Référence multimedia du sénégal
.
Google

AGRESSION CONTRE UN MECANICIEN: Et tombe le gang du rond-point Liberté VI

Article Lu 11684 fois

Deux redoutables agresseurs au coupe-coupe vont désormais se soustraire de la bande de malfrats qui écume les abords du rond-point Liberté Vl. S'étant attaqués à Abou Bakrin Sédikh Camara, élève en mécanique auto, ils ont tous les deux été mis hors d'état de nuire et remis aux hommes du commissaire Bodian, qui les ont déférés au par­quet pour vol avec violence commis en réunion avec usage d'armes blanches.



Ils ont respectivement 19 et 26 ans, mais font de l'agression leur sport favori. Malick Sané et Elhadji Mamadou Ndoye qui s'associent avec d'autres gus de leur acabit écu­ment les abords du rond-point de Liberté VI. Dissimulant leurs armes sous leurs habits, ils n'attendent même pas que la nuit soit avancée pour prendre position sur ce lieu de grande affluence et détrousser les passants. Mais pour avoir voulu s'en prendre a Abou Bakrin Sédikh Camara qu'ils avaient réussi a déles­ter de son portable, ils ont eu la mal­chance de leur carrière de petits bri­gands. Camara qui venait de descen­dre d'un véhicule pour arpenter les deux voies menant vers Liberté V n'a dû son salut qu'a l'intervention d'un brigadier gardien de la paix en service à la 2e compagnie du Groupement mobile d'intervention (Gmi), qui l'ai­dera à conduire ses agresseurs au poste de police de Grand-Yoff.

Dans sa déposition, l'élève mécano reproche à Malick Sané, le plus jeune de la bande, de lui avoir donné un violent coup de poing, alors qu'il marchait tranquillement sur les deux-voies. Camara précise que face à sa résistance, les acolytes de Sané, postés non loin de là, sont venus lui prêter main-forte. Ainsi, à trois, ils vont bastonner Camara avant de lui prendre son téléphone. Pas disposé à se laisser faire, Camara décide de se lancer à la poursuite de ses détrousseurs. C’est alors qu'il ren­contre une personne qui lui révèle avoir été victime de la même bande qu'il pourchasse. Les voilà donc qui se mettent à deux aux trousses des agresseurs et alertent même des pas­sants qui se mettent eux aussi à la chasse aux malfrats.

Sentant que l'étau se resserre autour d'eux, les voyous se disper­sent, mais Camara ne lâche pas celui qui se trouve être Sané et réussit à lui mettre le grappin dessus pour ensuite lui réclamer son portable. Le malfrat nie. Une personne s'avise alors d'appeler sur son propre télé­phone le numéro de Camara et voilà que la sonnerie se fait entendre d'une des poches de Malick Sané. Plus de doute, c'est lui le voleur.

Conduit au camp Sékou Mballo non loin de là, Sané y rejoint son aco­lyte Elhadji Malick Ndoye arrêté cinq minutes plus tôt par un brigadier du Gmi. Quoique pris sur les faits, Malick Sané n'a pas cependant voulu reconnaître les faits. A l'en croire, il venait du stade Demha Diop pour rentrer à pied chez lui quand arrivé à hauteur des deux voies de Liberté VI, il a ramassé un téléphone. Il ajoute que c'est en marchand que l'appareil s'est mis à sonner. «Au Moment où je m'apprêtais à le décrocher, deux individus sont venus se jeter sur moi», argue-t-il. Voulant convaincre qu'il n'est pas un agresseur, Malick Sané s'est plaint d'avoir été bastonné sur place avant sa conduite au camp Sékou Mballo, puis à la police.

Une chanson quasi identique sera servie par Elhadji Mamadou Ndoye. Pour ce soi-disant électricien, célibataire sans enfant, la nuit des faits, indique-t-il, il a quitté Liberté VI pour aller ramasser de l'aluminium. Et que c'est à son retour, alors qu'il tentait de se frayer un passage entre les barrières du rond-point, que son genou a heurté un chariot. «Le contenu composé de lampes est tombé, mais j'ai tout ramassé pour les remettre à leur place», se défend Ndoye qui ne comprend pas que le propriétaire l'ai accusé de vol incitant les passants à s'en prendre à lui. En tout cas pour avoir pris la fuite, pour­suivi et appréhendé, Mamadou Ndoye a été déféré au parquet pour le même délit que Sané. Et en attendant qu'ils passent devant le tribunal des flagrants délits, ils ont été placés sous mandat de dépôt.

Ndiogou CISSE
Source Walf Grand Place

Article Lu 11684 fois

Vendredi 16 Octobre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State