Référence multimedia du sénégal
.
Google

AFROBASKET : SENEGAL - COTE D’IVOIRE A 19H30 : Quel visage des « Lions » face aux « Éléphants » ?

Article Lu 1789 fois

Tripoli (Libye) : Ils avaient vu juste, tous ces spécialistes qui prédisaient que ce 25ème CAN de basket masculin serait le plus disputé de tous. Alors qu’il ne reste que 8 équipes pour se disputer le titre (Angola, RCA, Mali, Tunisie, Nigeria, Cameroun, Côte d’Ivoire et Sénégal), quelques certitudes ont été ébranlées. Le Sénégal, ancienne ( ?) place forte du basket africain, battu lors des huitièmes de finale par le Rwanda (59 - 72) qui n’en est qu’à sa deuxième participation en championnat d’Afrique et par le Maroc (73 - 75) ! L’Egypte, autre ex ( ?) grande d’Afrique (avec 5 titres continentaux, autant que le Sénégal), battue par la Libye (73 - 75) et qui termine à la dernière place du Groupe E de Benghazi ! Le Cap-Vert, 3ème au dernier Afrobasket en 2007 en Angola qui se fait virer d’entrée et qui recule au 13ème rang continental ! Le Cameroun, vice-champion d’Afrique en titre, qui se fait malmener par la Tunisie et qui se prend 13 points d’écart dans la vue des œuvres de l’étonnant Rwanda (69 - 82) !



AFROBASKET : SENEGAL - COTE D’IVOIRE A 19H30 : Quel visage des « Lions » face aux « Éléphants » ?
C’est à y perdre son ... basket. En fait, seuls l’Angola et le Nigeria ont réellement tenu leur rang et ont été à la hauteur de leur réputation. Comme l’a d’ailleurs confirmé leur opposition d’avant-hier à Benghazi qui a tourné à l’avantage des Angolais (93 - 85). C’est dire que ces deux équipes ont débarqué à Tripoli, pour le dernier tour des épreuves et les quarts de finale qui se jouent aujourd’hui, avec de très grosses ambitions. Mais, puisque c’est désormais la formule coupe, avec des éliminations directes, tout peut arriver. « Ici, il n’y a pas de petites équipes ». A 24 heures d’intervalle, Eugène Péhoua-Pelema et Abdourahmane Ndiaye « Adidas », les coaches de la RCA et du Sénégal ont fait le même constat. Et après un deuxième tri, c’est encore plus vrai. Car des trouble-fêtes comme le Rwanda et le Maroc ont rejoint à Benghazi, pour les matches de classement (de la 9ème à la 12ème places), un autre « empêcheur de tourner rond », la Libye et un grand qui a perdu de sa superbe, l’Egypte.

Pour les 8 quarts de finaliste réunis à Tripoli, c’est l’épreuve - couperet qui commence et il n’y aura plus de joker.

Le programme du jour

A Benghazi (Matches de classement) :

14h30 : Egypte - Maroc 17h : Libye - Rwanda A Tripoli (Quarts de finale) : 12h : Angola - RCA 14h : Mali - Tunisie 17h : Nigeria - Cameroun 19h30 : Côte d’Ivoire - Sénégal


B. Khalifa Ndiaye (Envoyé spécial)
Source Le Soleil

Article Lu 1789 fois

Jeudi 13 Août 2009





1.Posté par Paco Jackson le 13/08/2009 15:27
Allons-y Diambars ! La coupe doit doit être sénégalaise. Du courage !

2.Posté par him le 13/08/2009 17:55
allez les lions! les vrais faut pas étre comm c thiapatate de footballeur

