en 2007. En 2000, les gens, leurs défilés, leurs danses dans les rues, leurs klaxons, les jeunes à pieds qui ont convergé vers le Point E, on ne les a pas vus dans la rue en 2007. Qu’est-ce qui s’est passé ? On a dévié du chemin ! C’est ma responsabilité de veiller à l’unité, au renforcement, mais surtout au retour à ces valeurs fondamentales de ma famille politique. Cela est cohérent parce que je ne souhaite pas que ce qui est arrivé à la famille voisine, la famille socialiste, nous arrive. Si en 2000, Moustapha Niasse, fort de ses 16, 7% avait dit, malgré ce qui l’opposait à ses camarades socialistes, qu’il est socialiste et qu’il amenait ses 16% au 42% de Diouf, nous, nous serions encore dans la rue, dans l’opposition. Je ne veux pas que cette cassure arrive à ma famille politique (…) Mon slogan de campagne a été « le Président du vrai changement ».


5.Posté par kiki le 09/11/2009 12:44
boy pikine fofou rek ngua meune deuk tu es un vrais dofe

6.Posté par Doudou WADE le 09/11/2009 14:27
Afrique mon Afrique
Afrique des malheureux sénégalais dans les inondations et le chomage
Afrique que chante la famille Wade...
Au bord du palais de la République...

Je ne t’ai jamais connue
Mais mon regard risque d'étre plein de ton sang
Ton vilain sang noir s'apprétant a étre répandu à travers les rues de Dakar
Le y'en a marre des sénégalais
L'incompréhension des opposants
L'insouciance du vieux Wade
La malgouvernance du pouvoir libéral

Afrique dis-moi Afrique
Est-ce donc toi ce Wade fils qui nomme
Et dégomme les ministres comme il veut
Ce Wade fils, incapable et chauve
Qui dit oui à la dilapidation des biens publics pour se faire un nom
Alors gravement une voix me répondit
Enfant gaté du président de la République
Ce chauve métisse la bas
Illégalement nommé ministre par son pére
Désolant et facheux
C’est l’Afrique ton Afrique qui recule
Qui recule monarchiquement et anticonstitutionnellement
Dont l'amer gout de la dolécratie se sent
Peu a peu à travers la gorge des sénégalais


un bon sénégalais

7.Posté par erztertert le 09/11/2009 15:06
decroisx tu la fermes, tu as vendu ton âme au diable

8.Posté par Salam le 09/11/2009 15:44
résume de l'Affaire Ségura en vidéo

http://www.youtube.com/watch?v=PPUd2N1cbj8

:up::up::up::up::up:

9.Posté par senegalais le 09/11/2009 17:27
regardez cette face de traitre. Me dira-t-il qu'il est en politique et que rien n'est impossible mais y'a-t-il un ideal au nom du quel il est permis de se vautrer dans une infecte saumure dont meme un cochon ne voudrait pas. Qu'il se taise ce Decroix lui et ses senblables qui ne mérite meme pas qu'on leur prete attention. Fi!

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State