3.Posté par Un amoureux du Basket le 13/08/2009 18:00
Tout d’abord, je tiens à féliciter les lions parce qu’ils ont fait l’essentiel au bon moment. Cependant, cela ne va pas m’empêcher de faire quelques critiques constructives. Je ne vais pas revenir sur ce que j’ai dit dans mes autres interventions concernant le perfectionnement des fondamentaux individuels et collectifs et l’instauration d’une certaine culture et d’une certaine philosophie du Basket axées sur un travail rigoureux et sur un comportement sain. Si Adidas trouve que les lions ont fait preuve de beaucoup de caractère pour inverser la tendance, il ne devrait pas par la suite ajouter que « Le Sénégal ne peut pas perdre son basket en si peu de temps » Le Sénégal bénéficie d’une baraka depuis le début du championnat, il a battu des équipes faibles durant les trois premiers matchs pour ensuite perdre contre deux équipes moyennes que sont le Rwanda et le Maroc. Il a battu hier la Tunisie qui a malgré tout dominé une bonne partie du match. Il y a eu beaucoup de courage de la part des lions mais ils ont fait preuve aussi de beaucoup de choix qui restent à discuter. Je pense que la Tunisie a arrangé nos affaires en adoptant une défense homme à homme, ce qui a permis à nos lions de mieux s’exprimer. Je pense qu’une défense de zone nous aurait causé d’énormes difficultés et c’est là où a pêché le coach tunisien. En fin de match, les tunisiens avaient adopté un pressing tout terrain avec prise à deux sur le porteur de balle et une rotation des trois autres joueurs derrière pour couper les lignes de passe. A l’origine, cela ressemble à un pressing haut mais à l’arrivée, ce n’est autre chose que zone presse. Même si le coach tunisien a trouvé qu’Adidas a bien fait de mettre deux meneurs de jeu, il y avait malgré tout beaucoup de pertes de balle de la part des lions parce que l’équipe n’avait pas une bonne lecture de la défense adverse. La preuve, les trois autres joueurs allaient se placer au fond du camp adverse espérant recevoir une longue passe de Babou ou Kabir(ils sont vifs mais ni grands ni costauds) et à l’arrivée ce sont les tunisiens qui interceptaient les ballons. C’est ce qu’on appelle « couper Babou et Kabir de leur base ». Dans une défense pareille, les cinq joueurs doivent attaquer ensemble, cela veut dire que quand un tunisien réduit la distance ( c'est-à-dire avancer quand le Sénégal attaque), le lion sur qui défendait ce tunisien doit se déplacer en fonction et pour ça, il doit reculer, c'est-à-dire aller vers Babou ou Kabir jusqu’à la sortie du ballon du camp sénégalais pour ensuite penser à placer notre attaque. Nous faisons d’ailleurs ces mêmes erreurs quand nous attaquons la zone élargie puisque nous voulons concrétiser tout de suite par manque de lecture et d’assurance dans nos transmissions. Et qu’est ce qu’on voit ? des sénégalais loin du porteur en difficulté et qui lui demandent tous le ballon avec des gros bras en l’air.
Nous avons su que l’ambassadeur du Sénégal en Libye avait convié les lions autour d’un tiébou dieun et que l’expérience allait être reconduite aujourd’hui mercredi. Je trouve que c’est une erreur et que l’expérience de la coupe du monde de foot de 2002 avec les sénégalais sans retenue battant des tam-tam à l’hôtel en est une bonne illustration. On dit souvent que :
« Sénégalais foumou dougeu mou heupeu »
Nous n’avons pas encore gagné la coupe pour être si décontractés et cette journée devrait surtout servir à faire les réglages mais surtout apprendre à attaquer toutes les formes de zone, défense la plus complexe au basket parce que chacun défend sur chacun et chacun défend sur tout le monde. La zone est au basket ce que le « sans atout » est à la belote. Ce sont des jeunes basketteurs qui l’adoptent mais ce sont des chevronnés qui la jouent. De ce fait, il faut vraiment des sénégalais doués et bien préparés pour l’attaquer.
Adidas demande aux joueurs d’avoir beaucoup d’humilité pour aborder le match contre les Ivoiriens. Je pense qu’il faut leur dire qu’ils vont commencer à rencontrer les fortes équipes de ce championnat et que c’est maintenant qu’on les attend. Les bonnes choses vont maintenant commencer et que le staff technique doit faire un bon diagnostic de la situation en évaluant nos forces et nos faiblesses et celles de nos adversaires au lieu d’aller bouffer du riz ou autres.
Demain, on aura sûrement des moments d’affolement comme hier en fin de partie contre la Tunisie, c’est pourquoi, je demanderais à Abdou d’être plus sévère et de ne pas trop attendre avant d’éteindre le feu. Abdou n’a pas un problème de légitimité, il faut donc taper sur le fer quand il est chaux. Ne dit -on pas que « qui aime bien, châtie bien »
Hier, les lions avec une dizaine de points d’avance en fin de match avaient commencé à faire le show time et il aura fallu de 90 secondes pour voir les tunisiens revenir à 3 points de longueur et pendant ce temps là, tous les joueurs avaient les bras autour des reins (signe de fatigue) parce qu’ils ont joué en surrégime. Le véritable problème est là parce qu’ils savaient tous qu’ils fallait gérer la fin de match mais qu’ils n’avaient pas les moyens de le faire à cause d’un défaut de compréhension de l’occupation rationnelle des espaces mais aussi à cause d’un manque d’anticipation lors des déplacements et choix adverses (lecture).
Demain matin, revoir l’attaque placée et faire quelques séances de tirs ne feront pas de mal et Adidas est plus compétent que moi pour le savoir. Encore une fois, j’encourage mes frères et bonne chance à l’équipe et à Adidas.
Vive le Sénégal !
Vive le Basket !

4.Posté par elage le 13/08/2009 19:49
Salam,

Waaaaaaaw Mes respects á Mr l'amoureux du basket. Tes éclaircissement sont vraiment tres utiles pour les profanes comme moi. Ce post mériterait d'etre lu par tous le Senegal du basket.

Bravo

5.Posté par MAKHTAR LY le 13/08/2009 20:45
DU COURAGE AUX LIONS.JUSTE UN CONSEIL DEM BA DIEKH FOUMOU YAME NEEKH.DU COURAGE A MON ANCIEN COEQUIPIER ET FRERE BABOU.BONNE CHANCE ET A BIENTOT.ALLEZ LE SENEGAL.MON COEUR EST AVEC VOUS.
DE LA PART DE MAKHTAR LY CAPITAINE DE BOPP ET DE L'EQUIPE DU SENEGAL.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State